Paul Flechsig

Paul Flechsig
Paul flechsig perscheid 1906.jpg
Paul Flechsig en 1906
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
LeipzigVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maître

Paul Emil Flechsig ( - ) est un neuroanatomiste et neuropathologiste allemand rattaché à l'Université de Leipzig. Il est le médecin du président Daniel Paul Schreber.

Le faisceau de Flechsig est nommé en son honneur.

BiographieModifier

Son père, Emil Flechsig, est diacre de l'église Sainte-Marie de Zwickau où, étudiant en théologie, il partage en 1828 un logement avec le futur compositeur Robert Schumann.

Paul Flechsig étudie la médecine de 1865 à 1870 à l'université de Leipzig sous la direction d'Ernst Heinrich Weber, d'Eduard Friedrich Weber et de Carl Ludwig. Il soutient sa thèse consacrée à la méningite syphilitique en 1870 à Leipzig[1]. Il devient en 1872 l'assistant d'Ernst Leberecht Wagner à l'Institut de Pathologie de l'université. L'année suivante, Carl Ludwig lui confie la direction du département d'histologie. Il soutient sa thèse d'habilitation en 1875, consacrée aux « connexions nerveuses du cerveau et au canal médullaire chez l'Homme. » Nommé en 1877 professeur surnuméraire à la toute nouvelle chaire de Psychiatrie de l'université, il consacre sa leçon inaugurale, prononcée à l'université de Leipzig le , aux « Causes physiques des troubles de l'esprit » (Die körperlichen Grundlagen der Geistesstörungen) : Flechsig y critique le terme de « maladie de l'esprit » (Geisteskrankheit), lui préférant celui de « maladie nerveuse » (Nervenkrankheit[2]), à ses yeux plus exacte.

Il est professeur titulaire de Psychiatrie de l'université de Leipzig de 1884 à 1921 chargé de l'organisation d'une nouvelle clinique d'aliénés. Il est recteur de l'université pour l'année académique 1894-95 ; dans son discours d'intronisation, Le cerveau et l'âme, il donne pour la première fois un aperçu de ses idées sur la localisation des fonctions cérébrales supérieures, fondée sur ses recherches neuroanatomiques. Son successeur sera Oswald Bumke.

Le plus illustre patient de Flechsig est le juriste Daniel Paul Schreber[3]. Selon la journaliste américaine Janet Malcolm[4], l'essayiste Jeffrey M. Masson découvre dans la bibliothèque de Sigmund Freud un article de Flechsig de 1884, où il confie à Freud qu'il tente de soigner des hystéries et des névroses par castration ; toutefois, Sigmund Freud n'évoque nullement ce point dans son traité de Remarques psychanalytiques sur un cas de paranoïa (dementia paranoides) décrit sous forme autobiographique (1911) où, s'appuyant sur l'autobiographie du juriste, il se penche sur le cas de Schreber et ses relations avec Flechsig.

 
Epitaphe de Paul Flechsig et de sa femme au Cimetière du Sud (Leipzig), caveau familial Ludolf Colditz.

Membre titulaire dès[5] 1885 de l’Académie des sciences de Saxe de Leipzig, il est élu membre de la Leopoldina en 1926. Il est promu docteur honoris causa de l'université de Leipzig et de l’Université d'Oxford.

NotesModifier

  1. Cf. Michael Hagner, Flechsig, Paul Emil, , p. 403.
  2. Cf. Holger Steinberg et Matthias C. Angermeyer, Holger Steinberg (dir.), Paul Flechsig (1847–1929) – ein Hirnforscher als Psychiater., 200 Jahre Psychiatrie an der Universität Leipzig. Personen und Konzepte, Heidelberg 2005, Springer Medizin (DOI 10.1007/3-540-28048-0), p. 58.
  3. Cf. Zvi Lothane, Seelenmord und Psychiatrie. Zur Rehabilitierung Schrebers, Psychosozial-Verlag, coll. « Bibliothek der Psychoanalyse », , « 6: Paul Flechsig, Universitätspsychiatrie und die erste Biologische Psychiatrie », p. 315–390.
  4. D'après Janet Malcolm, In The Freud Archives, New York, NYRB Classics, , 162 p. (ISBN 1-59017-027-X), p. 126.
  5. « Mitglieder der SAW: Paul Flechsig », sur Sächsische Akademie der Wissenschaften (consulté le )

Liens externesModifier