Paul Abine Ayah

homme politique camerounais

Paul Abine Ayah, né à Ngali (Akwaya) en 1950 [1], est un juriste et homme politique camerounais.

Paul Abine Ayah
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
People's Action Party

CarrièreModifier

Il était membre de l'Assemblée nationale du Cameroun et du RDPC au pouvoir. Il a rejoint le parti d'opposition People's Action Party (PAP). En , il a été élu président de la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale du Cameroun[2] Il est député du Manyu dans la région du sud-ouest.

Diplômé de l'École nationale d'administration et de magistrature (Cameroun) (ENAM) à Yaoundé en 1976, il est devenu vice-président de la cour d'appel de Buea, dans la région du Sud-Ouest, avant de devenir membre de l'Assemblée nationale du Cameroun en 2002.

Il est basé à Akwaya , qui est accessible par une route mal entretenue et une piste à pied depuis Mamfé au Cameroun , mais il est plus facile d’y accéder depuis le Nigéria. La région a été soumise à des troubles en raison de conflits territoriaux et tribaux[3].

En , avec d'autres députés, il a appelé le gouvernement à enquêter sur des allégations de corruption de haut niveau impliquant l'un de ses ministres, Augustin Frédéric Kodock, à propos du précédent poste de Kodock à la tête du ministère de l'Agriculture[4].

En , il a indiqué son soutien à une loi interdisant les mutilations génitales féminines, qui sont toujours pratiquées par les membres de la tribu Ejagham dans la région qu'il représente en tant que député. Il a également indiqué son soutien à une loi interdisant le mariage pour les enfants[5] Pour les femmes et les filles, le mariage sans consentement des parents n’est autorisé qu’à 21 ans au Cameroun, et la loi interdit le mariage de filles de moins de 15 ans[6] sauf avec l’autorisation du président. Cependant, des mariages dès l'âge de 8 ou 9 ans ont lieu dans le nord du Cameroun[6].

Au début de 2008, Ayah était un critique déclaré des modifications apportées à la Constitution du Cameroun en 2008, qui supprimaient les limites de mandats qui auraient empêché le président Paul Biya de se représenter à la réélection en 2011. Selon Ayah, les changements n'étaient « pas démocratiques » et il a ajouté que si le projet de loi était adopté, il « nous ramènerait à 200 ans en arrière[7] ». Bien qu'il n'ait pas assisté au vote à l'Assemblée nationale et déclaré qu'il n'avait pas procuré son vote, un vote aurait été fait en son nom[8].

Le {un an avant la fin de son mandat de député}, Ayah Paul a démissionné du RDPC et s'est présenté aux élections présidentielles[1]. Il a ensuite été nommé juge siégeant à la Cour suprême du Cameroun.

Le , il démissionne de ses fonctions de président du PAP[9].

Arrestation et libérationModifier

Ayah Paul a été arrêté le pour avoir plaidé en faveur du retour du Cameroun au système de gouvernement fédéral tel qu'il était dans les années 1960. Voir Constitution du Cameroun.
Il a été jugé devant le tribunal militaire de Yaoundé par un autre consortium camerounais anglophone de la société civile (CACSC), désormais interdit et illégal par le gouvernement camerounais en raison des troubles civils dans les deux régions anglophones du Cameroun[10]. Ayah Paul a été libéré de prison par décret présidentiel le après avoir passé plus de 8 mois en détention à la prison de Yaoundé[11],[12].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier