Buéa

commune camerounaise

Buéa
Buéa
Vue de Buéa depuis le mont Cameroun
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Sud-Ouest
Département Fako
Démographie
Population 231 325 hab.[1] (2019)
Densité 266 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 09′ nord, 9° 14′ est
Altitude 1 000 m
Superficie 87 000 ha = 870 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Buéa
Géolocalisation sur la carte : Région du Sud-Ouest (Cameroun)
Voir sur la carte administrative de Sud-Ouest (Cameroun)
City locator 14.svg
Buéa
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Buéa
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Buéa

Buéa ou Buea est une ville du Cameroun anglophone, chef-lieu de la région Sud-Ouest. Ancienne capitale du Kamerun allemand (1901-1914) et du Cameroun britannique (1949-1961), elle est située dans le département du Fako à 1 000 m d'altitude au pied du Mont Cameroun, volcan en activité.

Son climat frais a amené les Allemands à en faire la capitale du Cameroun de 1901 à 1914. Le Gouverneur allemand Jesko von Puttkamer y fit bâtir une somptueuse résidence, véritable château immense dont l’architecture plutôt bavaroise paraît saugrenue dans ce décor tropical. Le « Palais du Gouverneur », comme on l’appelle, est la véritable attraction de cette ville aux allures britanniques.

GéographieModifier

 
Paysage aux environs de Buéa.

La ville située sur les pentes du Mont Cameroun est desservie par la route nationale 8 à 70 km à l'ouest de Douala. C'est une des villes qui a une pluviométrie parmi les plus élevées du monde[réf. nécessaire]. Située à une altitude moyenne de 1 000 m, son climat est frais par rapport à celui du reste du pays[réf. nécessaire].

HistoireModifier

 
Buéa, en 1915
 
Palais du gouverneur allemand
 
Palais du gouverneur Von Puttkamer

A partir du XVIIe siècle les pentes fertiles du Mont Cameroun sont cultivées par les agriculteurs bakweri. Buea était le nom d'un village bakweri au même endroit que l'actuelle ville[réf. nécessaire]. L'administration coloniale allemande a vite compris l'importance stratégique du lieu et par conséquent a lancé une campagne militaire en 1891 afin d'occuper le village. Cette première attaque fut un échec et ce n'est qu'en 1894 que le pouvoir colonial a pu s'établir au pied du mont Cameroun. La ville devient la résidence du gouverneur dès 1901 jusqu'au début de la Première Guerre mondiale en 1914. Dans ce point il existe un malentendu très populaire au Cameroun qui rapporte le changement de la capitale coloniale de Buea vers Yaoundé pour l'année 1909. En réalité lors de l'éruption du Fako en 1909 l'administration coloniale s'est retirée pendant quelques jours de la ville. L'erreur vient du très populaire livre Histoire du Cameroun d'Engelbert Mveng de 1963 et a été reproduite ensuite dans le curriculum des établissements scolaires du pays[2],[3].

AdministrationModifier

 
Fontaine Bismarck

La ville compte quatre zone urbaines : Buéa Station, Great Soppo, Molyko et Muea. La commune de Buéa étendue sur 870 km2, est divisée en quatre secteurs : Bojongo, Bokwaongo, Muea et Bonakanda. Outre la ville de Buéa proprement dite, la commune comprend 67 villages dont[1] :

PopulationModifier

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 131 325 habitants[1], dont 90 090 pour Buéa Ville. L'évolution de la population urbaine est relevée par les travaux du département de Géographie de l'Université de Montréal[4] et par l'Orstom[5].

Évolution démographique
1925 1953 1964 1967 1970 1976 1987 1998 2005
10 5333 1269 01410 83820 00024 58432 87146 89790 090

La langue véhiculaire est l'anglais car la ville était dans la zone d'occupation britannique du Cameroun. Le français est très peu parlé.

ÉducationModifier

 
Université de Buéa au Cameroun

L'Université de Buéa fondée en 1993 compte 7 facultés[6].

 
Vue du bâtiment principale de Buéa

EnvironnementModifier

La partie occidentale de la commune fait partie du parc national du mont Cameroun.

ÉconomieModifier

 
Buéa, économie basée sur l'agriculture

On ne peut pas parler du Cameroun sans parler du pétrole avec les raffineries de la Sonara près de Limbé et la Socata pour le traitement du caoutchouc.

Il y aussi une route du thé, avec des plantations qui couvrent des hectares.

CultureModifier

 
Reboisement pour la protection de la nature à Buéa

Buéa, ville universitaire est le siège d'une dynamique communauté d'entreprises spécialisées dans les hautes technologies. Elle a pour cette raison hérité du surnom de Silicon Mountain.

Buéa est également avec la ville voisine de Limbé le centre névralgique du cinéma camerounais anglophone aux débuts très prometteurs.

Buéa a longtemps abrité le site de l'Alliance franco-camerounaise, qui est une référence culturelle locale et régionale[réf. nécessaire].

Le site de l'Alliance qui est situé dans un environnement de verdure sur une petite butte, héberge de nombreuses activités telles que :

  • une médiathèque
  • une salle de spectacles,
  • un cybercafé,
  • un théâtre de verdure,
  • une cafétéria,
  • un terrain de beach volley,
  • de nombreux clubs (art, santé, danse, théâtre...)
  • des concerts, des expositions, des animations jeunesse, des cours de langues, d'informatique, de peinture...

TourismeModifier

 
Des touristes sur le Mont Cameroun à Buéa
 
Monument de la Réunification à Buéa

Buéa est situé à 80 km de Douala soit 1h 30 de route en direction de l'Ouest vers Limbé.

Mis à part le palais du gouverneur von Puttkamer, qui date de l'époque allemande, la ville de Buéa possède un intérêt touristique réduit. Il s'agit en effet d'une "ville-rue" dont la plupart des constructions sont contemporaines. On peut noter cependant que c'est un bon point de départ pour l'escalade du Mont Cameroun (2 jours A/R, avec un guide local).

C'est une des villes qui a une pluviométrie parmi les plus élevées du monde[réf. nécessaire].

Située à une altitude moyenne de 1 000 m, son climat est frais par rapport à celui du reste du pays[réf. nécessaire].

Buéa compte un bon nombre d'hôtels de classes différentes dotés d'un restaurant et certains même d'un night-club.

Buéa possède un Office Intercommunal d'ÉcoTourisme, qui est une structure pionnière au Cameroun[réf. nécessaire]. Ils proposent des randonnées montagnardes, des excursions et autres prestations. Cet office est sous la tutelle du ministère du Tourisme et est appuyé par le Service allemand de Développement et l'Agence allemande pour la coopération technique.


À 30 minutes plus à l'Ouest se trouve le petit port de Limbé ainsi que quelques kilomètres plus loin, de longues plages de sable volcanique.

Le Jardin botanique de Limbé[7], qui est le deuxième d'Afrique[réf. nécessaire], les coulées de lave de la dernière éruption de 1999, les plantations de palmiers à huile, le fumage du poisson à Idenau, ancien port de l'époque allemande.

Limbé possède aussi un zoo présentant des Mandrill, des Gorilles et des Chimpanzés. Les reptiles eux sont représentés par les crocodiles d'Afrique et les pythons.

CultesModifier

Personnalités nées à BuéaModifier

 
Clinton Njie, footballeur originaire de Buéa
 
Clinton Njié, footballeur Camerounais originaire de Buéa

GalérieModifier

  1. a b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. [1]
  3. Deutsche Kolonialzeitung. Nr. 34. Jahrgang 26 (25. Mai 1909).
  4. HB Nguendo Yangsi, Christopher R Bryant, Visages et défis des principales villes camerounaises, Université de Montréal, juin 2008
  5. Orstom Yaoundé, Atlas du Cameroun, Villes et leurs fonctions, Orstom Abidjan, 1973
  6. Université de Buéa
  7. Le Jardin botanique. Dans : Diderot Serge Nguepjouo M., Étude des performances touristiques de la region du Mont Fako, Province du Sud-Ouest, Cameroun, Université de Ngaoundéré Cameroun - Maitrise 2003

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Dictionnaire des villages du Fako, Centre ORSTOM de Yaoundé, juillet 1973, 76 p.
  • (de) A. Engler, « Victoria und Buea in Kamerun als zukünftige botanische Tropenstationen », Notizblatt des Königl. botanischen Gartens und Museums zu Berlin, Bd. 3, No. 21 (Jan. 17, 1900), p. 1-3
  • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « Buéa », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 123-124 (ISBN 978-2-86950-464-6)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Buéa, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)
  • (en) Communal Development Plan Buea Council, 2016, à télécharger [2]
  • Un descriptif intéressant sur Buéa et un circuit de 20 jours avec l'ascension du Mt. Cameroun : Carnets de voyages
  • Cimes et sommets du Monde
  • Quelques photos de Buéa sur Flickr :[3]