Paraguanajuatite

minéral

Paraguanajuatite
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimique Bi2S3Se2.25Bi2(Se,S)3
Identification
Masse formulaire[2] 691,82 ± 0,08 uma
Bi 60,41 %, S 13,91 %, Se 25,68 %,
Couleur gris de plomb, jaune blanc, blanc jaunâtre, gris
Classe cristalline et groupe d'espace ditrigonale-scalénoédrique ;
R 3m
Système cristallin Trigonal
Réseau de Bravais Rhomboédrique R
Clivage parfait à {0001}
Cassure flexible
Habitus massif, lamellaire, grenu
Échelle de Mohs 2,5-3
Trait gris
Éclat métallique
Propriétés optiques
Pléochroïsme distinct
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 6,2-7
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La paraguanajuatite est une espèce minérale du groupe des sulfures, de formule Bi2(Se,S)3.

Historique de la description et appellationsModifier

Inventeur et étymologieModifier

La paraguanajuatite a été décrite par Paul Ramdohr (1890-1985), minéralogiste allemand, en 1948; son nom lui vient de sa relation alors supposée avec la guanajuatite.

TopotypeModifier

  • Santa Catarina Mine, Rancho Calvillo, Santa Rosa, Sierra de Santa Rosa, Mun. de Guanajuato, Guanajuato, Mexique[3]

Caractéristiques physico-chimiquesModifier

CristallochimieModifier

Groupe de la tétradymite

CristallographieModifier

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a=4,133 Å, c=28,56 Å, Z=3, V=420,86 Å3
  • Densité calculée = 8,19

Propriétés physiquesModifier

Habitus
La paraguanajuatite se trouve souvent en inclusion dans d'autres minéraux. Les cristaux ne dépassent guère quelques millimètres et sont flexibles.

GîtologieModifier

La paraguanajuatite se trouve dans les intercroissances avec la guanajuatite de métamorphisme de contact ainsi que dans les veines hydrothermales.

Minéraux associésModifier

Gisements remarquablesModifier

  • Allemagne
Wölsendorf East District (Wölsendorf - Nabburg District), Wölsendorf Fluorite mining District, Schwandorf, Upper Palatinate, Bavière[4]
  • Japon
Kawazu mine (Rendaiji mine; Rendaizi mine), Rendaiji, Shimoda City, Shizuoka Prefecture, Chubu Region, Honshu Island[5]
  • Mexique
Santa Catarina Mine, Rancho Calvillo, Santa Rosa, Sierra de Santa Rosa, Mun. de Guanajuato, Guanajuato[3]
Industria Mine, Rancho Calvillo, Sierra de Santa Rosa, Mun. de Guanajuato, Guanajuato[6]
  • Suède
Falun, Kopparberg

Notes et référencesModifier

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a et b MJ 14 (1988), 92; Panczner (1987): 115-292.
  4. Weiss: "Mineralfundstellen, Deutschland West", Weise (Munich), 1990
  5. Shimizu et al. (1988) Mineralogical Journal, 14, 92-100.; Int Geol Congr (2008) Oslo. MRD-09
  6. Panczner(1987):115-292.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Ramdohr, P. (1948) Los especes mineralogicas guanajuatite y paraguanajuatite. Comite Direct. Invest. Recursos Minerales Mexico, Bol. 20, 1–15 (in Spanish).
  • (1949) Amer. Mineral., 34, 619 (abs. ref. 1).
  • Godovikov, A.A. and V.A. Klyakhin (1966), Guanajuatite and paraguanajuatite. Akad. Nauk SSSR, Sibirsk. Otdel., Geol. Geofiz., 7,67–76 (in Russian).
  • (1967) Amer. Mineral., 52, 1588 (abs. ref. 3).
  • Shmizu, M., A. Kato, and S. Matsubara (1988) Hemusite and paraguanajuatite from the Lawazu mine, Shizuoka Prefecture, Japan. Mineral. J. (Japan), 14, 92–100.
  • Berry, L.G. and R.M. Thompson (1962) X-ray powder data for the ore minerals. Geol. Soc. Amer. Mem. 85, 28.
  • Sindeeva, N.D (1964) Mineralogy and types of deposits of selenium and tellurium, 71–74.
  • Ramdohr, P. (1969) The ore minerals and their intergrowths, (3rd edition), 702–703.
  • Criddle, A.J. and C.J. Stanley, Eds. (1993) Quantitative data file for ore minerals, 3rd ed. Chapman & Hall, London, 413.

Liens externesModifier