Ouvrir le menu principal

Palais présidentiel (Turquie)

palais présidentiel de la Turquie
Ne doit pas être confondu avec Ak Saray (homonymie) ou Aksaray (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palais présidentiel (homonymie).
Palais présidentiel
Cumhurbaşkanlığı Sarayı
Ak Saray - Presidential Palace Ankara 2014 002.jpg
Présentation
Type
Style
« Néo-seljoukide »
Architecte
Construction
Ouverture
Propriétaire
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Le palais présidentiel, complexe présidentiel ou palais blanc en référence soit à l'AKP[2] soit à la Maison-Blanche[1], en turc Cumhurbaşkanlığı Sarayı, Cumhurbaşkanlığı Külliyesi et Ak Saray, est situé à Ankara dans le quartier de Beştepe. Il est officiellement inauguré par le président Recep Tayyip Erdoğan le .

Sommaire

HistoireModifier

Depuis 1924, le président de la République de Turquie réside au palais de Çankaya, un complexe architectural conçu par Mustafa Kemal Atatürk qui a fondé le régime républicain après l'effondrement de l'Empire ottoman. Ce parc est déclaré zone protégée en 1992[3].

 
Complexe présidentiel turc.

En 2012, Recep Tayyip Erdoğan décide la construction d'un nouveau palais dans cette forêt qui surplombe Ankara. Ce projet de palais était alors destiné à être la résidence du premier ministre. Après l'élection présidentielle turque de 2014, il est décidé que l’Ak Saray soit la résidence du président de la République et que le palais de Çankaya devienne celui du Premier ministre. Trois cours administratives, le TOKİ (Toplu Konut İdaresi, relevant de la présidence de la République)[1], l'OGM (Orman Genel Müdürlüğü dépendant du ministère des eaux et forêts)[1], puis le Conseil d'État déclarent l'illégalité de la construction. Des défenseurs de l'environnement se mobilisent en vain pour protester contre cette construction dans l'un des rares espaces verts d'Ankara[4].

Sa construction aura coûté 491 millions d'euros[5] ou 1,370 milliard de livres turques[6]. Erdoğan justifiera plus tard ce choix en déclarant que le palais qu'il occupait alors qu'il était Premier ministre était « infesté de cafards »[2].

ArchitectureModifier

Le palais s'étend sur 200 000 mètres carrés et possède plus de mille pièces, un centre de congrès, des casemates pouvant résister entre autres à des attaques chimiques, une salle de réunion militaire permettant des communications par satellite, un bureau ne comportant aucun dispositif électrique pour prévenir tout « incident »[3]. L'ensemble est construit dans un style néo-seldjoukide, censé rappeler la première dynastie turque qui régna sur l’Orient du XIe au XIIIe siècle.

PolémiquesModifier

La grandeur, le coût final et la situation géographique du palais voulu par le président Erdoğan sont à l'origine de plusieurs polémiques en Turquie et à l'étranger[3],[4]. L'Union des chambres d'architectes et d'ingénieurs de Turquie évalue en 2015, un an après l'inauguration, quelques-unes des dépenses de fonctionnement. Un mois de climatisation coûterait 600 000 livres, de chauffage au gaz 1 600 000 livres, d'éclairage 1 200 000 livres et de nettoyage 8 000 000 livres[2].

Muharrem İnce, candidat à la l'élection présidentielle turque de 2018, propose de vendre ce palais, d'y accueillir les handicapés ou encore de le transformer en « temple du savoir ».

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (tr) « Başbakanlık Sarayı ihalesinde üçkağıt... İşte mimar », sur gazetecileronline.com, (consulté le 2 juillet 2015)
  2. a b et c (en) « There were cockroaches at Prime Ministry, Erdoğan tells Ak Saray critics », sur todayszaman.com, (consulté le 2 juillet 2015)
  3. a b et c (en) Everton Gayle, « Turkish president Erdogan unveils his new palace of a thousand rooms », sur euronews.com, (consulté le 2 juillet 2015)
  4. a et b « Le nouveau palais présidentiel d'Erdogan «le grand» », sur Le Figaro,
  5. « Le président turc s'offre un palais à 491 millions d'euros », sur Le Monde,
  6. (tr) Selçuk Kapuci, « Şimşek: Ak-Saray'ın maliyeti 1 milyar 370 milyon lira, uçak ise 185 milyon dolar » [archive du ], sur zaman.com.tr, (consulté le 2 juillet 2015)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :