Ouvrir le menu principal

Résidence d'État

résidence d'un représentant de l'État
Page d'aide sur les redirections « Palais présidentiel » redirige ici. Pour les autres significations, voir Palais présidentiel (homonymie).

Une résidence d'État ou résidence officielle est une demeure appartenant à un État et qui a pour fonction d'abriter un chef d'État ou un chef de gouvernement dans l'exercice de ses fonctions ou pendant la durée de son mandat.

On peut également parler de « palais d'État » dans le cas de résidences somptueuses dont l'architecture et l'environnement ont été élevés pour donner plus de lustre à la fonction impériale, royale, princière ou présidentielle.

Dans la plupart des démocraties actuelles, les résidences d'État sont d'anciennes demeures royales édifiées au cours de l'histoire par les souverains et princes régnants, soit pour gouverner, soit pour simplement se reposer. Depuis l'antiquité, la personne d'un souverain s'est toujours accompagnée d'un minimum de rites liés à la fonction royale, rites et fastes organisés et réalisés par les membres de l'entourage royal, puissants, seigneurs importants, clergé ou prêtres. Ces rites ont toujours nécessité des lieux vastes et les cérémonies des objets liés à la personnalisation de la fonction du chef d'État.

La résidence du chef d'État nécessite généralement la présence au minimum d'une administration gouvernementale (cabinet, état-major, ou maison), du personnel domesticité et d'entretien, ainsi que les logements et locaux nécessaires à la vie quotidienne.

Sommaire

Résidences des monarquesModifier

Dans les monarchies, les résidences du souverain ne sont pas toutes des résidences officielles. À celles qui appartiennent à la Couronne, au domaine royal, s'ajoutent celles qu'il peut posséder en privé ou user provisoirement tout en n'en étant pas propriétaire. En revanche, certaines résidences des gouverneurs, baillis, préfets, etc. chargés de le représenter dans les parties de son État, peuvent d'une certaine manière être assimilées à des résidences d'État, similaires aux préfectures françaises.

Dans le cas où un trône a été perdu par une dynastie, les résidences privées ont parfois été laissées ou rendues à l'ancienne famille souveraine. Chaque pays est en cela un cas particulier.

Résidences de monarques en AfriqueModifier

Résidences de monarques en AsieModifier

Résidences de monarques en EuropeModifier

résidences de monarques en OcéanieModifier

Résidences des présidentsModifier

Dans certaines républiques, quand le régime a succédé à une ancienne royauté ou empire, les résidences officielles sont parfois occupées par le chef de l'État républicain.

C'est le cas notamment en Italie, en Autriche et dans la république tchèque, où les présidences respectives sont installées au palais du Quirinal, à la Hofburg, et au château de Prague. Ce fut également le cas en France pour l'ancien palais des Tuileries (détruit), à l'époque de la deuxième République.

Dans autres républiques, quand le régime indépendant a succédé à une ancienne colonie d'un empire, les anciennes résidences vice-royales sont parfois occupées par le chef de l'État républicain. Deux tels cas sont l'Inde et l'Irlande.

Résidence des présidents de la République en AfriqueModifier

Résidences de présidents de la République en AmériqueModifier

Résidences de présidents de la République en AsieModifier

Résidences de présidents de la République en EuropeModifier

Résidence de présidents de la République en OcéanieModifier

Résidences des gouverneursModifier

Aux États-Unis, dans les royaumes du Commonwealth et dans les dépendances de la couronne britannique, le gouverneur joue un rôle de quasi chef d'État. Des palais ou propriétés de fonctions sont établis par le gouvernement pour assurer le fonctionnement des services du Gouverneur, ainsi que les réceptions et événements protocolaires induits par la fonction. Dans la Rome antique, les gouverneurs avaient ainsi un palais officiel.

C'est dans son Palais (situé à Jérusalem, à l'angle nord-ouest de la montagne du Temple) que Ponce Pilate interroge le Christ. Aux États-Unis, on parle de Governor's Mansion ou Governor's Residence. Dans les royaumes du Commonwealth et dans les dépendances britanniques, on parle de Government House. La résidence du gouverneur-général du Canada à Ottawa a un nom spécifique : Rideau Hall.

Résidences des chefs de gouvernementModifier

Comme pour le chef d'État, le chef du gouvernement est également logé par l'État. La résidence du premier ministre britannique est par exemple le fameux 10, Downing Street à Londres.

Résidences des chefs de gouvernement en EuropeModifier

Résidences des chefs de gouvernement hors d'EuropeModifier

Palais nationauxModifier

La notion de « palais national » ou « State Residence » s'applique parfois à d'anciennes résidences officielles, mais dont l'usage n'est qu'épisodique voire révolu. C'est le cas notamment de certains palais nationaux français, tels le château de Compiègne ou celui de Fontainebleau, qui ne sont plus utilisés, sauf en de très rares occasions comme des sommets internationaux.

Certaines parties du château de Versailles sont encore utilisées officiellement : La Lanterne, résidence d'État depuis 1818, affectée au Premier ministre français depuis 1959, et actuellement au président de la République (depuis 2007) ; le Grand Trianon, qui sert actuellement de résidence aux chefs d'État étrangers en visite officielle ; et le Congrès du Parlement français, dans l'aile ouest.

Ambassades et consulatsModifier

Dans les représentations étrangères, un bâtiment ou plusieurs ensembles sont acquis ou loués par les États pour y établir leurs services diplomatiques. Ils peuvent servir de résidence officielle d'un chef d'État ou d'un monarque en visite officielle.

NotesModifier

  1. Leïla Slimani, « Maroc : Lalla Salma, la princesse aux pieds nus », Jeune Afrique, Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2016) :

    « Ils [le roi et et son épouse] ne vivent pas au palais, mais dans une résidence privée à Dar Es Salam, un quartier cossu de la capitale. »

  2. Le palais a été gravement endommagé par le séisme de 2010 et n'est pas utilisé actuellement.
  3. Kim Jong-un, comme ses prédécesseurs, n'est pas officiellement le chef de l'État mais cumule des fonctions qui en font le dirigeant de-facto du pays.
  4. Dans un des bâtiments du complexe, qui abrite aussi le siège du gouvernement et une annexe de l'Assemblée nationale.