Pablo Milanés

compositeur, chanteur et guitariste cubain
Pablo Milanés
Pablo milanes.jpg
Pablo Milanés en 2015.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pablo Paulo Milanés AriasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Autres informations
Membre de
Grupo de Experimentación Sonora del ICAIC (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Tessiture
Instrument
Label
Site web
Distinctions

Pablo Milanés, né le à Bayamo (Cuba) et mort le à Madrid (Espagne)[1],[2], est un compositeur, chanteur et guitariste cubain de nueva trova, un genre musical fondé sur des textes poétiques et engagés qui ont surgi dans la foulée de la révolution cubaine de 1959.

Son œuvre caractérisée par des textes poétiques et profonds a une grande influence du filin. En tant que créateur et interprète, il a exploité presque tous les genres de la musique populaire cubaine et latino-américaine. Il est l'auteur de chansons de renommée internationale telles que Yolanda et Vivir.

Lauréat de deux Latin Grammys (2006) et d'une statuette pour l'excellence musicale (2015), il a combiné des genres et des sonorités qui oscillent entre tradition et modernité puisque sa discographie englobe le filin, le jazz, la rumba, le son et le boléro, répartis sur cinquante albums.

BiographieModifier

Pablo Milanés a étudié au conservatoire municipal de La Havane[3]. Il est considéré comme l'un des fondateurs la nueva trova avec Silvio Rodriguez ou Noel Nicola. De nombreux artistes ont collaboré avec lui, parmi lesquels Silvio Rodriguez (Cuba)[4], Joaquin Sabina, Ana Belén, Joan Manuel Serrat, Víctor Manuel, Los Van Van, Piero, Lilia Vera, Caco Senante, etc. Ses chansons les plus célèbres sont Yolanda[5], Yo me quedo, Amo a esta isla, Yo no te pido et El breve espacio en que no estás[3].

À l'âge de 23 ans, Pablo Milanés a été emprisonné dans les Unités militaires d'aide à la production (UMAP), camps de travail destinés à rééduquer les Cubains qualifiés d'homosexuels, Témoins de Jéhovah, catholiques et autres déviants selon les normes du régime castriste[6].

En 1996 , il effectue une autre longue tournée en Espagne, en compagnie du chanteur asturien Víctor Manuel, avec qui il fait environ vingt-cinq représentations. En 1997, il retourne en Europe, cette fois il se produit au Portugal et en Italie ; et encore l'Amérique latine : Costa Rica, Venezuela, Colombie et Chili, et au Lincoln Center de New York[3].

Il remporte, entre autres, le Prix national de la musique cubaine et le Latin Grammy for Musical Excellence.

À la suite des manifestations anti-gouvernementales du 11 juillet 2021, Pablo Milanés indique qu'il est « irresponsable et absurde de blâmer et réprimer un peuple qui s'est sacrifié pendant des décennies pour soutenir ce régime »[7].

À Cuba, il a donné son dernier concert dans le populaire colisée de la Ciudad Deportiva (Cité des Sports), devant des milliers de personnes, au cours d'une soirée marquée par des chansons emblématiques et d'autres de son dernier album Días de Luz[8], dont la tournée de promotion l'a conduit sur des scènes aux États-Unis et en Espagne[9].

Il est le père de la chanteuse cubaine Suylén Milanés Bennet, morte en janvier 2022 à la suite d’un accident vasculaire cérébral[10],[11].

Il meurt le 22 novembre 2022 à l'âge de 79 ans, à Madrid en Espagne[12].

DiscographieModifier

La discographie de Milanés compte plus de 40 albums solo, auxquels il faut ajouter une quinzaine d'œuvres avec le Groupe d'Expérimentation Sonore ICAIC (GESI), ainsi que son grand nombre d'œuvres dans des albums collectifs et des collaborations avec d'autres artistes.

  • 1974 – Versos José Martí Cantados por Pablo Milanés
  • 1975 – Canta a Nicolás Guillén
  • 1976 – Pablo Milanés
  • 1978 – No me pidas
  • 1979 – Aniversario
  • 1979 – Años avec Luis Peña
  • 1980 – Canta a la resistencia popular chilena
  • 1981 – El pregón de las flores avec Lilia Vera
  • 1981 – Filin
  • 1982 – Yo me quedo
  • 1983 – El guerrero
  • 1984 – Comienzo y final de una verde mañana
  • 1984 – Ao vivo no Brasil
  • 1986 – Querido Pablo
  • 1986 – Años 2 avec Luis Peña et Octavio Sánchez (Cotán)
  • 1987 – Buenos días América
  • 1987 – Trovadores avec Armando Garzón
  • 1988 – Proposiciones
  • 1989 – Filin 2
  • 1989 – Filin 3
  • 1990 – Identidad
  • 1991 – Canto de la abuela
  • 1991 – Filin 4
  • 1991 – Filin 5
  • 1992 – Años 3 avec Luis Peña (El Albino), Compay Secundo

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) Charisma Madarang et Charisma Madarang, « Pablo Milanés, Cuban Singer and Songwriter, Dead at 79 », sur Rolling Stone, (consulté le )
  2. « Pablo Milanés, figure emblématique de la musique cubaine, est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c (es) « Pablo Milanés », sur ecured.cu (consulté le ).
  4. « Pablo Milanés, figure emblématique de la musique cubaine, est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Last Night in Orient- LNO, « Pablo Milanés - Yolanda (En Vivo Desde La Habana, Cuba) », sur Last Night in Orient (consulté le )
  6. (en) Pablo Milanés y campos de concentración en Cuba: "Todavía espero que el Gobierno pida perdón" 14 février 2015
  7. « À La Havane ou en exil, les artistes cubains joignent leurs voix à celles des manifestants pour la liberté. », sur Le Figaro, (consulté le )
  8. (es) « Milanés, el trovador cubano enamorado de Galicia », sur RTVE.es, (consulté le )
  9. « Silvio Rodríguez rend hommage à l'auteur-compositeur-interprète Pablo Milanés », sur www.radiohc.cu (consulté le )
  10. anonyme, « Décès de la chanteuse cubaine Suylén Milanés », sur Analyse communiste internationale (consulté le )
  11. (es) « Fallece en La Habana la cantante Suylén Milanés Benet, hija de Pablo Milanés », sur Radio y Televisión Martí | RadioTelevisionMarti.com (consulté le )
  12. (es) [1], sur lanacion.com.ar

Article connexeModifier

Liens externesModifier