Pablo Hermoso de Mendoza

torero espagnol

Pablo Hermoso de Mendoza
Image illustrative de l’article Pablo Hermoso de Mendoza
Pablo Hermoso de Mendoza aux arènes de Nîmes en 1995
Présentation
Nom de naissance Pablo Hermoso de Mendoza
Naissance (54 ans)
Estella-Lizarra province de Navarre
Nationalité Espagnol
Site internet http://www.pablohermoso.net
Carrière
Alternative 18 août 1989 à Tafalla
Parrain, Manuel Vidrié
Confirmation d'alternative 20 mai 1990 à Madrid

Pablo Hermoso de Mendoza, né le à Estella (Espagne, Navarre), est un rejoneador espagnol et auteur publié par la maison d'édition Au diable vauvert.

BiographieModifier

Il est issu d'une famille modeste, ce qui est assez rare dans le milieu du rejoneo et qui aurait pu être un handicap sans son extrême maîtrise des chevaux dans tous les moments de la lidia[1]. Dès le , il est présent à Pampelune, avec un numéro de sauts d'obstacles étourdissant.

Il fait ses débuts le à Pampelune. Il passe son alternative à Tafalla le avec Manuel Vidrié comme parrain.
Il se présente le à Madrid. Pablo Hermoso de Mendoza a toréé 19 corridas dans les arènes de Nîmes et a coupé 40 oreilles là-bas et 5 queues pour 15 sorties en triomphe.
Le , il demande l'indulto à Durango (  Mexique) pour un taureau de Bernaldo de Quitos. Il obtiendra deux oreilles et la queue symboliques.

Cavalier particulièrement doué, il devient une figure indiscutable du rejoneo dès 1994. Il se produit dans les plus grandes ferias, notamment en France, lors des rencontres équestres de Méjanes, et des Saintes-Maries-de-la-Mer.

Le , il triomphe à Séville avec un cheval de légende : « Cagancho »[1] avec lequel il obtient une ovation dans les arènes de la Real Maestranza

En 2009, sa suprématie a été une nouvelle fois incontestable avec 63 corridas toréées pour 128 oreilles et sept queues coupées arrivant pour la quatrième année consécutive en tête de l'escalafón[2].

En 2015, il reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts, décernée par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports[3].

EscalafónModifier

  • Saison 1999 : 84 corridas - 127 oreilles - 3 queues
  • Saison 2000 : 98 corridas - 183 oreilles - 16 queues
  • Saison 2001 : 114 corridas - 259 oreilles - 20 queues (blessure à Madrid (saison interrompue pendant 45 jours))
  • Saison 2002 : 142 corridas - 326 oreilles - 32 queues
  • Saison 2003 : 114 corridas - 256 oreilles - 26 queues
  • Saison 2004 : 116 corridas (57 en Amérique et 59 en Europe) - 201 oreilles - 16 queues (4e de l'escalafón européen)
  • Saison 2005 : 92 corridas - 194 oreilles - 15 queues dont 24 corridas - 58 oreilles - 10 queues en Amérique
  • Saison 2006 : 101 corridas - 226 oreilles - ? queues
  • Saison 2007 : 120 corridas - 278 oreilles - 33 queues dont 33 corridas - 83 oreilles - 17 queues en Amérique
  • Saison 2008 : 67 festejos - 137 oreilles - 6 queues
  • Saison 2009[4] : 60 corridas - 125 oreilles - 7 queues (1er de l'escalafón européen)
  • Saison 2010 : 50 corridas - 107 oreilles - 7 queues
  • Saison 2011 : 53 corridas - 92 oreilles - 5 queues en Europe (près de 50 corridas en Amérique)[5]

Chevaux vedettesModifier

  • Cagancho
  • Orphéo
  • Quierto

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Bérard 2003, p. 555
  2. (fr) Le dimanche 20 septembre 2015 , il gracie le taureau noblessito de la manade de Bohorquez dans les arènes de Nîmes. Mendoza : la haute école du rejoneo contemporain, www.arenes-arles.com, consulté le 29 septembre 2010
  3. (es) « Real Decreto 1179/2015, de 29 de diciembre, por el que se concede la Medalla al Mérito en las Bellas Artes, en su categoría de oro, a las personas y entidades que se relacionan », sur Boletin de Estado, Madrid, (consulté le 2 janvier 2015).
  4. au 18 octobre
  5. Arènes Arles Infos, N°32, juin 2012

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont, , 1056 p. (ISBN 2-221-09246-5)
  • Au cœur des chevaux, Éditions Au diable vauvert, 2016, Autobiographie traduite de l’espagnol par Antoine Martin

Article connexeModifier