Osman Bayezid Osmanoğlu

Osman Bayezid Osmanoğlu
Description de l'image defaut.svg.

Succession

Prétendant au trône de Turquie


(7 ans, 3 mois et 14 jours)

Nom revendiqué « Bayezid III »
Prédécesseur Osman Ertuğrul Osmanoğlu
Successeur Dündar Ali Osmanoğlu
Biographie
Titulature « Prince impérial de l’Empire ottoman, calife »
Dynastie Osmanoğlu
Nom de naissance Osman Bayezid Osmanoğlu
Naissance
Paris (France)
Décès (à 92 ans)
New York (États-Unis)
Père Ibrahim Tevfik
Mère Hadice Sadiye
Religion Islam

Description de cette image, également commentée ci-après

Le prince Osman Bayezid Osmanoğlu ou Bayezid Osman (, Paris, New York) est le chef de la famille impériale de Turquie qui a régné sur l’Empire ottoman de 1281 à 1922 et prétendant au trône ottoman (2009-2017).

BiographieModifier

Bayezid Osman est né en France : c'est le premier des chefs de la dynastie ottomane à être né en exil, hors de la Turquie. Après le divorce de ses parents, il déménage avec sa mère de la France aux États-Unis. Il fut officier des forces armées américaines. Ayant étudié différentes langues à New York, il a travaillé dans une bibliothèque et avec les retraités. Osman Bayezid Osmanoğlu ne s'est jamais marié et n'a pas d’enfants.

La succession de 2009 a attiré l’attention sur la règle successorale des sultans ottomans chez qui le trône revient au plus âgé des descendants mâles et par les mâles du fondateur de la dynastie. Le prétendant Osman Ertuğrul (1912-2009) avait pour grand-père paternel le sultan Abdülhamid II. Le prince Bayezid Osman est un descendant (en ligne purement masculine) du sultan Abdülmecit Ier. L’héritier de Bayezid Osman est le prince Dündar Aliosman (né en 1930), qui descend (en ligne purement masculine) du sultan Abdülhamid II[1] comme l’ancien prétendant.

Il meurt le à New York à l'âge de 92 ans[2].

Notes et référencesModifier

  1. (tr) « Son Osmanlı vefat etti », sur Türkçe Bilgi, (consulté le 17 juillet 2016).
  2. (en) « Last heir to former Ottoman Empire, Prince Bayezid Osman dies at age 92 », The Muslim Times, 7 janvier 2017.

AnnexesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

NavigationModifier