Olympe Bradna

Olympe Bradna
Description de cette image, également commentée ci-après
Olympe Bradna vers 1936 (photo promotionnelle)
Nom de naissance Antoinette Olympe Bradna
Naissance
Paris 10e
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 92 ans)
Lodi
Californie, États-Unis
Profession actrice Danseuse
Films notables Roger la Honte (1933)
Âmes à la mer (1937)
Le Dernier Train de Madrid (1937)

Antoinette Olympe Bradna est une actrice et danseuse française, née le à Paris 10e, morte le à Lodi (Californie)[1].

BiographieModifier

 
Dans Argentinean Magazine (1938)

Antoinette Olympe naît à paris en 1920 dans une famille d'artistes de cirque. Son père, un Bohémien tchèque, et sa mère, une autrichienne-allemande, pratiquent l'équitation monte à cru et sont très connus. Ils produisent également un numéro avec des chiens savants. Le prénom Olympe lui vient de ce qu'au moment de sa naissance, ses parents devaient produire leur numéro avec les chiens sur la scène de l'Olympia de Paris (son père exécutera le numéro en solo)[2].

Dès sa tendre enfance, Olympe suit sa famille en tournée en France et à travers l'Europe. À partir de huit ans, elle se produit comme danseuse. Ses parents l'accompagnent en Suède, Norvège, Allemagne, Suisse, Italie et France. À Paris, elle exécute "une danse acrobatique" dans la version française de la pièce musicale Hit the Deck. Plus tard, elle intègre les Folies Bergère.

Sa carrière au cinéma commence en France. Adolescente, elle tourne dans deux films français réalisés par Gaston Roudès : Roger la Honte (avec Constant Rémy et Germaine Rouer) et Flofloche (avec Armand Bernard et France Dhélia), sortis respectivement en 1933 et 1934.

Puis en 1934, à l'âge de seize ans, elle émigre définitivement aux États-Unis avec ses parents. Elle continue à se produire comme danseuse et elle est remarquée dans deux numéros dansés de la Revue Folies Bergère présentée en 1934 et 1935 à Chicago et New York. Elle va à Hollywood où elle signe avec les studios Paramount Pictures un contrat de sept ans. En 1935, elle est l'une des sept starlettes présentées par la Paramount au public comme « jeune espoir du cinéma »[3].

Olympe Bradna tourne douze films ; les deux premiers sortent en 1936. Elle jouera dans le film d'aventures Âmes à la mer, avec Gary Cooper et George Raft (1937) ; Le Dernier Train de Madrid avec Dorothy Lamour, Lew Ayres et Gilbert Roland (1937). En 1938, elle obtient le rôle féminin principal dans Le Paradis volé (Stolen Heaven) face à Gene Raymond.

Durant l'année 1941, elle tourne ses trois derniers films (dont Escadrille internationale - International Squadron), avec Ronald Reagan et William Lundigan, puis la mème année, elle épouse l'héritier d’une riche famille californienne, Douglas Woods Wilhoit et se retire définitivement du cinéma pour se consacrer à son foyer. Elle a alors 21 ans. Le couple aura quatre enfants et restera marié pendant plus de 70 ans. Olympe Bradna meurt à l'âge de 92 ans, en novembre 2012, neuf mois après le décès de son époux.

 
Avec le directeur de la photographie Harry Fischbeck, sur le tournage de Le Dernier Train de Madrid (1937)

Théâtre (sélection)Modifier

Filmographie complèteModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Certaines sources (dont l'IMDb ci-dessus) mentionnent Stockton (Californie) comme lieu de décès.
  2. Article sur Olympe Bradna paru dans le magazine américain Photoplay de 1938 : « Well then, on August 12th, 1921, not more than eight blocks from where the widely bally-hooed Eiffel Tower in Paris thrusts its snoot to the sky, the vaudeville couple known as Jean and Joseph Bradna clapped hands for a chubby little newcomer — and worried about their act, then running at the Olympic Theater. It was a routine with trained dogs and the young mother fretted about what the puppies might think of her desertion of them. Papa Joe went on himself that night and the act must have gone along smoothly for it wasn’t cancelled. The little girl was christened Antoinette but because she was born while the act was at the Olympic, Papa and Mama Bradna added the name of Olympia in honor of the theater and a few months later euphonized it to Olympe, pronounced O-Lamp — and it has been that ever since. » [1]
  3. (en) Paramount "Lucky 7" starlets of 1935

Liens externesModifier