Neophocaena phocaenoides

espèce de mammifères
Neophocaena phocaenoides
Description de cette image, également commentée ci-après
Marsouin aptère
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Cetacea
Sous-ordre Odontoceti
Famille Phocoenidae

Genre

Neophocaena
Palmer, 1899

Espèce

Neophocaena phocaenoides
Cuvier, 1829

Statut de conservation UICN

( VU )
VU A2cde+3cde+4cde : Vulnérable

Statut CITES

Sur l'annexe I de la CITES Annexe I , Rév. du 28/06/1979

Le marsouin aptère (Neophocaena phocaenides) est un cétacé de petite taille. C'est le seul représentant du genre Neophocaena.

Autres noms : marsouin de l'Inde, marsouin de Cuvier ou marsouin noir[1].

CaractéristiquesModifier

Comme son nom l'indique, le marsouin aptère est dépourvu d'aileron dorsal. Ce marsouin de taille moyenne est difficile à identifier et à apercevoir au moment où il fait brièvement surface et roule doucement dans l'eau pour remplir ses poumons d'air. Il se distingue des autres espèces de marsouin par son front protubérant comme celui des dauphins et son museau légèrement pointu[1].

La taille de ses petits varie de 50 à 70 centimètres. les adultes peuvent peser jusqu'à 72 kg, mais sont général plus légers: les mâles peuvent atteindre 1,90 m pour un poids de 40 à 50 kg mais les femelles sont plus petites. [1].

Sa peau est de couleur gris clair, sa tête est ronde et il n'a pas de bec. Sur le haut de son corps il possède de petits tubercules et sa nageoire caudale possède une encoche au milieu.

Sa dentition comporte une trentaine de dents comprimées et aplaties à l'extrémité.

Le marsouin aptère a un aspect physique que l'on peut comparer à un béluga.

AlimentationModifier

Il se nourrit seul ou en petits groupes composés de 3 à 5 individus, occasionnellement 10 ou plus[1].

Il attrape petits poissons et mollusques au fond de l'eau[1].

Il migre parfois pour de courts voyages saisonniers à la suite de ses proies.

Répartition et habitatModifier

Il vit près des côtes, dans l'océan Indien et le Pacifique ouest où il fréquente les estuaires et remonte les fleuves[1]. On trouve quelques spécimens de marsouins aptère dans le fleuve Yang-Tsé-Kiang (Chang Jiang en chinois) ou sa population fut en partie réduite à cause de l'activité humaine aux abords du fleuve[2]. Le dauphin de Chine, lui, a peut être disparu complètement. La dernière expédition de recherche internationale de 2006 n'a pas trouvé ne serait-ce qu'un seul individu[3].

Neophocaena phocaenoides phocaenoides (G. Cuvier, 1829) est localisé dans les eaux côtières, voire les embouchures des fleuves, de l'océan Indien, et de la mer de Chine méridionale, du golfe Persique jusqu'au détroit de Formose. C'est, parmi tous les marsouins, le groupe qui fréquente les eaux les plus tropicales, et ce, sur la plus grande distance[4],[5].

Neophocaena phocaenoides sunameri Pilleri and Gihr, 1975, fréquente les eaux côtières et les embouchures de la mer de Chine orientale, de Taïwan jusqu'à la Corée et au Japon. Il présente des homologies biométriques et génétiques avec la sous-espèce asiaeorientalis, qui pourraient inciter à le regrouper avec cette dernière sous-espèce en une espèce séparée[6],[7],[8].

Neophocaena phocaenoides asiaeorientalis (Pilleri and Gihr, 1972) n'a été localisé que dans les cours moyen et inférieur du Yang Tsé, soit sur 1 600 km à partir de l’estuaire, ainsi que les lacs Poyang et Dongting et leurs affluents. Il semble que cette sous-espèce soit uniquement dulcicole[9]. Les comptages, très difficiles, semblent indiquer une diminution rapide des effectifs, en raison de la pollution des eaux[10],[11],[12],[13].
De plus, sur la base de la modélisation de protéines par homologie et des caractéristiques de leur protéine ACE2, il n'est pas exclu que cette espèce puisse être infectée par le coronavirus responsable de la pandémie de Covid-19 (voire qu'elle soit l'espèce intermédiaire dans laquelle le virus aurai pu émerger, comme l'humain, les bovidés ou les rongeurs du groupe des cricétidés), selon trois chercheurs de l'université de Shandong (Luan et al. ; 1er avril 2020)[14] qui suggèrent en 2020 de rechercher s'il est infecté par le SARS-CoV-2 (ou par un coronavirus apparenté)[14].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Le Règne Animal, David Burnie, 2002, (ISBN 2-07-055151-2)
  2. AFP, « Chine. Le marsouin du Yangtsé vit ses derniers jours », 20 minutes.fr,‎ (lire en ligne).
  3. « Dauphin de Chine - Baiji ou dauphin du Yangzi Jiang », sur www.especes-menacees.fr, (consulté le ).
  4. (fr) Référence Catalogue of Life : Neophocaena phocaenoides phocaenoides .
  5. (fr+en) Référence ITIS : Neophocaena phocaenoides phocaenoides (+ version anglaise).
  6. (fr) Référence Catalogue of Life : Neophocaena phocaenoides sunameri .
  7. (fr+en) Référence ITIS : Neophocaena phocaenoides sunameri (+ version anglaise).
  8. (en) Référence NCBI : Neophocaena phocaenoides sunameri (taxons inclus).
  9. (en) Xuming Zhou, Xuanmin Guang, Di Sun et Shixia Xu, « Population genomics of finless porpoises reveal an incipient cetacean species adapted to freshwater », Nature Communications, vol. 9, no 1,‎ , p. 1276 (ISSN 2041-1723, PMID 29636446, PMCID PMC5893588, DOI 10.1038/s41467-018-03722-x, lire en ligne, consulté le ).
  10. (en) Référence UICN : espèce Neophocaena phocaenoides asiaeorientalis (C2b).
  11. (fr) Référence Catalogue of Life : Neophocaena phocaenoides asiaeorientalis .
  12. (fr+en) Référence ITIS : Neophocaena phocaenoides asiaeorientalis (+ version anglaise).
  13. (en) Référence NCBI : Neophocaena phocaenoides asiaeorientalis (taxons inclus).
  14. a et b (en) Junwen Luan, Xiaolu Jin, Yue Lu et Leiliang Zhang, « SARS-CoV-2 spike protein favors ACE2 from Bovidae and Cricetidae », Journal of Medical Virology,‎ (DOI 10.1002/jmv.25817, lire en ligne, consulté le ).

AnnexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :