Ouvrir le menu principal

Nello Celio

personnalité politique suisse

Nello Celio
Illustration.
Photo officielle de Nello Celio
Fonctions
80e conseiller fédéral

(7 ans)
Élection
Réélection
Prédécesseur Paul Chaudet
Successeur Georges-André Chevallaz
Chef du Département des finances et des douanes

(5 ans et 6 mois)
Prédécesseur Roger Bonvin
Successeur Georges-André Chevallaz
Président de la Confédération suisse

(1 an)
Élection
Vice-président Roger Bonvin
Chancelier Karl Huber
Prédécesseur Rudolf Gnägi
Successeur Roger Bonvin
Chef du Département militaire

(1 an et 6 mois)
Prédécesseur Paul Chaudet
Successeur Rudolf Gnägi
Conseiller national

(3 ans et 29 jours)
Législature 37e (1963-1967)
Président du Parti radical-démocratique (PRD)

(4 ans)
Prédécesseur Eugen Dietschi
Successeur Pierre Glasson
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Quinto (Suisse)
Origine Canton du Tessin
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Berne (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti radical-démocratique (PRD)
Diplômé de Université de Bâle

Nello Celio
Conseillers fédéraux de Suisse
Présidents de la Confédération suisse

Nello Celio, né le à Quinto (Léventine) et décédé le à Berne, est une personnalité politique suisse, membre du Parti radical-démocratique. Il fut notamment conseiller fédéral de 1966 à 1973.

BiographieModifier

Licencié ès sciences commerciales de l'École cantonale de Bellinzone en 1933, il étudie ensuite le droit aux Universités de Bâle et Berne où il obtient le titre de docteur en droit en 1937. Il devient ensuite secrétaire du Département cantonal de l'Intérieur de 1941 à 1945, puis est procureur général du canton du Tessin en 1945-1946.

Il est ensuite élu au Conseil d'État tessinois en 1946 où il dirige le département des Travaux publics jusqu'en 1959. Il est ensuite avocat au barreau de Lugano dès cette date, puis entre en 1960 au Conseil communal de Lugano.

Il est élu au Conseil national en 1963 puis, le 14 décembre 1966, au Conseil fédéral où il prend tout d'abord la tête du Département militaire du 1er janvier 1967 au 30 juin 1968 ; à ce poste, il a la tâche de passer d'une défense nationale à une défense globale. Du 1er juillet 1968 au 31 décembre 1973, il passe au département des Finances où il s'attèle à la réforme du régime financier de la Confédération ; son projet, qui prévoit de doter la Confédération de la compétence définitive de prélever l'impôt de défense nationale et l'impôt sur le chiffre d'affaires, est accepté par le peuple en novembre 1970 mais rejeté par les cantons. Une nouvelle version du régime financier, moins ambitieuse, est acceptée en juin 1971 lors du premier scrutin fédéral auquel les femmes suisses purent participer.

Pendant sa carrière, il a à affronter la surchauffe économique. Alors que le taux d'inflation atteignit jusqu'à 12 %, Nello Celio proposa au Parlement et au peuple des mesures qui furent massivement adoptées. En revanche, son projet d'étendre les pouvoirs de la Banque Nationale, ce que l'on appela l'instrumentarium, fut rejeté. Il est président de la Confédération suisse en 1972.

Liens externesModifier