Ouvrir le menu principal
Nadia Bolz-Weber
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Site web

Nadia Bolz-Weber (née en 1969) est une pasteure et théologienne luthérienne américaine, fondatrice de la House for All Sinners and Saints (en français : « Maison pour tous les pécheurs et les saints »), une communauté de l'Église évangélique luthérienne aux États-Unis à Denver (Colorado). Elle est l'autrice de plusieurs ouvrages de spiritualité, dont deux ont figuré dans la New York Times Best Seller list.

BiographieModifier

Nadia Bolz-Weber grandit à Colorado Springs dans une famille chrétienne fondamentaliste[1].

En 1986, à l'âge de dix-sept ans, elle commence à se faire tatouer ; ses bras portent aujourd'hui des tatouages évoquant respectivement l'année liturgique et l'Évangile. Elle étudie quelque temps à l'université Pepperdine avant d'arrêter ses études et de s'installer à Denver[2]. Elle dit avoir consommé pendant près de dix ans des quantités importantes d'alcool et de stupéfiants, avant de devenir abstinente en 1996[1].

Elle travaille comme comédienne dans des restaurants[3]. En 2004, elle se sent appelée à exercer un ministère après s'être vue demandée de prononcer l'éloge funèbre d'un ami qui venait de se suicider[4].

Elle est ordonnée pasteure en 2008[3]. La communauté qu'elle sert, la House for All Sinners and Saints, accueille environ un tiers de personnes LGBT[2].

OuvragesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Colleen O'Connor, Nadia Bolz-Weber, Tattooed 'Pastrix', Ministers to Sinners and Saints, The Denver Post, le 10 septembre 2015.
  2. a et b (en) Jane Little, Nadia Bolz Weber: A Pastor For America's Outsiders, BBC News, le 6 juillet 2015.
  3. a et b (en) Draper Electa, Pastor turns heads by blending tradition and irreverence: Guided by Resurrection, and a dose of insurrection, The Denver Post, le 22 avril 2011.
  4. (en) Michelle Boorstein, Bolz-Weber's liberal, foulmouthed articulation of Christianity speaks to fed-up believers, The Washington Post, le 3 novembre 2013.