Nabi Salih

village palestinien situé en Cisjordanie

Nabi Salih
النبي صالح
Nabi Salih
Vue distante de Nabi Salih (2011)
Administration
Pays Drapeau de la Palestine Palestine
Gouvernorat Ramallah-Al Bireh
Démographie
Population 600 hab. (2016)
Densité 214 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 01′ 00″ nord, 35° 07′ 29″ est
Altitude 570 m
Superficie 280 ha = 2,8 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Palestine
Voir sur la carte administrative de Palestine
City locator 14.svg
Nabi Salih

Nabi Salih, ou an-Nabi Salih, Nabi Saleh, en arabe : النبي صالح, est un village du centre de la Cisjordanie administré par l'Autorité palestinienne qui fait partie du gouvernorat de Ramallah. Il se trouve à 20 kilomètres au nord-ouest de Ramallah et al-Bireh[1]. En 1922, la population s'élevait à 105 habitants[1]. En 2007, elle en compte 534[2]. Des marches hebdomadaires de protestation non-violentes contre l'occupation des territoires palestiniens s'y déroulent depuis 2010, pratique suspendue en 2016, après que 350 villageois ont été blessés dans des affrontements avec les militaires de l'Armée israélienne, durant cette période[3]. Le nom du village fait référence au prophète Sâlih[4].

HistoireModifier

Des tessons de l'époque romaine et byzantine ont été trouvés à Nabi Salih[5].

Époque ottomaneModifier

Nabi Salih, comme toute la Palestine , est incorporée à l'Empire ottoman, en 1517 et des tessons du début de l'ère ottomane y ont également été trouvés ici[5]. Dans le registre de recensement cadastral de 1596, le village est nommé Dayr Salih, faisant partie de la nahié de Quds dans la liwa (en) de Quds. Il avait une population de 2 ménages, tous deux musulmans . Ceux-ci ont payé un taux d'imposition fixe de 33,3 % sur les produits agricoles, y compris le blé, l'orge et les cultures d'été, en plus de leurs revenus occasionnels, soit un total de 550 Akçes[6].

L'explorateur français Victor Guérin visite l'endroit à deux reprises, au XIXe siècle. En 1863, il monte sur la hauteur voisine, et en 1870, il souligne que l'endroit a été nommé d'après Josué qui y est vénéré là dans une kubbet, une tombe, partiellement construite avec des pierres régulières remontant à l'antiquité[7]. En 1870, Guérin estime que le village compte 150 habitants, tandis qu'une liste de villages ottomans, datant de la même année, indique que Nebi Salih compte 5 maisons et une population de 22 habitants, bien que la population ne comprenait que des hommes[8],[9].

En 1882, l'enquête du Palestine Exploration Fund, sur la Palestine occidentale, le décrit comme « un village de taille moyenne sur une crête, avec une petite mosquée et un puits au sud. Il y a une rivière à environ trois quarts de mille à l'est »[10].

En 1896, la population de Nabi Salih est estimée à environ 102 personnes[11].

Sanctuaire de SalihModifier

La tradition locale identifie le complexe de bâtiments de couleur bleue dans le village comme étant le sanctuaire du prophète Sâlih[12], selon la Bible Shelah, le fils de Juda. La structure moderne a été construite au XIXe siècle pendant la domination ottomane. Le bâtiment comprend une zawiya, un lieu d'hébergement soufi et est surveillé par un gardien[13]. Il est situé sur les restes d'une structure de croisés, vraisemblablement construite sur les ruines d'une église de l'époque Byzantine. Les vestiges de la structure croisée-byzantine comprennent l'abside d'une chapelle à trois nefs située à l'arrière du complexe du sanctuaire.

Personnalités notoiresModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Welcome To al-Nabi Salih District of Ramallah النبي صالح », sur le site palestineremembered.com (consulté le ).
  2. (ar) « Recensement de 2007 » [PDF], sur Bureau central palestinien des statistiques (consulté le ).
  3. (en) Allison Deger, « After building a protest movement, West Bank village of Nabi Saleh steps back from weekly Friday protests », sur le site Mondoweiss, (consulté le )
  4. Palmer, p. 240.
  5. a et b Finkelstein, p. 379-380.
  6. Hütteroth et Abdulfattah, p. 112.
  7. Guérin, p. 108.
  8. Socin, p. 158.
  9. Hartmann, p. 106.
  10. Conder, p. 291.
  11. Schick, p. 126.
  12. « La réinvention du Mawsim de NABÎ SÂLIH Les territoires Palestiniens (1997-2000) » [PDF], sur le site journals.openedition.org (consulté le ).
  13. Bussow, p. 123-124.

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Bussow Johann, Hamidian Palestine : Politics and Society in the District of Jerusalem 1872-1908, Leiden/Boston, Brill, , 620 p. (ISBN 978-90-04-20569-7 et 90-04-20569-1, lire en ligne).  .
  • (en) Conder Claude Reignier et Kitchener H. H, The Survey of Western Palestine : Memoirs of the Topography, Orography, Hydrography, and Archaeology, Londres, Palestine Exploration Fund, (lire en ligne).  .
  • (en) Finkelstein Israel et Lederman Zvi, Highlands of many cultures : the Southern Samaria survey, Tel Aviv, Institut d'archéologie de l'université de Tel Aviv, , 959 p. (ISBN 965-440-007-3).  .
  • Guérin Victor, Description Géographique Historique et Archéologique de la Palestine, vol. 2, Samarie, (lire en ligne), p. 107-109.  .
  • (de) Hartmann M., Die Ortschaftenliste des Liwa Jerusalem in dem türkischen Staatskalender für Syrien auf das Jahr 1288 der Flucht (1871), Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins, , p. 102–149.  .
  • (en) Hütteroth Wolf-Dieter et Abdulfattah Kamal, Historical Geography of Palestine : Transjordan and Southern Syria in the Late 16th Century, Erlanger Geographische Arbeiten, Sonderband 5. Erlangen, Germany: Vorstand der Fränkischen Geographischen Gesellschaft, , 224 p. (ISBN 3-920405-41-2).  .
  • (en) Palmer E. H., The Survey of Western Palestine : Arabic and English Name Lists Collected During the Survey by Lieutenants Conder and Kitchener, Committee of the Palestine Exploration Fund, (lire en ligne).  .
  • (de) Schick C, Zur Einwohnerzahl des Bezirks Jerusalem, Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins, , p. 120–127.  .
  • (de) Socin A, Alphabetisches Verzeichniss von Ortschaften des Paschalik Jerusalem, Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins, (lire en ligne), p. 135–163.  .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Source de la traductionModifier