Montouhotep Ier

pharaon égyptien

Montouhotep Ier
Image illustrative de l’article Montouhotep Ier
Fragment d'une statue assise de Montouhotep Ier provenant d'Éléphantine - Musée égyptien du Caire
Période Première Période intermédiaire
Dynastie XIe dynastie
Fonction nomarque, proclamé roi à titre posthume
Dates de fonction -2160 à -2123 (selon A. D. Dodson), avec Antef Ier
-2134 à -2130
-2124 à -2107 (selon Jaromir Málek), avec Antef Ier
-2119 à -2103 (selon J. von Beckerath)
Successeur Antef Ier
Famille
Grand-père paternel Ikou de Thèbes ?
Père Antef l'Ancien ?
Conjoint Néférou Ire
Enfant(s) Antef Ier
Antef II
Néféroukait ?

Montouhotep Ier, ou Mentouhotep Ier, était le nomarque du nome de Thèbes, probable fils d'Antef l'Ancien et petit-fils d'Ikou de Thèbes, eux aussi gouverneurs du nome de Thèbes. Il a été proclamé roi après sa mort par son probable fils et successeur Antef Ier, sa titulature ayant été créée à ce moment-là. Son règne est situé aux alentours de -2134 à -2130[1]. Le Canon royal de Turin (5.13) a une lacune sur son nom.

FamilleModifier

La femme de Montouhotep est probablement Néférou Ire et la statue de Heqaib pourrait être interprétée comme montrant qu'il était le père d'Antef Ier et d'Antef II. La liste royale de la Chambre des ancêtres comporte apparemment un personnage non royal (sans cartouche), nommé Antef, en position n°13, juste à côté du nom Men... qui correspond probablement à Montouhotep Ier. Cela pourrait éventuellement faire référence à Antef l'Ancien, fils d'Ikou. Cependant, les rois des fragments restants ne sont pas listés par ordre chronologique, ce qui n'est pas du tout certain.

AttestationsModifier

Montouhotep était probablement un nomarque égyptien local à Thèbes au pendant la Première Période intermédiaire, vers 2135 avant J.-C. La liste liste royale de la Chambre des ancêtres de Thoutmôsis III conserve, en position n° 12, le nom partiel Men- dans un cartouche royal, distinct de ceux de Montouhotep II (n° 29) ou de Montouhotep III (n° 30) (Montouhotep IV ayant été systématiquement exclu des listes royales, ce ne peut pas non plus être lui). Les fragments disponibles de la liste ne semblent pas représenter les pharaons passés dans un ordre chronologique quelconque, et on ne peut donc pas déterminer si et quand ce pharaon Men- a vécu. De nombreux chercheurs ont affirmé que la liste a permis de démontrer qu'un Montouhotep, qui aurait pu n'être qu'un nomarque thébain, s'est vu attribuer à titre posthume un titre royal par ses successeurs ; c'est pourquoi ce personnage conjectural est appelé conventionnellement Montouhotep Ier[2],[3],[4],[5].

Le fait qu'aucun monument contemporain ne puisse être attribué avec certitude à un roi Montouhotep Ier a conduit certains égyptologues à proposer qu'il s'agit d'un ancêtre fictif et fondateur de la XIe dynastie, inventé à cette fin dans la dernière partie de la dynastie. Sur le socle d'une statue du sanctuaire de Heqaib à Éléphantine, un Montouhotep est désigné comme « Père des dieux »[6],[7]. Ce titre fait probablement référence aux successeurs immédiats de Montouhotep, Antef Ier et Antef II, qui ont régné en tant que rois. À partir de ce titre, de nombreux égyptologues ont soutenu que ce Montouhotep était probablement le père de ces deux rois,[2],[6],[8] et aussi qu'il n'a jamais été un roi, ce titre étant généralement réservé aux ancêtres non royaux des souverains[3],[4],[5],[6]. Ainsi, sa titulature lui aurait été attribuée après sa mort.

BiographieModifier

En tant que nomarque thébain, la domination de Montouhotep s'étendait peut-être au sud jusqu'à la première cataracte. Antef l'Ancien aurait contrôlé un territoire couvrant soit uniquement le nome de Thébes, soit les 4 premiers nomes de Haute-Égypte, Coptos, dans le cinquième nome, étant alors contrôlé par une autre dynastie de nomarques[9]. En effet, Antef Ier a régné sur les 4 premiers nomes de Haute-Égypte, mais la conquête des trois premiers nomes par la défaite d'Ânkhtyfy ou de l'un de ses successeurs a pu se faire un peu avant. En effet, une stèle donne à un nomarque Antef le titre de « Grand seigneur de la Haute-Égypte », cela pourrait se rapporter à Antef l'Ancien et signifier qu'il contrôlait tout le sud du territoire égyptien[10]. Montouhotep pourrait hypothétiquement avoir formé une alliance avec le nomarque de Coptos, qui a ensuite amené son successeur, Antef Ier, à entrer en guerre contre les rois héracléopolitains de la Xe dynastie.

TitulatureModifier

Notes et référencesModifier

  1. Autres avis de spécialistes : -2160 à -2123 (Dodson, mais avec Antef Ier), -2124 à -2107 (Málek, mais avec Antef Ier), -2119 à -2103 (Von Beckerath).
  2. a et b William C. Hayes, The Middle Kingdom in Egypt. Internal History from the Rise of the Heracleopolitans to the Death of Ammenemes III., in The Cambridge Ancient History, vol. I, part 2, Cambridge University Press, 1971, (ISBN 0 521 077915), p. 476
  3. a et b Nicolas Grimal, A History of Ancient Egypt (Oxford: Blackwell Books, 1992), p. 143.
  4. a et b Jürgen von Beckerath, Handbuch der ägyptischen Königsnamen (= Münchner ägyptologische Studien, vol 46), Mainz am Rhein: Verlag Philipp von Zabern, 1999. (ISBN 3-8053-2310-7), pp. 76–77.
  5. a et b Kim Ryholt, The Royal Canon of Turin, in Erik Hornung, Rolf Krauss and David A. Warburton (eds.), Ancient Egyptian Chronology, Brill, Leiden/Boston, 2006, (ISBN 978 90 04 11385 5), p. 30.
  6. a b et c Labib Habachi: God's fathers and the role they played in the history of the First Intermediate Period, ASAE 55, p. 167ff.
  7. Labib Habachi: The Sanctuary of Hequaib, Mainz 1985, photos of the statue: vol. II, pp. 187-89.
  8. Louise Gestermann: Kontinuität und Wandel in Politik und Verwaltung des frühen Mittleren Reiches in Ägypten, Wiesbaden 1987, p. 26.
  9. Darrell D. Baker: The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 141-142
  10. Henry G. Fischer, Varia Nova, New York, Metropolitan Museum of Art, , 83–88 p.