Ouvrir le menu principal

Montmarquet

ancienne commune française

Montmarquet
Montmarquet
L'église et le cimetière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Commune Lafresguimont-Saint-Martin
Statut Commune associée
Code commune 80456
Historique
Date de fusion 30 juin 1972

Montmarquet est une ancienne commune française (dans le département de la Somme) aujourd'hui intégrée à celle de Lafresguimont-Saint-Martin.

GéographieModifier

Montmarquet est une localité située à mi-chemin entre Liomer (village plus au Nord, dans la Somme) et Aumale (au Sud, en Seine-Maritime), sur la route départementale RD 178. L'autoroute A 29 passe juste au Sud de Montmarquet.

ToponymieModifier

Le village est connu comme Magno-Marches en 1052, Mont-Marquetz en 1157, Mons de Marchia en 1214, Mons Marcassii en 1281 et Mont de Marquay au XVIIe siècle[1].

HistoireModifier

Ancien Régime

« Le fief noble de Montmarquet relevant de la baronnie de Brétizel, par hommage de foi et de main, « dix sols de relief[Note 1], cinq sols d'aide, treizièmes amendes, forfaitures se composait : d'une maison seigneuriale, bâtiments, cour, jardin d'une contenance d'environ deux journaux ». Le domaine de cette seigneurie comprenait : soixante-neuf journaux en plusieurs pièces situés au dit Montmarquet, et les revenus de ce fief étaient donnés par les censives à prendre sur le terroir, les maisons et « autres terres aux environs ». Les censives se montaient à vingt et une livres sept sous, dix boisseaux de blé, mesure d'Aumale, cent trente-trois boisseaux d'avoine même mesure plus le droit de champart de trois gerbes au cent, « contre cinq autres que perçoit le sieur de Fonteny avec demi champart tel que de quatre au mille qui se partage également entre le seigneur de Beaucamps et le sieur de Fonteny ». En 1676 ces droits étaient affermés pour la somme annuelle de deux cent cinquante livres.

Le possesseur de la seigneurie de Montmarquet avait les honneurs de l'église.

Cette terre fut vendue à Thérèse de Runes, le , par Nicolas d'Arandel. Depuis cette époque elle ne cessa d'appartenir aux seigneurs de , par Nicolas d'Arandel. Depuis cette époque elle ne cessa d'appartenir aux seigneurs de Beaucamps-le-Jeune.

Sur le territoire de Montmarquet était un fief situé près le chemin de Paris à la mer, au lieu dit : Le camp Dubus ou de Bar, tenu de Lafresnoye par une paire d'éperons de rente annuelle. Ce fief appartenait aux seigneurs de Beaucamps depuis le XVe siècle. Il fut acheté le 1 par Guillaume de Pisseleu, à Jean Campion et à Henri Pecoul, curé de Montmarquet, moyennant le prix de vingt-huit livres parisis avec « cent sols de vin ».

Dépendaient du fief de Montmarquet :

  1. Le fief Dumontier ou du Moutier, qui donnait à son possesseur les droits de basse justice, colombier, four, tor et ver.
  2. Le fief du Moulin Avoïde[2] ».
 
L'ancienne de gare des chemins de fer départementaux de la Somme est aujourd'hui une maison d'habitation, à l'écart du village


Depuis la Révolution française

La commune, instituée par la Révolution française, absorbe entre 1790 et 1794 celle de Saint-Jean-lès-Brocourt[3].

Le village est desservi par la ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique Amiens - Aumale des chemins de fer départementaux de la Somme de 1901 à 1940.

Montmarquet perd son « autonomie communale » et fusionne le avec d'autres petits villages aux alentours pour former l'actuelle commune de Lafresguimont-Saint-Martin[3],[4].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Montmarquet se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme.

Il faisait partie de 1801 à la fusion de 1972 du canton de Hornoy-le-Bourg[3].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs jusque 1972
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1880 ? Pierre Gustave Henri Digeon   Suppléant du juge de paix du Canton de Hornoy-le-Bourg
. 1972 ?    

DémographieModifier

Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
100347346370351398366352339
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
340339330307297293295279252
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
253238249226209212205223216
1962 1968 - - - - - - -
226221-------
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : Cassini-EHESS[3])

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église[5].
  • La chapelle Sainte-Apolline et Saint-Vast de Montmarquet où on venait autrefois invoquer les saints pour aider les enfants à marcher. Déjà mentionnée en 1764, sur la route de Gauville, elle a été rénovée en 2009[6].

Personnalités liées au villageModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En droit féodal, le relief est le droit que le vassal devait payer à son seigneur, lors de certaines mutations, ainsi dit parce que le vassal, par ce droit, relevait le fief.

RéférencesModifier

  1. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie : Arrondissement d'Amiens : cantons de Corbie, Hornoy et Molliens-Vidame, A Picard, imprimeur à Paris & Yvert-et-Tellier, imprimeur à Amiens, , 458 p. (lire en ligne), p. 198-205, sur Gallica.
  2. Pierre-Louis Limichin, Notice historique sur Beaucamps-le-Jeune (Somme), suivie d'une notice sur Anne de Pisseleu, Reims, Impr. de l'Académie, , 66 p. (lire en ligne), p. 19-20 sur Gallica.
  3. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Montmarquet », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 3 mars 2019)
  4. Arrêté du 30-06-1972, parut au journal officiel du 30 juillet 1972
  5. « Cartes postales : A) Méricourt. - [Carte postale] Amiens, Imp. Yvert et Tellier. Cliché C.B., n°98. B) Le Quesne. - [Carte postale] Amiens, Imp. Yvert et Tellier. Cliché C.B., n°101. C) Orival. - [Carte postale] Amiens, Imp. Yvert et Tellier. Cliché C.B., n°100. D) Montmarquet. - [Carte postale] Amiens, Imp. Yvert et Tellier. Cliché C.B., n°99 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, années 1900 (consulté le 27 février 2019).
  6. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 99 (ASIN B000WR15W8).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

  • Cahier de doléances de Montmarquet, in « Célestin Hippeau, Le gouvernement de Normandie au XVIIe et au XVIIIe siècle : Documents inédits tirés des archives du château d(Harcourt, t. 5, Caen, Imprimerie Goussiaume de Laporte, , 573 p. (lire en ligne), p. 561-568 ».