Mont Maudit

montagne française

Mont Maudit
Face Nord depuis l'épaule du mont Blanc du Tacul, mai 2006.
Face Nord depuis l'épaule du mont Blanc du Tacul, mai 2006.
Géographie
Altitude 4 465 ou 4 468 m[1],[2]
Massif Massif du Mont-Blanc (Alpes)
Coordonnées 45° 50′ 52″ nord, 6° 52′ 33″ est[1],[2]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Région
Région à statut spécial
Auvergne-Rhône-Alpes
Vallée d'Aoste
Département
Commune
Haute-Savoie
Courmayeur
Ascension
Première par Henry Seymour Hoare, William Edward Davidson avec Johann Jaun et Johann von Bergen[3]
Voie la plus facile face Nord (PD+) depuis l'aiguille du Midi
Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste
(Voir situation sur carte : Vallée d'Aoste)
Mont Maudit
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Mont Maudit
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Mont Maudit
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Mont Maudit

Le mont Maudit est un sommet du massif du Mont-Blanc culminant à 4 465 ou 4 468 m.

ToponymieModifier

Jusqu'au XVIIIe siècle, le mont Blanc était communément appelé la « montagne maudite ».

GéographieModifier

 
Carte topographique du mont Maudit.

Le mont Maudit est situé entre le mont Blanc du Tacul et le mont Blanc, à la frontière entre la France (Haute-Savoie) et l'Italie (Vallée d'Aoste). Le col du mont Maudit à 4 345 ou 4 346 m, se trouve sur une voie d'accès au mont Blanc dite des trois monts.

HistoireModifier

En 1820, le mont Maudit est le lieu du premier accident mortel d'une expédition au mont Blanc. En effet, durant l'ascension de l'officier britannique Joseph Anderson et du docteur Joseph Hamel, trois guides trouvent la mort. Paul Verne évoque l'événement dans son récit Quarantième ascension au Mont Blanc[4].

Le , une avalanche entraîne la mort de neuf alpinistes[5].

Le , une avalanche de séracs entraîne la mort de trois alpinistes[6].

AlpinismeModifier

 
Le mont Maudit depuis la pointe Helbronner.

L'arête Kuffner, appelée aussi arête de la Tour Ronde, est considérée comme l'une des plus belles voies d'accès au sommet du mont Maudit. Elle a été faite pour la première fois par les guides suisses Alexandre Burgener et Joseph Furrer accompagnés de Moritz von Küffner en 1887. Cette voie est cotée D dans l'échelle UIAA avec des passages d'escalade allant jusqu'au IV et des pentes de 50°. La voie d'accès la plus fréquentée pour réaliser l'ascension de ce sommet consiste à dormir au refuge des Cosmiques (3 613 m) et à passer sur le col du mont Blanc du Tacul (certains alpinistes font en plus du mont Maudit le mont Blanc du Tacul). La face sud-est a été conquise pour la première fois en 1932, par René Chabod, Amilcar Crétier et Lino Binel. C'est une course mixte, avec des passages de rochers en IV et des passages en glace raide et dure. La face a un dénivelé de 700 m ; son ascension se réalise en huit heures depuis le pied de la paroi. La première hivernale de l'arête sud-est est au crédit de Arturo Ottoz, en 1949. Cosimo Zappelli a ouvert l'itinéraire de l'éperon est en 1964 tandis que la première ascension directe du mont Maudit par le versant de la Brenva a été réalisée par Andrzej Mróz et Jean-Pierre Bourgerol le .

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. a et b Visualisation sur le géoportail italien.
  3. Yves Ballu, Les alpinistes, Éditions Glénat, 1997, pp. 447-491
  4. Alexandre Tarrieu, Dictionnaire des personnes citées par Jules Verne, vol.1 : A-E, éditions Paganel, 2019, p. 44
  5. « Mont-Blanc : neuf morts dans une avalanche, quatre disparus sains et saufs », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le ).
  6. « Mont-Blanc : trois morts au mont Maudit », sur le site du quotidien Le Dauphiné, (consulté le ).