Monastère de la Transfiguration du Sauveur

monastère orthodoxe russe de Iaroslavl

Le monastère de la Transfiguration du Sauveur (en russe : Спасо-Преображенский монастырь) appelé aussi monastère Spasski (en russe : Спасский монастырь) est un ancien monastère actuellement désaffecté (pour homme), situé à Iaroslavl en Russie. Il a joué un rôle important dans l'histoire locale de la ville et de la région. Il est situé sur la place de l'Épiphanie, près du pont de Moscou qui traverse la Kotorosl, dans le Kirovskii raïon. C'est dans ce quartier que se trouvent les monuments architecturaux du XVIe siècle au XIXe siècle. C'est ici que fut découvert «le Dit de la campagne d'Igor» témoignage de la littérature russe ancienne.

Monastère de la Transfiguration du Sauveur
Image illustrative de l’article Monastère de la Transfiguration du Sauveur
Vue générale du monastère
Présentation
Nom local Спасо-Преображенский монастырь
Culte Orthodoxe
Type Monastère d'hommes désaffecté depuis 1787.
Rattachement Éparchie de Iaroslavl et Rostov
Début de la construction fondé au XIe siècle et XIIe siècle
Site web www.yarmp.yar.ru/index.php/Заглавная_страницаVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Oblast Oblast de Iaroslavl
Ville Iaroslavl
Coordonnées 57° 37′ 17″ nord, 39° 53′ 20″ est

HistoireModifier

MonastèreModifier

Le monastère Spasski a joué un rôle important dans l'histoire de Iaroslavl, comme centre spirituel, culturel et économique durant des siècles. Il est créé au XIIe siècle, derrière les murs de la ville de l'époque, près du passage sur le Kotorosl, occupant ainsi une position angulaire dans le système de défense de la ville. En 1216—1218, la première école ecclésiastique de la Rus' du Nord-Est s'installa dans ses murs. Entre 1216 et 1224, la cathédrale de la Transfiguration du Sauveur fut construite dans l'enceinte du monastère. En 1218 en l'honneur de la Principauté de Iaroslavl fut construite, selon la légende, une cathédrale miniature de "l'Entrée du Christ à Jérusalem" dans la partie sud-est du monastère. Cet édifice n'est pas parvenu jusqu'à nous. Dès la première moitié du XIIIe siècle, s'est constituée une grande bibliothèque dans le monastère notamment par la copie de manuscrits.

Après l'incendie qui eut lieu en 1501 et qui endommagea gravement les bâtiments du monastère, une nouvelle cathédrale de la Transfiguration du Sauveur fut construite à l'image de la Cathédrale de l'Annonciation de Moscou et de la Cathédrale de l'Archange-Saint-Michel de Moscou du Kremlin de Moscou. Cette cathédrale est actuellement le plus ancien édifice de Iaroslavl. Ses fresques, réalisées de 1563 à 1564, sont les plus anciennes peintures murales de la ville et parmi les plus anciennes datant de l'époque d'Ivan le Terrible. C'est à cette époque également, qu'est construite la première tour en pierre (appelée "les saintes portes"). Ce sont des artistes moscovites et aussi locaux qui créèrent la grande iconostase de la cathédrale. Treize icônes déisis ont été conservées ainsi que trois autres du registre inférieur de l'iconostase.

Au XVIe siècle, est créé le beffroi-carillon et le réfectoire ainsi que l'église de la Croix de Noël, mais en 1550-1580 ces édifices furent construits en pierre au lieu du bois. Le monastère devient la partie la plus solidement fortifiée de la ville, étant donné que la Kremlin de Iaroslavl n'a jamais eu de murs de pierres à cette époque et que ceux qu'il a eu plus tard, ont été démantelés au XVIIIe siècle. C'est la raison pour laquelle le monastère Spasski est souvent appelé le Kremlin de Iaroslavl.

Ivan le Terrible aimait à visiter ce monastère. À la fin des années 1560, le monastère avait reçu de lui 55 lettres patentes, la propriété de 6 paroisses et de 239 villages, des droits de pêche et des salines, et encore une exonération fiscale générale ainsi qu'un privilège de juridiction (stavropégie). Son fils, Fédor Ier, accorda encore au monastère une douzaine de chartes.

En 1609, au temps des troubles le monastère Spasski et le Kremlin de Iaroslavl résistent au siège du colonel lituano-polonais Ossip Boudile et du gouverneur Naoumova, qui se prolongea durant un mois environ, tandis que le reste de la ville de Iaroslavl était prise. Des murs du monastère, sont partis en 1612 les milices populaires envoyées à Moscou pour la libérer de la domination lituanienne. Du au , Michel Ier Romanov futur tsar de Russie résida à Iaroslavl, en provenance du monastère Ipatiev à Kostroma, avant de se diriger vers Moscou. C'est du monastère Spassky qu'il envoya sa première lettre d'acceptation du trône de toutes les Russies. Plus tard il accordera 18 chartes au monastère.

De 1621 à 1646, furent reconstruits les murs du monastère qui avaient souffert du siège. Ils furent renforcés par la même occasion et sont encore aujourd'hui, pour l'essentiel, dans l'état où ils étaient à cette époque. Des tours de garde en pierre apparaissent (celles appelées " de Notre-Dame", "Ouglitch", "Gloukhaïa", " Mikhailovskaïa", la "porte de l'Eau"). Durant le dernier quart du siècle sont reconstruites les cellules des moines. À la fin du XVIIe siècle la longueur totale des murs atteint 820 m, la hauteur 10,5 m, la largeur des murs 2,8 à 3 m. Le murs et tours étaient garnis d'armes : 15 grands canons et 17 petits, 97 carabines, 14 barils de poudre.

Le monastère possédait un vaste territoire à l'ouest de la ville le long de la route vers Ouglitch, où au XVIIe siècle s'accrut le nombre de villages colonies du monastère (plus de 300 foyers). Le résultat fut qu'il devine de plus en plus puissant, qu'il influença de plus en plus la vie sociale et économique de Iaroslavl, qu'il entra en concurrence et parfois même en conflit avec les bourgades issues de ces colonies initiales[1]

Maison de l'évêqueModifier

En 1747, fut ouvert le « Séminaire slavo-latin de Iaroslavl » à l'initiative du métropolite Arsène Matsevitch (un des premiers de la région). Pendant 30 ans il forma 300 séminaristes. Il se trouvait dans l'enceinte du monastère jusqu'en 1875 puis il fut déplacé dans un bâtiment qui aujourd'hui abrite la faculté de sciences géographiques.

En 1787, à la suite du transfert du siège du métropolite de Rostov Veliki vers Iaroslavl, le monastère Spasski fut transformé en « maison de l'archevêque de Iaroslavl ». De nouveaux bâtiments apparaissent tels la « chapelle de Smolensk » (1830), la sacristie, « l'église de Théodore thaumaturge et de David et Constantin » (1831) (à la place de l'église de l'entrée à Jérusalem qui date de 1617). Parmi les livres du doyen abbé Ioil en 1790 Alexeï Moussine-Pouchkine découvre un « monument » de la littérature russe du XIIe siècle «Le Dit de la campagne d'Igor».

MuséeModifier

À l'époque soviétique une restauration fut réalisée entre 1918 et 1923 (sous la direction de l'architecte Piotr Baranovski pour effacer les traces de l'Insurrection de Iaroslavl et plus tard en 1957-1958. Actuellement le site du monastère est inclus dans le "musée-réserve d'architecture et d'histoire de l'État à Iaroslavl".

CrypteModifier

De nombreux princes de la Principauté de Iaroslavl, des évêques, des archevêques, des métropolites et des gouverneurs de la ville reposent dans la crypte.

Vue actuelle de l'ensemble du monastèreModifier

Édifice Description Photo
Carillon-beffroi de l'église de Notre-Dame de la grotte XVI-XVII ss., 1808—1809, 1823—1824.
Cellules des moines (corpus nord-est) 1670, 1690
Sacristie 1816-1817
Saintes portes d'entrée de l'église 1516, 1621, 1810
Cathédrale de la Transfiguration du Sauveur 1506-1516., XVII s. Le plus ancien édifice qui a subsisté jusqu'à nos jours.
Murs XVII s., XIX s.
Tour de Notre-Dame 1623
Tour de l'épiphanie 1804
Tour de Mikhaïl 1803
Tour d'Ouglitch 1630
Église des miracles de Iaroslavl (entrée de Jésus-Christ à Jérusalem) 1617-1618 гг., XVII—XVIII вв., 1825—1831 гг. À côté de la cathédrale de la Transfiguration.
Cloche du carillon XVI-XX ss.,

RéférencesModifier

SourcesModifier

  • Récits historiques du monastère Spasski de Iaroslavl/ édition I. A Vakhrameeva / chartes princières et du tsar / (ru)Исторические акты Ярославского Спасского монастыря. — М.: Издание И. А. Вахрамеева, 1896. Т. 1: Княжие и царские грамоты.

BibliographieModifier

  • (ru)Elena Ankoudinova /Анкудинова, Елена Андреевна|Анкудинова Е. А., Мельник, Александр Гаврилович|Мельник А. Г./Le monastère Spasski / Спасо-Преображенский собор Спасского монастыря в Ярославле. — Северный паломник, 2002. — 104 с. — 3000 экз. — (Памятники художественной культуры Древней Руси). (ISBN 5-94431-040-5)
  • (en)Elena Ankoudinova/ Анкудинова, Елена Андреевна|Анкудинова Е. А., Мельник, Александр Гаврилович|Мельник А. Г. Transfiguration Cathedral in Yaroslavl. — Северный паломник, 2002. — 104 с. — 2000 экз. — (Treasures of Medieval Russian Art). (ISBN 5-94431-081-2)
  • (ru)N. N..Bedina /Бедина Н. Н. Часослов XII века из Спасо-Ярославского монастыря // Древняя Русь. Вопросы медиевистики. 2003. no 2(12). С. 70-74.
  • (ru) Maslenitsine C. I. Масленицын С. И. /Iconographie de Iaroslavl Ярославская иконопись. М., Искусство, 1983. Издание второе, доработанное. Фотографии И. Николаева и К. Кушнарева
  • le monastère Spasski /Об истоках основных форм собора XVI в. ярославского Спасского монастыря // Новодевичий монастырь в русской культуре: Материалы научной конференции 1995 г.: Труды ГИМ. Вып. 99 (ISBN 5-89076-018-1)
  • Melnik A./ Мельник, Александр Гаврилович, le monastère Spasski /Ярославский Спасский монастырь как центр почитания русских святых в конце XVII века // Книжная культура Ярославского края-2012

Articles connexesModifier