Mohammed Ben Ammar

magistrat tunisien
Mohammed Ben Ammar
Image dans Infobox.
Portrait de Mohammed Ben Ammar.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
Distinction

Mohammed Ben Ammar (arabe : محمد بن عمّار), né le à Tunis et mort le [1] dans la même ville, est un juriste et magistrat tunisien[2].

BiographieModifier

Issu d'une vieille famille tunisoise, il naît dans une maison de la rue du Pacha à Tunis. De formation zitounienne, il élabore en février 1918 le document constitutif de l'Espérance sportive de Tunis, premier club sportif musulman tunisien, en tant que membre du premier bureau fondateur.

En 1946, il fonde l'Amicale des magistrats tunisiens[3],[4]. Il est aussi un membre fondateur de l'association des anciens du Collège Sadiki, une prestigieuse institution d'enseignement public. En 1949, il est un membre fondateur de l'École tunisienne d'administration, devenue l'École nationale d'administration en 1956 ; il en est désigné membre du conseil de perfectionnement par décret beylical.

 
Ben Ammar présente devant le bureau politique du Néo-Destour le rapport du comité des quarante concernant les accords franco-tunisiens du 3 juin 1955.

En 1954, il est nommé ministre de la Justice par décret beylical en date du 5 juillet et publié dans le numéro 53-54 du Journal officiel.

En 1955, il préside le comité des quarante, désigné pour statuer sur les réformes proposées par la France, et participe après l'indépendance à l'élaboration de la constitution républicaine de 1959.

Il meurt le à El Omrane, un quartier de Tunis. En 1973, sa famille fait don de sa bibliothèque privée à la Bibliothèque nationale de Tunisie, soit près de 3 400 volumes[5].

HonneursModifier

Ben Ammar est fait officier d'Académie en juin 1924 et officier de l'Instruction publique par le ministre Jean Zay le  ; il est décoré de la Médaille du travail pour ses œuvres sociales, par le ministre Antoine Durafour, le . Il est enfin fait chevalier de la Légion d'honneur le [6].

Mohammed Ben Ammar est aussi décoré de l'ordre du Nichan Iftikhar, nommé officier du Ouissam alaouite du Maroc en 1947 et décoré de l'Ordre de la République pour sa contribution à l'établissement de la République tunisienne en 1962.

On lui donne le titre de Sidi de par sa descendance directe du prophète Mahomet par sa fille Fatima Zahra et son gendre Ali ; il figure parmi les très rares chérifiens tunisiens à avoir refusé la rente que lui accordait son statut.

Vie privéeModifier

Mohammed Ben Ammar est le père du militant Ridha Ben Ammar.

Notes et référencesModifier

  1. (ar) « الورتتاني », sur ketabonline.com (consulté le )
  2. « Mohammed Ben Ammar El Ouertatani », sur bibliotheque.nat.tn (consulté le ).
  3. (en) Aili Mari Tripp et Balghis Badri, Women's Activism in Africa : Struggles for Rights and Representation, Londres, Zed Books, , 256 p. (ISBN 978-1783609116, lire en ligne).
  4. Farouk Ben Ammar, « Tunisie : quand les magistrats font de la politique », (consulté le ).
  5. La Presse de Tunisie, 23 avril 1999[réf. incomplète].
  6. Son dossier est enregistré sous le numéro 55141.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :