Ouvrir le menu principal
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.

Misirlou (ou Miserlou), qui signifie « Égyptienne » (en grec Μισιρλού, de l'arabe مصر, Miṣr, Égypte), est une chanson populaire d'origine grecque.

HistoireModifier

Elle a été chantée pour la première fois en 1927 en Grèce[1] par l'orchestre de rebetiko de Michalis Patrinos[réf. nécessaire]. Il est difficile de déterminer qui en a composé la musique, d'autant qu'il pourrait s'agir d'une mélodie orientale plus ou moins traditionnelle[réf. nécessaire] ; en effet sa mélodie assez simple revient essentiellement à une montée et une descente des modes Hidjazkiar et Hidjaz très répandus dans les musiques orientales[réf. nécessaire]. De ce fait, plusieurs communautés[Lesquelles ?] en revendiquent parfois la paternité.

Parvenue à New York à la fin des années 1920, la chanson y connaît un premiere interprétation en 1927 par un certain Tetos Demetriades, d'autres interprétations suivront, notamment par Nick Roubanis, compositeur gréco-américain qui en enregistre en 1943 une version plus « orientalisante » que l'originale ; il est le premier à être crédité comme « compositeur » de la musique[2].

Une danse a été créée en 1945 par un groupe d'étudiants de l'Université de Pittsburgh, empruntant les pas au syrtos. Contrairement à la musique, la danse est restée inchangée depuis lors.

La mélodie de la chanson est largement popularisée dans les années 1960 par la version instrumentale du guitariste Dick Dale, en pleine vague de surf music. Celui-ci l'arrange en un solo de guitare, à la suite de la demande d'un fan qui désirait le voir jouer un morceau entier sur une seule corde. C'est ainsi que Misirlou devient célèbre dans la culture occidentale.

Il existe de nombreuses reprises de Misirlou, notamment celle des Beach Boys sur leur album Surfin' USA.

L'utilisation de la version de Dick Dale par Quentin Tarantino pour la musique de son film Pulp Fiction en 1994 remet la chanson au goût du jour, alors que la surf music était démodée depuis une trentaine d'années. L'année suivante, Rachid Taha et Steve Hillage l'adaptent sous le titre Jungle Fiction sur l'album Olé Olé. La version de Patrick Abrial est reprise dans le film Taxi ; une version remixée par les Black Eyed Peas (Pump It) apparaît dans Taxi 4, et enfin une autre version plus fidèle à celle de Dick Dale dans Taxi 3.

Misirlou a été chantée lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d'Athènes en 2004.

MusiqueModifier

 

ParolesModifier

Texte original Transcription Traduction

Μισιρλού μου, η γλυκιά σου η ματιά
Φλόγα μου 'χει ανάψει μες στην καρδιά.
Αχ, για χαμπίμπι, αχ, για λε-λέλι, αχ,
Τα δυο σου χείλη στάζουνε μέλι, αχ.

Αχ, Μισιρλού, μαγική, ξωτική ομορφιά.
Τρέλα θα μου 'ρθει, δεν υποφέρω πια.
Αχ, θα σε κλέψω μέσ' απ' την Αραπιά.

Μαυρομάτα Μισιρλού μου τρελή,
Η ζωή μου αλλάζει μ' ένα φιλί.
Αχ, για χαμπίμπι* ενα φιλάκι, άχ
Απ' το γλυκό σου το στοματάκι, αχ.

Misirloú mou, i glikiá sou i matiá
Flóga mou 'khi anápsi mes' stin kardhiá.
Akh, ya khabíbi*, akh ya le-léli, akh,
Ta dhio sou khíli stázoune méli, akh.

Akh, Misirloú, mayikí, ksotikí omorfiá.
Tréla tha mou 'rthi dhen ipoféro pia.
Akh, tha se klépso més' ap' tin Arapiá.

Mavromáta Misirloú mou trelí,
I zoí mou allázi m' éna filí.
Akh, ya khabíbi ena filáki, akh
Ap' to glikó sou to stomatáki, akh.

Ma Missirlou, tes doux yeux
Ont allumé une flamme dans mon cœur.
Ah ya habibi*, ah ya lé-léli, ah,
De tes deux lèvres coule du miel, ah.

Ah, Missirlou, beauté magique, féerique.
Ça va me rendre fou, je n'en peux plus.
Ah, je vais te dérober en Arabie.

Ma folle Missirlou aux yeux noirs,
Ma vie change en un baiser.
Ah ya habibi, un petit baiser, ah
De ta petite bouche sucrée, ah.

* "mon amour" en arabe

Apparition dans les filmsModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en)How “Misirlou” Became Pulp Fiction and Quentin Tarantino’s Smoking Gun, Blake Goble, Consequence of Sound, 25 septembre 2014.
  2. Véronique Boukali et Alexis Kauffmann, « Domaine public : «Misirlou», des Mille et une nuits à Pulp Fiction », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2015)
  3. (en) Misirlou sur l’Internet Movie Database