Ouvrir le menu principal

Miracle Mart
logo de Miracle Mart

Création 1961
Disparition 1992
Siège social Saint-Laurent, Québec
Drapeau du Canada Canada
Activité Commerce de détail
Société mère Steinberg's

Miracle Mart était une chaîne de grands magasins à rabais avec des emplacements en Ontario et au Québec, au Canada, basée à Saint-Laurent, Québec. La chaîne a été rebaptisée simplement M au milieu des années 80.

HistoireModifier

La société a été fondée au début de 1961 sous le nom de Miracle Mart Limited par la chaîne d'épicerie basée à Montréal Steinberg's[1]. Plus tard dans l’année, Steinberg s’est associé à la chaîne basée à Vancouver Woodward's (en) et a exploité les deux premiers magasins situés à Pont-Viau et à Place Greenfield Park (en), sous le nom commercial de Woodward Steinberg[2],[3]. Le partenariat entre Steinberg's et Woodward a pris fin en 1962 et les deux magasins Woodward Steinberg ont été convertis au nom de Miracle Mart[4],[5].

Miracle Mart opérait à mi-parcours et rivalisait avec des groupes comme Towers/Bonimart (en), Zellers, Woolco et Kmart. Il y avait aussi une chaîne d'épicerie du même nom, Miracle Food Mart (en) (toutes les épiceries ontariennes de Steinberg ont été rebaptisées Miracle Food Mart à partir de 1969), et étaient exploitées exclusivement en Ontario. Souvent trouvés ensemble, certains emplacements comportant à la fois une épicerie et un grand magasin sont devenus Steinberg Beaucoup ou Miracle Beaucoup.

Afin de fournir des services de traitement de film photographique dans les magasins Miracle Mart, une société a été créée par les frères Greenberg, nommée Angreen Photo, qui a évolué pour devenir Astral Photo et est devenue le géant Astral Media.

 
Logo des magasins M

La chaîne était confrontée à des problèmes financiers depuis ses débuts en 1961[6],[7]. Au milieu des années 1980, Steinberg a entrepris un plan de restructuration visant à transformer la chaîne en une dénomination plus courte et moins anglophone, dénommée M[8]. La transformation des emplacements de Miracle Mart en magasins M a été réalisée en différentes phases. Miracle Mart au Carrefour Laval a été le premier magasin converti en magasin M et le seul à l'avoir fait en 1985[9],[10]. Quatre magasins supplémentaires dans le grand Montréal ont été convertis au nom M en septembre 1986; spécifiquement aux Promenades Saint-Bruno, à la Place Longueuil, au Mail Champlain et à Pont-Viau[9]. Quatre autres magasins, tous situés dans la région de Montréal, ont été ajoutés à l'enseigne M en avril 1987: Châteauguay, West Island Mall, Place LaSalle et Galeries Lachine[11],[12]. Les 11 magasins Miracle Mart restants ont été renommés en août de la même année[13],[7].

Dans l'ensemble, seuls 20 des 31 magasins de Miracle Mart ont été transférés à la marque M[14]. Les 11 autres sites (7 en Ontario et 4 au Québec) ont été fermés au cours du processus de restructuration[8],[7]. Les 11 magasins susmentionnés qui avaient mordu la poussière étaient Place Greenfield Park (en), Centre Saint-Martin (Laval), Place Lebourgneuf (Charlesbourg), Place Centre Ville (Jonquière) et 7 emplacements dans le sud de l’Ontario[14]. Cela a marqué la fin de la chaîne dans le sud-ouest de l'Ontario.[6] D'autres magasins Miracle Mart avaient déjà été fermés dans les années 1970 et dans la première moitié des années 1980 en raison de leurs mauvaises performances.

La sous-chaîne M était initialement un succès et prometteuse[6]. Le premier magasin du Carrefour Laval a augmenté ses ventes de 55% au cours des deux premières années qui ont suivi sa conversion de Miracle Mart à M[6]. En décembre 1986, les ventes des cinq magasins M ont augmenté de 6,5%, tandis que les 15 emplacements restants de la marque Miracle Mart ont continué à décliner[15].

Malgré un bon début, la chaîne M a commencé à se dégrader après le changement de nom des derniers magasins Miracle Mart en 1987 et a rapidement connu les mêmes problèmes financiers que son prédécesseur. Lorsque Socanav a repris Steinberg et tentait de céder des parts de la société, aucun acheteur n’a pu être trouvé pour les magasins M peu performants[16]. Ils ont été liquidés en juillet 1992, à peu près au même moment où la société mère Steinberg avait fait faillite[16],[17]. Le magasin d'origine à Pont-Viau, Laval était toujours en activité lorsque la société a déclaré faillite.

Notes et référencesModifier

  1. « "Le mondes affaires" », La Presse, Montréal,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  2. « Woodward Steinberg page publicitaire », La Presse, Montréal,‎ , p. 56 (lire en ligne)
  3. « Woodward Steinberg page publicitaire », La Presse, Montréal,‎ , p. 37 (lire en ligne)
  4. « Steinberg's acquiert des intérêts de Woodward », Le Devoir, Montréal,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  5. « Miracle Mart page publicitaire », La Presse, Montréal,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  6. a b c et d « Steinberg projette d'ajouter cinq ou six nouveaux magasins à sa chaîne «M» au Québec », La Presse, Montréal,‎ , D4 (lire en ligne)
  7. a b et c « Steinberg espère des profits de la bannière "M" », Le Soleil, Québec,‎ , C4 (lire en ligne)
  8. a et b « Le magasin Miracle Mart de Place Lebourgneuf sera fermé », Le Soleil,‎ , B5 (lire en ligne)
  9. a et b « Ouverture de Quatre grands magasins "M" dans la région », Boucherville, (consulté le 15 décembre 2018), p. 18
  10. « Encart publicitaire. Steinberg. M. Miracle Mart. Carrefour Laval », La Presse, Montréal,‎ (lire en ligne)
  11. « Quatre autres magasins Miracle Mart », Le Devoir, Montréal,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  12. « M section publicitaire », La Presse, Montréal,‎ , A10 (lire en ligne)
  13. « La fin d'une époque », La Presse, Montréal,‎ , A7 (lire en ligne)
  14. a et b « Steinberg ferme onze des 31 Miracle Mart », Le Devoir, Montréal,‎ , p. 17 (lire en ligne)
  15. « Legère baisse des bénéfices de Steinberg », Le Devoir, Montréal,‎ , B9 (lire en ligne)
  16. a et b « Magasins M: la liquidation est lancée », La Presse, Montréal,‎ , B4 (lire en ligne)
  17. « La fermeture des magasins M de la région entraine la perte de 120 emplois », Le Soleil, Québec,‎ , A5 (lire en ligne)