Michael Morris (3e baron Killanin)

journaliste irlandais

Michael Morris
Illustration.
Fonctions
Président du Comité international olympique
Prédécesseur Avery Brundage
Successeur Juan Antonio Samaranch
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Londres
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Dublin
Nationalité Drapeau de l'Irlande Irlandais
Diplômé de Magdalene College
Profession Auteur, journaliste

Michael Morris (3e baron Killanin)

Michael Morris, 3e baron Killanin, né le à Londres et mort le à Dublin, est un journaliste et auteur irlandais.

Il est le 6e président du Comité international olympique (CIO) entre 1972 et 1980.

BiographieModifier

Il n'a jamais été sportif professionnel, mais pratiqua la boxe. Il devint un grand journaliste très jeune grâce à ses articles sur la guerre en Chine, à l'âge de seulement 22 ans, pour les journaux britanniques Daily Mail et Daily Express.

Il participa un temps à l'industrie cinématographique, étant l'ami de John Ford, ayant aidé pour L'Homme tranquille.

Il devient membre du CIO en 1952, en même temps qu'il fut président du comité olympique d'Irlande. Il est nommé vice-président en 1968. Il accède à la présidence du CIO en 1972, poste qu'il conserva jusqu'en 1980. Il resta président honoraire jusqu'à sa mort. Alors que dès sa prise de fonction (proche de la prise d'otages des jeux de Munich), il souhaita que les jeux soient moins affectés par la politique et les nationalismes, le contexte le rattrape. Son mandat se déroule durant des circonstances très difficiles pour le mouvement olympique : les Jeux d'hiver de 1976 qui ont dû changer de pays-hôte, le fiasco économique des Jeux d'été de Montréal en 1976 avec les boycotts contre l'Afrique du Sud et de la Chine par rapport à Taïwan et le boycott massif des Jeux de Moscou en 1980[1],[2],[3].

Il meurt en 1999, il souffrait de la maladie d'Alzheimer. Lady Killanin est décédée en 2007.

RéférencesModifier

  1. (en) « The unluckiest IOC President », sur Inside the Games,
  2. « Décès de Lord Killanin , ancien président du CIO », sur L'Orient-Le Jour,
  3. (en) « Obituary: Lord Killanin », sur The Economist,

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier