Ouvrir le menu principal
Mela Muter
Bolesław Nawrocki - Portret Meli Muter.jpg
Naissance
Décès
Nationalités
Activité
Formation

Mela Muter, pseudonyme de Maria Mélania Mutermilch, née à Varsovie en Pologne en 1876, et morte à Paris en 1967, est une artiste-peintre française d'origine polonaise[1].

Sommaire

BiographieModifier

Mela Muter grandit dans une famille aisée et cultivée de Varsovie. Son frère, Zygmunt Klingsland, deviendra un critique d'art apprécié en Pologne.

En 1901, après une année de cours à l'école de dessin pour femmes de J.Kotarbinski, elle arrive à Paris avec son mari Michal Muttermilch, journaliste socialiste, et s’inscrit à l'Académie Colarossi puis à l'Académie de la Grande Chaumière.

Elle expose régulièrement aux Salon d'automne et au Salon des Tuileries et au Salon des Femmes Artistes Modernes dans les années 30.

Parmi les artistes que fréquente Mela Muter figurent entre autres le peintre René-Xavier Prinet (qui en fit un portrait[2]), la peintre australienne Bessie Davidson (cofondatrice du Salon des Tuileries), le sculpteur Philippe Besnard et Kees van Dongen avec lesquels elle expose.

Elle fait des expositions remarquées chez Druet, Billiet et à la Renaissance.

À l'étranger, elle fait une grande exposition à Barcelone à la galerie Dalmau, en Allemagne à la galerie Tannhauser et en Washington au Carnegie Institute. Elle brosse le portrait de ses amis : Clemenceau, Ravel, Satie, ainsi que de Rainer Maria Rilke, avec lequel elle a entretienu une liaison. Ses œuvres figurent dans les collections Bader, Paul Clemenceau et Arthur Fontaine.

Entre 1917 et 1920, Mela Muter a été la compagne de l'écrivain Raymond Lefebvre, militant pacifiste socialiste puis communiste.

Mela Muter est inhumée au cimetière parisien de Bagneux, dans la 94e division.

ExpositionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Dessin au crayon noir, 38.5 x 27.5, lot 74 vente Beaussant-Lefèvre à l'hôtel Drouot le 10 octobre 2014.
  3. Catalogues des expositions, Buffet et Leclerc, 72 rue du Château-d'Eau, Paris.
  4. Maurice Delépine, « Les arts », Le Midi socialiste, 16 mars 1936, page 4.

AnnexesModifier