Matilde de la Torre

femme politique espagnole
Matilde de la Torre
Matilde de la Torre (cropped).jpg
Fonctions
Députée aux Cortes républicaines
IIIe législature de la Seconde République espagnole (d)
Oviedo (d)
Parti socialiste ouvrier espagnol
-
Députée aux Cortes républicaines
IIe législature de la Seconde République espagnole (d)
Oviedo (d)
Parti socialiste ouvrier espagnol
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
Mexique ou MexicoVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Panthéon espagnol (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Matilde de la Torre GutiérrezVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Parentèle
María Blanchard (cousine germaine)
Aurelia Gutiérrez-Cueto Blanchard (cousine germaine)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Matilde de la Torre Gutiérrez, née à Cabezón de la Sal en 1884 et morte au Mexique en 1946 est une journaliste, écrivaine, pédagogue et femme politique espagnole, originaire de Cantabrie.

FamilleModifier

Fille d'Eduardo de la Torre et d'Ana Gutiérrez Cueto, elle grandit dans un milieu progressiste de la classe moyenne. Son père est notaire à Cabezón de la Sal, en Cantabrie. Son grand-père, Cástor Gutiérrez de la Torre, est journaliste et fondateur du journal La Abeja Montañesa (1856). Son oncle, Enrique Gutiérrez Cueto, est également journaliste et fondateur du quotidien El Atlántico (1886). Elle est la cousine germaine de la peintre María Blanchard et de la pédagogue Aurelia Gutiérrez-Cueto Blanchard, assassinée par les franquistes en 1936.

BiographieModifier

Dans cette famille férue d'écriture et d'art, Matilde débute dans le monde de la littérature avec la publication, en 1917, de sa première œuvre, homonyme d'une peinture de sa cousine María Blanchard, Jardín de damas curiosas: epistolario sobre feminismo.

Elle écrit plusieurs essais dans sa carrière, comme Don Quijote, rey de España (1928) ou encore El Ágora (1930), dans lequel elle développe les thèmes du régime politique de la Restauration, le courant du régénérationnisme ou encore des auteurs comme José Ortega y Gasset.

Dans les années 1920, elle fonde l'Académie Torre à Cabezón de la Sal, où sont enseignés les préconisations de l'Institution libre d'enseignement. En 1924, elle crée la chorale Voces Cántabras et travaille sur les danses et chants populaires de Cantabrie.

En 1931, à la fin de la dictature de Primo de Rivera, elle adhère au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol. En 1933 et 1936, elle est élue députée[1] de la circonscription d'Oviedo[2].

Durant la guerre d'Espagne, elle dirige la direction générale du Commerce et des Douanes dans le gouvernement de Francisco Largo Caballero jusqu'à mars 1937[2].

La chute de la République l'oblige à s'exiler en France lors de la Retirada. Elle y publie, en 1940, Mares en la sombra[3], dans lequel elle relate le drame de la guerre dans les Asturies. Elle collabore également à la revue négriniste Norte de Julián Zugazagoitia.

Au printemps 1940, elle s'embarque depuis Bordeaux à destination de Cuba, puis rejoint le Mexique où elle meurt, en exil, le 19 mars 1946.

PostéritéModifier

En tant que négriniste, elle est radiée du PSOE en avril 1946, comme d'autres militants. En juillet 2008, le parti la réintègre symboliquement, aux côtés de 36 autres adhérents[4], dont Juan Negrín[5].

Elle repose au Panthéon espagnol de Mexico[6].

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. (es) Miguel Ángel Chica, « Matilde de la Torre, el compromiso de una mujer pionera », sur eldiario.es
  2. a et b Eduardo Montagut, « Matilde de la Torre Gutiérrez, una intensa mujer socialista » (consulté le )
  3. « Matilde de la Torre (1884-1946) », sur data.bnf.fr
  4. El compañero Negrín: les militants qui sont réintégrés symboliquement sont Juan Negrín López, Julio Álvarez del Vayo, Ramón Lamoneda Fernández, Ramón González Peña, Jerónimo Bujeda, Juan Simeón Vidarte, Julia Álvarez Resano, Matilde de la Torre, Edmundo Lorenzo, Antonio Pasagali, Ángel Galarza, Vicente Ruiz Sarmiento, Mariano Moreno Mateo, Miguel Amilibia, Nicolás Jiménez Molina, Veneranda García Manzano, Adrián García, Leandro Pizarro, José Rodríguez Vega, Antonio Huerta, Gabriel Morón, Vidal Rebora, Suárez Guillen, Carlos Abad, José Moreno Remacha, César Rodríguez González, Amaro del Rosal, Modesto Moyro, Juan Bautista Alvarado, Saturnino Gimeno, Matilde Cantos, Max Aub, Juan Pablo García, Jesús Ibáñez, Jesús Vallina et Felipe García.
  5. Negrín y 35 viejos militantes socialistas, por Ángel Viñas, El País, 8 de julio de 2008.
  6. (es) Miguel Ángel Chica, « Matilde de la Torre, el compromiso de una mujer pionera », sur ElDiario.es,