Ouvrir le menu principal
Mathieu Bauer

Mathieu Bauer est un metteur en scène, musicien et directeur du Nouveau théâtre de Montreuil - Centre dramatique national depuis 2011.

BiographieModifier

Son père est l'acteur André Wilms[1].

Après une formation de musicien, Mathieu Bauer crée en 1989 la compagnie Sentimental Bourreau, dont il assure la direction artistique à partir de 1999. Ses productions ont été programmées régulièrement à la MC93-Bobigny, aux Subsistances à Lyon et au Théâtre de la Bastille à Paris. Il poursuit une activité de musicien-compositeur- interprète pour la scène, en France et en Allemagne[2].

Entre 2011 et 2015, il crée Please kill me, sur l’histoire du mouvement punk (d’après le recueil de Legs McNeil et Gillian McCain), la « série théâtre » Une faille, à l’image des séries télévisées sur 8 épisodes et The Haunting melody, un spectacle autour de la notion d’écoute[3]. Entre 2016 et 2017, il conçoit et met en scène Shock Corridor, d’après le film éponyme de Samuel Fuller (avec le groupe 42 de l’école du TNS)[4] et la conférence-concert débridée Dj set (sur) écoute, sur commande de La Pop. En novembre 2017, il crée Les Larmes de Barbe-Bleue, d’après l’opéra de Béla Bartók. À l’automne 2018, il crée Western, d’après le livre La Chevauchée des bannis de Lee Wells, et imagine un diptyque, Une Nuit américaine, réunissant Shock Corridor et Western.

Compagnie Sentimental BourreauModifier

Après une formation de musicien, Mathieu Bauer crée la Compagnie Sentimental Bourreau avec d’autres artistes comme la comédienne Judith Henry, le musicien Sylvain Cartigny, le comédien Martin Selze[5]. Ensemble, ils créent Les Carabiniers d’après les scénarios de Jean-Luc Godard, Roberto Rosselini et Jean Gruault (1989)[6] ; Strip et Boniments d’après les témoignages de Suzanne Meiselas (1990) ; La Grande Charge Hystérique d’après l’Invention de l’Hystérie de G. Didi Huberman (1991) ; Va-t’en chercher le bonheur et ne reviens pas les mains vides d’après Nathanël West, Brecht, Gagarine (1995)[7] ; Satan conduit le bal d’après Panizza, Pessoa, J.D. Vincent (1997) et Tout ce qui vit s’oppose à quelque chose d’après Kant, Lucrèce, G. Didi Huberman (1998-1999). Inspiré par les scénarios de cinéma, il transpose au théâtre des classiques du septième art[6].

À partir de 1999, la compagnie s’ouvre à de nouveaux collaborateurs : Marc Berman, Georgia Stahl, Kate Strong, Matthias Girbig[3].

ThéâtreModifier

comme metteur en scèneModifier

  • 2018 : Western et Une nuit américaine (Western & Shock Corridor)
  • 2017 : Les larmes de Barbe Bleue
  • 2016 : Dj set (sur) écoute
  • 2016 : Shock Corridor d'après Samuel Fuller
  • 2012 : The Haunting melody
  • 2012 : Une Faille de Sophie Maurer
  • 2011 : Please Kill Me d'après Gillian McCain…
  • 2009 : Tristan et... d'après Richard Wagner
  • 2007 : Tendre jeudi d'après John Steinbeck
  • 2007 : Alta Villa - Contrepoint de Lancelot Hamelin
  • 2006 : Top Dogs d’Urs Widmer
  • 2005 : Rien ne va plus
  • 2003 : L'exercice a été profitable, Monsieur d'après Serge Daney
  • 2001 : Les Chasses du comte Zaroff

SourcesModifier

  1. « PORTRAIT. Révolte et tendresse d'un enfant de la balle. », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 4 avril 2019)
  2. Nouveau Théâtre de Montreuil, « Mathieu Bauer », sur Nouveau Théâtre de Montreuil (consulté le 14 décembre 2018)
  3. a et b Nouveau Théâtre de Montreuil, « Mathieu Bauer », sur Nouveau Théâtre de Montreuil (consulté le 14 décembre 2018)
  4. « Shock Corridor | Théâtre National de Strasbourg », sur www.tns.fr (consulté le 14 décembre 2018)
  5. « Mathieu Bauer : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le 14 décembre 2018)
  6. a et b « A Montreuil, les westerns se jouent sur scène », sur Télérama.fr (consulté le 14 décembre 2018)
  7. « THEATRE. Ils sont huit ou neuf avec le même désir de théâtre indiscipliné et joueur. Le dernier né de Sentimental Bourreau, troupe épisodique, tient de Brecht et du griot. Au Bourreau aux mains pleines. », sur Libération.fr, (consulté le 14 décembre 2018)