Ouvrir le menu principal

Martin Fayulu

homme politique congolais

Martin Fayulu
Illustration.
Martin Fayulu en 2018.
Fonctions
Député national de la République démocratique du Congo
Élection 28 novembre 2011
Biographie
Nom de naissance Martin Madidi Fayulu
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Léopoldville, Congo belge (Aujourd'hui Kinshasa, République démocratique du Congo)

Martin Madidi Fayulu est un homme politique de la République démocratique du Congo. Il était candidat à l'élection présidentielle de 2018, où il était désigné candidat unique d'une partie de l'opposition.

BiographieModifier

FormationModifier

 
Fayulu en 2015

Il a fréquenté l'université Paris XII où il a obtenu une maîtrise en économie générale, l'Institut supérieur de gestion de Paris ainsi que l'European University of America à San Francisco en Californie où il a obtenu un MBA.

Carrière dans les affairesModifier

Il rejoint le groupe pétrolier Mobil à Kinshasa en septembre 1984 et termine sa carrière dans le groupe en 2003 au poste de Directeur général d'ExxonMobil Éthiopie, après avoir assumé diverses responsabilités au siège de Mobil à Fairfax (États-Unis), au siège de Mobil Africa à Paris et dans d'autre affiliés ExxonMobil en Afrique (Côte d'Ivoire, Kenya, Nigeria et Mali).

Début de carrière politiqueModifier

Martin Fayulu décide de s'engager en politique au début des années 90. En 1990, il est président du Forum pour la démocratie et le développement (FDD) qui fut membre de l'Union sacrée de l'opposition[1]. En 1991, il participe à la Conférence Nationale Souveraine (CNS) au sein de laquelle il était Vice-président de la Commission Économie, Industrie et PME[2].

En 1993, il est élu par ses pairs de la CNS comme membre du Haut Conseil de la République Parlement de Transition (HCR-PT). Élu en 2006, à la fois député provincial de la ville de Kinshasa et député national, il optera de siéger à l'Assemblée provinciale de Kinshasa laissant ainsi son mandat de député national à son suppléant[3],[4].

En mars 2009, il participe à la création du parti Engagement pour la citoyenneté et le développement (ECiDé), parti duquel il est président[5]. À l'élection législative de 2011, il a été élu député national avec deux autres collègues du parti[6]. Il démissionne en 2017 pour protester contre le report des élections[7].

Martin Fayulu est également coordonnateur des Forces acquises au changement (FAC)[8], plate-forme politique qui regroupe une vingtaine de partis politiques. Ainsi que Sauvons la RDC[9], un regroupement socio-politique crée le 18 novembre 2013.

Élection présidentielle de 2018Modifier

Le 11 novembre 2018, Martin Fayulu est désigné comme candidat à l'élection présidentielle du 23 décembre 2018 par ses collaborateurs membres de la coalition « Lamuka » (Réveille-toi, en lingala) après trois jours de concertation à Genève. Il s'engage alors, si élu, à effectuer un mandat de transition de deux ans. L'accord est cependant mort-né, ses principaux signataires, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe s'en retirant quelques jours plus tard sous la pression de leurs bases respectives[10].

Le 10 janvier 2019, la CENI proclame les résultats provisoires des élections du 30 décembre 2018. 18 329 318 votants se sont exprimés lors de ce suffrage, soit 47 % des 40 millions d'électeurs congolais susceptibles de voter. Avec 7 051 013 de voix, soit 38,57 % de votes valablement exprimés en sa faveur, Félix Tshisekedi devance Martin Fayulu et ses 6 366 732 voix. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du parti du président sortant termine sur la troisième marche du podium avec 4 357 359 voix[11]. Néanmoins, Fayulu conteste les résultats et revendique 61 % des voix[12] et les résultats sont mis en doute par la conférence épiscopale nationale du Congo et par le gouvernement français[13].

Le 12 janvier, il dépose un recours à la Cour constitutionnelle[14].

Le 15 janvier, des fuites de résultats obtenues par RFI, Financial Times, TV5 Monde, issues de résultats compilés par la Céni et par la Cenco, montreraient une victoire de Fayulu[15]. Fayulu obtiendrait entre 62,8 et 73,61 %, Shadary entre 7,90 et 17,99 % et Tshisekedi entre 15 et 17 %[16],[17],[18],[19].

Dans la nuit du 19 au 20 janvier 2019, Félix Tshisekedi est proclamé élu président de la République par la Cour constitutionnelle[20]. Fayulu s'autoproclame président élu et appelle la communauté internationale à ne pas reconnaître cette décision[21], en vain.

Le 7 mars 2019, il renonce à son mandat de député[22].

Vie privéeModifier

Martin Fayulu est chef d'entreprise dans divers secteurs, notamment l'hôtellerie, l'immobilier et l'agriculture. Il est marié à Esther Ndengue Fayulu et est père de trois enfants.

Notes et référencesModifier

  1. « conférence nationale souveraine », sur Radio Okapi
  2. C. Kabuya-Lumuna Sando, La République Démocratique du Congo en transition, in Séminaire international sur la gestion de la transition en République démocratique du Congo, Kinshasa, 26-28 avril 2004 (lire en ligne)
  3. « MArtin Fayulu la pression constante »
  4. « Députés nationaux »
  5. « Coup de gueule de Fayulu »
  6. « Le député Fayulu détenu à Kinshasa »
  7. « Présidentielle en RDC : Martin Fayulu, le candidat malheureux de l'élection », sur TV5MONDE (consulté le 25 janvier 2019)
  8. « Union de l'opposition »
  9. « Sauvons la RDC »
  10. [1]
  11. « Félix Tshisekedi remporte la présidentielle en RDC », sur L'Echo, (consulté le 10 janvier 2019)
  12. « RDC: retour sur l’annonce de la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 11 janvier 2019)
  13. « Présidentielle en RDC : la France met en doute la conformité des résultats proclamés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2019)
  14. Présidentielle en RDC: Fayulu a déposé son recours à la Cour constitutionnelle
  15. « RDC: réactions de l’UDPS et du FCC après les révélations sur les résultats - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 16 janvier 2019)
  16. « Elections en RDC : Martin Fayulu est-il le vrai vainqueur ? », sur TV5MONDE (consulté le 16 janvier 2019)
  17. Elections en RDC: où se trouve la vérité des urnes?
  18. RDC : une fuite de documents révèle que Martin Fayulu serait le vainqueur de la présidentielle
  19. RDC: Une fuite de données désigne Fayulu comme gagnant des élections avec une large avance
  20. « En RDC, Félix Tshisekedi est proclamé président par la Cour constitutionnelle », sur Le Monde.fr (consulté le 20 janvier 2019)
  21. « RDC : Martin Fayulu s’autoproclame « seul président légitime » du pays – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 20 janvier 2019)
  22. « Non-cumul en RDC: près de 25 députés renoncent à leur mandat - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 7 mars 2019)