Marie Vieux-Chauvet

écrivaine haïtienne
Marie Vieux-Chauvet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
ColibriVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Marie Vieux-Chauvet, née le à Port-au-Prince (Haïti) et morte le à New York (États-Unis), est une femme de lettres, dramaturge et romancière haïtienne.

BiographieModifier

Marie Vieux-Chauvet naît à Port-au-Prince le . Elle est la fille de Constant Vieux, homme politique, sénateur et ambassadeur.

Marie Vieux-Chauvet s'insurge contre les abus de tous genres dont sont victimes les femmes, les malheureux, les déshérités et tous les faibles. Dans son premier roman, La Légende des fleurs (publiée sous le pseudonyme de Colibri), Marie Vieux-Chauvet explore à travers un conte allégorique le rêve de fraternité et de solidarité qui motive son écriture. Elle publie plusieurs romans, autour de la question de l'égalité et de la justice[1].

Son roman La Danse sur le volcan relate la situation des femmes haïtiennes à travers une jeune métisse. Cette histoire est douce et cruelle, sucrée et amère comme les saveurs des Caraïbes, elle fait sourire et grincer des dents. Tout y est dit sur les ambitions et les désenchantements humains face à une société incapable d'aller de l'avant[2].

En 1960, sous le régime dictatorial de François Duvalier, Marie Vieux-Chauvet écrit trois courts romans Amour, colère et folie. Amour se passe dans la période d'incertitudes,après le départ des américains en 1935. Des responsables locaux terrorisés terrorisent à leur tour. Colère narre l'histoire d'une famille bourgeoise confrontée à la corruption et la peur. Folie raconte la destruction d'un peuple. Les jeunes sont traqués et assassinés[3]. Elle envoie le manuscrit à Simone de Beauvoir qui soutient sa publication aux Éditions Gallimard en 1968. Peu de temps après la publication de cet ouvrage, elle se voit contrainte d'en interdire la diffusion sous la menace du régime Duvalier qui pèse sur elle, sa famille et ses proches[4]. À la suite de cette interdiction et des risques pour sa vie et celle des siens, Marie Vieux-Chauvet s'exile à New York. Les stocks de l'édition de 1968 auraient été détruits par son mari[3]. Le roman est réédité en 2005[5].

En 1971, elle écrit un dernier roman, Les Rapaces. Marie Vieux-Chauvet meurt à New York le .

Amour, colère et folie est classé œuvre représentative de la Caraïbe par l'UNESCO[3].

DistinctionsModifier

  • 1954 : prix de l'Alliance Française, pour Fille d'Haïti.
  • 1960 : prix France-Antilles, pour Fonds des Nègres.
  • 1986 : prix Deschamps (à titre posthume), pour Amour, colère et folie

ŒuvresModifier

RomansModifier

  • Fille d’Haïti, Paris, Fasquelle, 1954 - rééd. Zellige, 2014.
  • La Danse sur le volcan, Paris, Plon, 1957; Paris / Léchelle, Maisonneuve & Larose / Rééditions Emina Soleil, 2004
  • Fonds des Nègres, Port-au-Prince, Henri Deschamps, 1960.
  • Amour, colère et folie, Paris, Gallimard, 1968; Paris / Léchelle, Maisonneuve & Larose / Rééditions Emina Soleil, 2005 / rééd. Éditions Zulma, coll. Z/a, 2015, postface de Dany Laferrière
  • Les Rapaces, Port-au-Prince, Deschamps, 1986.

ThéâtreModifier

  • La Légende des fleurs. Port-au-Prince: Henri Deschamps, 1947; Port-au-Prince: Rééditions Marie Vieux, 2009.
  • Samba. Mise en scène vers 1948 à Port-au-Prince. Inédit.
  • Amour, colère et folie, adaptation de José Pliya. Paris: Avant-Scène Théâtre, 2008.

Notes et référencesModifier

  1. Biographie et bibliographie de Marie Vieux-Chauvet
  2. Analyse critique de La danse sur le volcan
  3. a b et c Association pour la connaissance des littératures antillaises, 150 romans antillais, Association pour la connaissance des littératures antillaises, , 399 p. (ISBN 2-9516556-0-6 et 978-2-9516556-0-7, OCLC 48094249, lire en ligne), p. 159-160
  4. Le Monde diplomatique et le roman Amour, colère et folie
  5. « Marie Vieux-Chauvet | L’avant-scène théâtre », sur www.avantscenetheatre.com (consulté le )

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Christiane P. Makward, Madeleine Cottenet-Hage, et al., « Marie Chauvet », in Dictionnaire littéraire des femmes de langue française : de Marie de France à Marie NDiaye, Éd. Karthala, Paris, 1996, p. 126-128 (ISBN 2-86537-676-1)

Liens externesModifier