Marie-Isabelle d'Alcantara Bourbon

Marie-Isabelle d'Alcântara Bourbon[1], comtesse d'Iguaçu, est née à São Paulo, au Brésil, le et décédée dans la même ville, le [1]. C'est une fille légitimée de l'empereur Pierre Ier du Brésil et de sa maîtresse Domitila de Castro, marquise de Santos.

La comtesse d'Iguaçu portant dans ses bras l'un de ses enfants, vers 1852.

BiographieModifier

Marie-Isabelle reçoit le même nom que sa seconde sœur, la duchesse de Ceara, morte en 1828. Contrairement à ses aînés, elle ne reçoit aucun titre de son père, l'empereur Pierre Ier à cause du remariage de celui-ci avec la princesse Amélie de Leuchtenberg.

À sa mort en 1834, l'empereur Pierre Ier reconnaît Marie-Isabelle dans son testament mais il ne lui lègue aucun bien, se contentant de demander à l'impératrice Amélie de prendre soin d'elle[2]. L'empereur aurait souhaité que sa fille reçoive une bonne éducation en Europe, comme celle accordée à sa sœur, la duchesse de Goiás. Cependant, la marquise de Santos refuse de voir une autre de ses filles partir en Europe et Marie-Isabelle reste au Brésil[3].

Le , Marie-Isabelle épouse Pedro Caldeira Brant, comte d'Iguaçu, et fils de Felisberto Caldeira Brant, marquis de Barbacena[4]. De leur mariage naissent sept enfants :

  • Isabel dos Santos ;
  • Luís de Alcantâra Caldeira Brant, qui épouse Maria Luísa Pereira de Brito ;
  • Pedro de Alcântara Caldeira Brant ;
  • Deulinda dos Santos, qui épouse Claudiano dos Santos ;
  • Maria Teresa Caldeira Brant, qui épouse Charles Collins ;
  • Isabel Maria dos Santos, qui épouse Antônio Dias Paes Leme ;
  • José Severiano de Alcântara.

Marie-Isabelle meurt à São Paulo, le , à l'âge de 66 ans[1].

BibliographieModifier

Sur Marie-Isabelle et la descendance illégitime de son pèreModifier

Autres ouvragesModifier

  • (pt) Alberto Rangel, Dom Pedro Primeiro e a Marquesa de Santos, Tours, Arrault,
  • (pt) Alberto Rangel, Cartas de Pedro I à Marquesa de Santos, Editora Nova Fronteira,
  • (pt) Hélio Vianna, Vultos do Império, Sao Paulo, Companhia Editora Nacional,
  • (pt) Edison Veiga, « Filha de d. Pedro foi sepultada no Cemitério da Consolação », (consulté le 30 juin 2015)

Liens internesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. a b et c Veiga 2015
  2. Rangel 1928, p. 447
  3. Lewin 2003, p. 155-156
  4. Vianna 1968, p. 206