Domitila de Castro

noble brésilienne du XIXe siècle

Domitila (ou Domitilia) de Castro e Canto Melo, vicomtesse puis marquise de Santos, est née le à São Paulo, au Brésil et décédée le . Maîtresse de l'empereur Pierre Ier du Brésil, qui l'a anoblie, elle lui a donné plusieurs enfants, dont deux filles légitimée, Isabelle-Marie d'Alcantara Brasileira (1824–1898), duchesse de Goiás, et Marie-Isabelle d'Alcantara Brasileira (1830–1896), comtesse d'Iguaçu.

Domitila de Castro
Image dans Infobox.
La marquise de Santos en 1865.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
São PauloVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Consolação (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Père
João de Castro Canto e Mello (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Escolástica Bonifacio de Oliveira Toledo Ribas (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Maria Benedita de Castro Canto e Melo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Felicio Pinto Coelho de Mendonça (d)
Rafel Tobias de Aguiar (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Isabelle-Marie d'Alcantara Brasileira
Pedro de Alcántara Brasileiro (d)
Marie-Isabelle d'Alcantara Brasileira
Maria Isabel de Alcântara Brasileira (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Domitila de Castro est également la sœur de Maria Benedita de Castro (1792–1857), baronne de Sorocaba.

BiographieModifier

L'empereur rencontra pour la première fois Domitila en 1822 lors d'un voyage à travers l'État de São Paulo. Elle était mariée à Felício Pinto Coelho de Mendonça, un officier de l'armée de rang inférieur. Sacré empereur, Pedro Ier l'a invitée à s'installer à Rio de Janeiro et lui a proposé une fonction à la Cour, la plaçant près de l'entourage de l'impératrice. Là, elle a réussi à faire annuler son premier mariage. L'empereur s'est montré très généreux lorsqu'il s'est agi d'honorer sa favorite et sa famille. Lui attribuer le titre de vicomté de Santos était une gifle pour la famille de José Bonifácio, patriarche de l'indépendance et personnage le plus éminent de la ville de Santos à São Paulo. Il n'hésita pas non plus à décerner des titres à leurs trois filles adultérines (les duchesses de Goiás et de Ceará, et la comtesse d'Iguaçu) et à insister pour qu'elles soient éduquées avec les princesses royales. Sa sœur a été nommée baronne de Sorocaba et a eu un enfant avec Pédro.

L'impératrice, mourut en 1826 des suites d'une complication provoquée par une fausse couche. L'opinion publique a tenu la marquise responsable des griefs et des humiliations subies par l'impératrice. Comme épouser Domitila n'était pas une option, Pedro a choisi pour son second mariage la jeune princesse bavaroise Amélie de Leuchtenberg, petite-fille de l'impératrice Joséphine. Par la suite, il a renvoyé Domitila qui s'est retirée à São Paulo. Là, elle se remarie avec le brigadier Rafael Tobias de Aguiar. Domitila de Castro meurt à São Paulo le , à l'âge de 69 ans. Son corps a été inhumé dans le cimetière Consolação.

Dans la culture populaireModifier

Domitila de Castro a souvent été représentée dans la culture brésilienne :

SourceModifier

BibliographieModifier

  • DIAS, Demosthenes de Oliveira, O Solar da marquesa de Santos, Rio de Janeiro, Carlos Ribeiro, 1972.
  • RANGEL, Alberto, Dom Pedro Primeiro e a marquesa de Santos, Tours, Arrault e Companhia, 1928.
  • RANGEL, Alberto (notes) et ARAÚJO, Emanuel (coord.), Cartas de D. Pedro I à marquesa de Santos, São Paulo, Editora Nova Fronteira, 1984.
  • REZZUTTI, Paulo, Titília e o Demonão. Cartas inéditas de D. Pedro I à marquesa de Santos, São Paulo, Geração Editorial, 2011.