Marie-Félicitée de Savoie

Marie-Félicité de Savoie
Panealbo - Maria Felicita of Savoy - Castle of Racconigi.png
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Famille
Père
Mère
Fratrie
Victor-Amédée III de Sardaigne
Éléonore de Savoie
Prince Emanuele Filiberto of Savoy (en)
Marie-Louise de Savoie
Benoît de Savoie
Prince Vittorio Amedeo Theodore of Savoy (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

La princesse Marie Félicitée de Savoie ()[1] est une princesse de la Maison de Savoie.

BiographieModifier

Née au Palais Royal de Turin, elle est la troisième fille de Charles-Emmanuel III, Roi de Sardaigne et de sa seconde épouse Polyxène de Hesse-Rheinfels-Rotenbourg. Sa mère meurt en 1735, alors qu'elle est âgée de quatre ans. Son père se remarie en 1737 à Élisabeth-Thérèse de Lorraine, la plus jeune sœur de François Ier, Empereur du Saint empire Romain. Charles-Emmanuel III et Elisabeth Thérèse a eu trois enfants, dont le Benoît de Savoie.

Elle ne s'est jamais marié. Elle est décrite comme très religieuse. Elle fonde, avec Giovanni Battista Canaveri, une maison dans son pays natal, à Turin pour les veuves et les femmes démunies de la noblesse "Convitto Principessa Maria Felicita di Savoia". Canaveri en est le directeur. Cela est rendu possible en raison d'un acte qu'elle avait fait mettre en œuvre par son frère, Convitto par donne nubili e vedove,[2] pour les femmes dans le Royaume de Sardaigne.

Le , les français de la Première République déclarent la guerre à la Sardaigne.

Son neveu Charles-Emmanuel IV est contraint d'abdiquer tous ses territoires sur le continent italien, et de se retirer dans l'île de Sardaigne. Comme Charles-Emmanuel n'a eu que peu d'intérêt dans le gouvernement de ce qui restait de son royaume, lui et Clotilde ont vécu à Rome, puis à Naples, comme les hôtes de la Famille Colonna. Marie Félicitée est allée avec son neveu vivre comme des fugitifs en Italie.

Elle mourut à Rome et est enterrée à la Basilique de Superga à Turin, le traditionnel lieu de sépulture de la Maison de Savoie. Elle survit à tous ses frères et sœurs à l'exception du Duc de Chablais.

RéférencesModifier

  1. Leo van de Pas, « Princess Maria Felicita of Savoy », Genealogics .org, sur Genealogics .org (consulté le )
  2. « Cenni storici », Convitto Principessa Maria Felicita di Savoia (consulté le )

AscendanceModifier