Marie-Céline de la Présentation

Marie-Céline de la Présentation
Image illustrative de l’article Marie-Céline de la Présentation
Bienheureuse
Naissance
Nojals-et-Clotte, Dordogne
Décès (à 19 ans) 
Talence
Nom de naissance Jeanne Germaine Castang
Nationalité Flag of France.svg Française
Ordre religieux Ordre des pauvres dames
Vénérée à église de Nojals-et-Clotte
Béatification 16 septembre 2007 Bordeaux
par Benoît XVI
Vénérée par l’Église catholique romaine
Fête 30 mai

Marie-Céline de la Présentation (Nojals-et-Clotte, - Talence, ) est une religieuse clarisse française reconnue bienheureuse par l'Église catholique.

BiographieModifier

Jeanne Germaine Castang[1] est née le à Nojals-et-Clotte, près de Bergerac, son père était un modeste propriétaire terrien, sa mère issue d'une famille de notaires. Elle est la cinquième enfant du couple.

À l'âge de 4 ans, elle est atteinte par la poliomyélite qui lui laisse la jambe gauche paralysée. L'enfant toutefois continue son éducation auprès de ses parents d'abord, puis chez les sœurs de Saint Joseph où elle est déjà très remarquée par sa piété et sa dévotion à l'Eucharistie.

Son père essaye d'ouvrir un commerce, mais ayant fait de mauvaises affaires, il doit quitter la maison et partir chercher du travail à Bordeaux comme boulanger où toute la famille peut le rejoindre. Sur les 11 enfants du ménage, trois sont morts à Nojals-et-Clotte, et deux autres meurt à Bordeaux de tuberculose et de malnutrition. La famille est plongée dans la misère.

Jeanne Germaine est hébergée par charité dans une pension à Bordeaux où elle se prépare à la première communion et à la confirmation. Mais à la mort de sa mère, elle doit revenir à la maison s'occuper de son frère aîné, atteint de tuberculose, et qui meurt en 1893.

Depuis toute petite, Jeanne Germaine veut devenir religieuse, et entrer chez les Clarisses. Elle a l'occasion, en compagnie d'une amie, d'aller visiter une clarisse de sa connaissance dans son monastère. La mère supérieure discerne chez cette jeune fille handicapée une vocation remarquable, et elle est admise dans la communauté de Talence, le où elle prononce ses vœux, le , sous le nom de sœur Marie-Céline de la Présentation.

Atteinte de tuberculose, en plus de son handicap, elle supporte avec patience et rigueur la vie des moniales, accueillant avec humilité et discrétion les manifestations surnaturelles dont elle est l'objet.

Elle meurt à Talence (Gironde) le , âgée de 19 ans. Dès sa mort, elle se manifeste à d'autres par de suaves odeurs, ce qui la fait nommer par son entourage la sainte aux parfums.

Elle écrit juste avant sa mort à sa sœur : « Je meurs sans regrets, je te donne rendez-vous au ciel… Là haut, je n'oublierai personne… »[2].

Elle a été inhumée dans l'église Sainte-Quitterie de Nojals en 2006.

BéatificationModifier

Elle est déclarée Vénérable le . En décembre 2006, le Pape Benoît XVI reçoit le préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le cardinal José Saraiva Martins, et promulgue les décrets relatifs à huit miracles attestés.

Elle est béatifiée le à la cathédrale de Bordeaux, en présence du cardinal Jean-Pierre Ricard, envoyé spécial du Pape, archevêque de Bordeaux et président de la Conférence des évêques de France.

NotesModifier

  1. En réalité, à l'état civil, elle est prénommée : Émilie-Julie, puis, à son baptême : Jeanne. Enfin, son prénom usuel a été : Germaine. Selon Bernard Peyrous : La sainte de Bordeaux : Marie-Céline de la Présentation (1878-1897) ; p. 19 ; « Édition de l'Emmanuel » ; 2007)
  2. sa communauté d'origine est intégrée actuellement aux Clarisses de Perpignan

SourcesModifier

  • Prions en Église - Numéro 249 - - Éditions Bayard

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Prodiges et faveurs attribués à l'intercession de la servante de Dieu, Sœur Marie-Céline de la Présentation, Vierge Clarisse, morte en odeur de sainteté à l'âge de 19 ans au monastère de l'Ave-Maria de Bordeaux-Talence, Librairie Saint-François, Paris
  • Fleur du cloître ou vie édifiante de sœur Marie Céline de la Présentation morte en odeur de sainteté à l'age de dix-neuf ans au Monastère de Sainte-Claire de l'Ave-Maria de Bordeaux-Talence, 1926

Lien externeModifier