Ouvrir le menu principal
Marc Fleurbaey
Description de cette image, également commentée ci-après
Fleurbaey en 2017
Naissance (57 ans)
Mesnil-Raoul, Normandie (Drapeau de la France France)
Nationalité Française
Domaines Économie, philosophie
Institutions Université de Princeton
CORE (UCLouvain)
C.N.R.S
London School of Economics
Université Harvard
Nuffield College, Université d’Oxford
Université de Cergy-Pontoise
Université de Pau
Université Paris-Descartes
Diplôme [École nationale de la statistique et de l'administration économique|[ENSAE]]
EHESS
Université Paris-Nanterre
Renommé pour son cadre d'analyse en matière de justice économique, inégalités sociales, ses études sur l'économie du bien-être, le choix social, la responsabilité et l'économie de l'environnement[réf. nécessaire]
Distinctions Docteur honoris causa de l'UCLouvain en 2016

Marc Fleurbaey, né le à Mesnil-Raoul (Seine-Maritime), est un économiste français spécialisé en économie du bien-être et économie normative. Chercheur et enseignant depuis 1994 en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis, il est Robert E. Kuenne professeur d’économie et d'affaires publiques à l'université de Princeton depuis 2011. Il a également été titulaire de la chaire économie du bien-être au Collège d’études mondiales. Il a été administrateur de l'Institut national de la statistique et des études économiques de 1986 à 1994.

Parmi ses contributions, Fleurbaey a développé l'étude autour de la notion de la responsabilité en sciences économiques, nommée l'Économie de la responsabilité[1]. Il est connu[Par qui ?] pour ses travaux dans les domaines de l'économie du bien-être, de la justice économique, des inégalités sociales, du progrès social et de la choix social. Ses apports en philosophie traitent de l'éthique normative, philosophie politique et philosophie économique[réf. nécessaire].

Parmi ses engagements publics, il a été membre de la Commission Stiglitz sur la mesure de la performance économique et du progrès social, commissionnée par le président de la République. Il a par ailleurs été coordinateur principal pour le cinquième rapport d’évaluation (2014) du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

BiographieModifier

FormationModifier

Marc Fleurbaey est diplômé de l’ENSAE ParisTech, d’une maîtrise de philosophie de l’Université Paris-Nanterre et d’un doctorat en sciences économiques de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales[2].

CarrièreModifier

Marc Fleurbaey a été administrateur de l'Insee, professeur d’économie à l’Université de Cergy-Pontoise, à l’Université de Pau, à l’Université Paris-Descartes, Directeur de recherche au CNRS[3].

Il est depuis 2011 professeur d’économie et d'affaires publiques à la Woodrow Wilson School of Public and International Affairs (en) à l’université de Princeton[4]. Il est également chercheur membre des centres de recherches de l'University Center for Human Values, du Center for Health and Well-Being, du William S. Dietrich II Economic Theory Center et du Princeton Environnemental Institute[5].

Marc Fleurbaey a été rédacteur en chef de Economics & Philosophy et est actuellement rédacteur en chef de Social Choice and Welfare (en), deux des principales revues en économie du bien-être et en philosophie politique.

Apports à l'économieModifier

Économie du bien-être : au-delà du PIBModifier

Les experts reconnaissent que le PIB n'est pas une mesure adéquate de l'État de la société et qu'il faut développer un indicateur alternatif. Fleurbaey et ses coauteurs développent des arguments dans ce sens[réf. nécessaire][style à revoir].

En particulier, dans Beyond GDP. Measuring Welfare and Assessing Sustainability (Oxford University Press, 2013), Fleurbaey et Blanchet questionnent la pertinence des indicateurs les plus populaires (tel l'indice de développement humain et les indices construits sur la base d'enquêtes du bonheur)[6].

Choix social en contexte d'incertitudeModifier

La théorie du choix social, domaine d'étude en sciences économiques, développés aux xxe siècle par Kenneth Arrow et Amartya Sen, vise à définir des critères de décision collective et à définir des principes d'évaluations des choix collectifs. Suivant F. Maniquet, on peut résumer l'apport de Marc Fleurbaey dans ce domaine de la manière suivante. Fleurbaey définit une famille de critères de décision collective qui permet de dissocier l'aversion pour les inégalités sociales (en) de l'aversion pour le risque de la génération actuelle. Cette dissociation permet de donner un meilleur contrôle aux décideurs publics sur l'objet d'évaluation du choix social en ne confondant pas deux phénomènes empiriques distincts: l'aversion pour les inégalités et l'aversion pour le risque. Par ailleurs, son approche permet de distinguer entre deux types de risque, qui furent jusqu'à ses contributions confondus: le risque individuel et le risque social. Comme le fait remarquer François Maniquet,

« Chaque membre de la société peut faire face à un résultat risqué alors que la société connaît précisément la distribution statistique des résultats futurs. La société peut ainsi savoir que 10 % des membres seront malades dans le futur, ou bien que les habitations de 10 % de la population seront détruites par une tornade, alors que chaque membre en particulier fait face à un risque de 10 % d’être malade ou de voir sa maison détruite[7]. »

Enfin, l'approche de Fleurbaey permet aussi de distinguer entre deux types d'analyse de ces deux types de risque : une analyse ex-ante et une analyse ex-post.

L'économie et l'éthique de la responsabilitéModifier

L'économie de la responsabilité développée par Marc Fleurbaey consiste à proposer une formulation économique modélisée de l’éthique de la responsabilité développée par les philosophes politiques. L'on peut résumer cette approche en suivant l'analyse effectuée par l'économiste François Maniquet :

« Selon la formulation de Marc Fleurbaey, l’éthique de la responsabilité consiste en la combinaison de deux principes, le principe de compensation et le principe de rémunération naturelle. Selon le principe de compensation, l’inégalité entre deux personnes qui sont identiques en tout paramètre de responsabilité, c’est-à-dire deux personnes qui ne diffèrent que par les paramètres qui créent des inégalités injustes, doit être éliminée. Selon le principe de rémunération naturelle, deux personnes qui sont identiques en tout paramètre de compensation, c’est-à-dire deux personnes qui ne diffèrent que par les paramètres qui créent des inégalités qui ne sont pas injustes, doivent être traitées de façon identique par la mesure politique mise en œuvre[8]. »

Apports à la philosophieModifier

Philosophie politiqueModifier

L'un des enjeux de la philosophie politique est la définition de normes de justice sociale. Si l'économie permet de modéliser ces différentes normes, cela revient à la philosophie de questionner la validité normative de ces principes. Dans ce domaine, Marc Fleurbaey a questionné la validité normative de la norme d'égalité des opportunités (voir en particulier son article « Equal Opportunity or Equal Social Outcome? »[9]). François Maniquet résume ainsi :

« Si l’on donne les mêmes opportunités à deux membres de la société et que l’un des deux utilise ces opportunités de telle manière qu’il se retrouve entre la vie et la mort, va-t-on s’interdire de prendre un peu de ressources du second pour le sauver sous prétexte que les opportunités ont été égalisées ? Marc Fleurbaey prétend que cela reviendrait à violer les intuitions égalitaristes de départ. Il en déduit qu’avant même de s’occuper d’opportunités, un égalitariste devrait s’intéresser à quelques résultats de base, au premier rang desquels la survie même des individus, et garantir ces résultats de base de façon universelle, quitte à dépenser plus pour certains membres de la société que ce que prescrit l’égalité des opportunités[10] »

Engagements dans le débat publicModifier

Marc Fleurbaey est un chercheur engagé dans la vie publique (en). Ses engagements se sont concrétisés dans ses fonctions de conseiller à la Banque mondiale[11], à l’Organisation des Nations unies[12] et à l'OCDE[13], par ses contributions à plusieurs commissions et rapports nationaux et internationaux et ses interventions régulières dans les médias concernant des sujets de société liés au bien-être, au progrès social, aux politiques publiques et au changement climatique

Rapports et CommissionsModifier

Commission Stiglitz-Sen-FitoussiModifier

Fleurbaey a été membre de la Commission Stiglitz sur la mesure de la performance économique et du progrès social. Elle est officiellement intitulée « Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social ». Le but de cette Commission est de développer une « réflexion sur les moyens d'échapper à une approche trop quantitative, trop comptable de la mesure de nos performances collectives »[14] et d'élaborer de nouveaux indicateurs de richesse. Comme l'expliquent les économistes Didier Blanchet, M. Clerc, M. Gaini :

« La commission a surtout privilégié dans ses travaux le caractère multidimensionnel du bien-être. Elle n'a pas proposé de tableau de bord tout constitué, mais son rapport peut ainsi se lire comme une esquisse des grandes lignes à suivre lors de la construction d'un tel tableau de bord. Ce dossier présente les principaux enseignements que l'on peut tirer d'une comparaison entre la France et quelques pays de même niveau de développement, à l'aune des critères retenus par la commission Stiglitz. L'utilisation d'indicateurs alternatifs de niveau de vie conduit à quelques reclassements entre pays mais sans véritablement remettre en cause l'avance apparente des États-Unis. Les indicateurs de conditions de vie font apparaître en revanche des contrastes bien plus marqués dans les domaines de la santé, de l'éducation, des risques de chômage et de pauvreté ou de sécurité. Les contributions des différents pays au problème de soutenabilité climatique varient du simple au triple. Quant à la soutenabilité économique, l'indicateur proposé par la commission suggère qu'elle reste tendanciellement assurée, mais avec une marge de sécurité assez faible dans plusieurs pays[15]. »

Publications dans les médiasModifier

Fleurbaey publie régulièrement dans différents médias nationaux et internationaux, en français et en anglais, tels que le Huffington Post en français[16], sa version américaine[17], Le Monde[18], Libération[19],[20], La vie des idées[21], La Croix[22], Project Syndicate[23], The Conversation en français[24] et en anglais[25], The American Prospect[26], et sur le blog World Economic Forum[27]. Il a également donné des interviews à Nonfiction.fr[28], El Periódico de Catalunya[29], La République des Pyrénées[30].

Prix et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « https://www.cairn.info/revue-economique-2017-1-page-5.htm# » (consulté le 13 avril 2019)
  2. (en) « Marc Fleurbaey », sur The Conversation (consulté le 16 avril 2019)
  3. « Marc Fleurbaey - Faculty - 2018 EAERE-FEEM-VIU European Summer School », sur www.feem-web.it (consulté le 16 avril 2019)
  4. Marc Fleurbaey, princeton.edu, 15 avril 2019
  5. (en-US) Marc Fleurbaey, « Why Populism Challenges Democracy from Within », The American Prospect,‎ (ISSN 1049-7285, lire en ligne, consulté le 17 avril 2019)
  6. « Au-delà du PIB | FMSH », sur www.fmsh.fr (consulté le 13 avril 2019)
  7. « théorie du choix social de Fleurbaey »
  8. « économie et éthique de la responsabilité »
  9. (en) Marc Fleurbaey, « Equal Opportunity or Equal Social Outcome? », Economics & Philosophy,‎ , p. 25-55 (lire en ligne)
  10. « philosophie politique de Marc Fleurbaey »
  11. (en) « Activités de conseil à la Banque Mondiale »
  12. (en) « Activités de conseil à l'ONU »
  13. « Partners - Organisation for Economic Co-operation and Development », sur www.oecd.org (consulté le 13 avril 2019)
  14. « Préconisations de la commission Stiglitz-Sen-Fitoussi »
  15. « Les préconisations du rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi : quelques illustrations − L'économie française - Comptes et dossiers | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 12 avril 2019)
  16. « Marc Fleurbaey | HuffPost », sur www.huffpost.com (consulté le 13 avril 2019)
  17. (en) « Marc Fleurbaey | HuffPost », sur www.huffpost.com (consulté le 13 avril 2019)
  18. « Marc Fleurbaey — tribune sur l'IPSP », sur lemonde.fr, Le Monde (consulté le 13 avril 2019)
  19. « Marc Fleurbaey », sur Libération.fr (consulté le 13 avril 2019)
  20. « Un Giec pour le progrès social », sur Libération.fr, (consulté le 13 avril 2019)
  21. Marc Fleurbaey, « Travailler, ou pas », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2019)
  22. « Marc Fleurbaey — "La dignité est la valeur centrale du progrès social" », sur Lacroix.fr, La Croix (consulté le 13 avril 2019)
  23. (en) Marc Fleurbaey, « Climate Change Action Cannot Ignore Social Issues | by Marc Fleurbaey, Helga Nowotny and Marc Fleurbaey », sur Project Syndicate, (consulté le 13 avril 2019)
  24. « Publications de Marc Fleurbaey sur The Conversation », sur Theconversation.fr, The Conversation (consulté le 13 avril 2019)
  25. (en) « Publications de Marc Fleurbaey sur The Conversation », sur Theconversation.com, The Conversation (consulté le 13 avril 2019)
  26. (en-US) Marc Fleurbaey, « Why Populism Challenges Democracy from Within », The American Prospect,‎ (ISSN 1049-7285, lire en ligne, consulté le 13 avril 2019)
  27. « Lutte contre le réchauffement climatique et justice sociale sont indissociables », sur Forum Économique Mondial (consulté le 13 avril 2019)
  28. « Entretien avec Marc Fleurbaey sur le progrès social », sur Nonfiction.fr (consulté le 13 avril 2019)
  29. (es) Núria Navarro, « Marc Fleurbaey: "La democracia debe empezar en la empresa" », sur elperiodico, (consulté le 13 avril 2019)
  30. « Béarnais de cœur, l'économiste Marc Fleurbaey appelle à un changement de société », sur Larepubliquedespyrénées (consulté le 13 avril 2019)
  31. « Docteur·e·s honoris causa 2019 - Des personnalités inspirantes | UCLouvain », sur uclouvain.be (consulté le 12 avril 2019)
  32. « Remise du prix de la Revue économique à Marc Fleurbaey »

BibliographieModifier

Principaux ouvragesModifier

Marc Fleurbaey est l'auteur de plusieurs ouvrages de référence[réf. nécessaire]:

Principaux articlesModifier

Une sélection d'articles de Marc Fleurbaey parmi les plus récents et les plus cités aujourd'hui, d'après google scholar:

Œuvre détailléeModifier

Marc Fleurbaey a écrit de plus de 10 livres et 395 articles de recherche dans des revues internationales d'après Google Scholar. La liste suivante n’est pas exhaustive :

Publications sur Marc FleurbaeyModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :