Marc-André Plante

personnalité politique canadien

Marc-André Plante
Fonctions
4e Maire de Terrebonne après la fusion de 1985
En fonction depuis le
Prédécesseur Stéphane Berthe (par intérim)
Député de Terrebonne
Biographie
Lieu de naissance Terrebonne
Nationalité Canadienne
Parti politique Alliance démocratique de Terrebonne
Diplômé de ÉNAP, UQÀM

Marc-André Plante, né à Terrebonne, est un homme politique québécois. Depuis , il est maire de sa ville natale[1],[2], la dixième en importance au Québec[3]. Son élection à la mairie s'est faite alors que le conseil municipal était sous la loupe de l'Unité permanente anticorruption (UPAC)[1].

BiographieModifier

Après avoir fondé l'Alliance démocratique de Terrebonne le et présenté son programme le en vue des élections municipales de 2017 à Terrebonne, Marc-André Plante est élu à la mairie de Terrebonne le [1], succédant ainsi au maire intérimaire Stéphane Berthe[4], remplaçant du démissionnaire Jean-Marc Robitaille, soupçonné de corruption par l'UPAC, depuis [1]. La campagne électorale était ainsi marquée, entre autres, par les thèmes de l'intégrité et de la corruption[1]. Marc-André Plante a reçu 13 883 votes, ou 42 % des voix exprimées, contre 10 371 votes, ou 31,4 % des voix exprimées, pour Stéphane Berthe[5].

 
Hôtel de ville de Terrebonne sur la rue Saint-Jean-Baptiste

La gestion municipale est teintée d'actions visant à dissuader les membres du conseil municipal de corrompre l'administration municipale[6]. En , cinq membres de l’ancienne administration de Terrebonne, sous la direction de Jean-Marc Robitaille, ont été arrêtés par l'UPAC.[6]

Depuis son élection à la mairie de Terrebonne, il est également membre des conseils d’administration de la MRC Les Moulins et du CRE Lanaudière[2].

Avant de se lancer en politique municipale, Marc-André Plante était directeur général du Carrefour action municipale et famille, appuyant ainsi le développement des politiques familiales municipales au Québec[7].

Ayant obtenu un certificat en administration de l'Université du Québec à Montréal en 2006, au moment de son élection en 2017, il était sur le point d'obtenir une maîtrise en administration publique, spécialisée en management municipal, de l'École nationale d'administration publique[7].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier