Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manfred.

Manfred
Image illustrative de l’article Manfred (Lord Byron)
Manfred sur la Jungfrau par Ford Maddox Brown

Auteur George Gordon Byron
Pays Grande-Bretagne
Genre Poème dramatique
Éditeur John Murray
Lieu de parution Londres
Date de parution 1817
Chronologie

Manfred est un drame en vers de George Gordon Byron, dit Lord Byron, publié en 1817.

Cette pièce s'inspire, pense-t-on, dans son plan, du Faust de Goethe et selon certains, contiendrait une allusion du poète pour sa demi-sœur Augusta Leigh.

Sommaire

RésuméModifier

Bourrelé de remords après avoir tué celle qu'il aimait, Manfred vit seul comme un maudit au cœur des Alpes. Il invoque les esprits de l'univers, et ceux-ci lui offrent tout, excepté la seule chose qu'il désire, l'oubli. Il essaie alors, mais en vain, de se jeter du haut d'un pic élevé. Il visite ensuite la demeure d'Ahriam, mais refuse de se soumettre aux esprits du mal, leur enjoignant d'évoquer les morts. Enfin lui apparaît Astarté, la femme qu'il a aimée puis tuée par son étreinte (« My embrace was fatal... I loved her and destroy'd her »). Répondant à son invocation, Astarté lui annonce sa mort pour le lendemain. Au moment prédit apparaissent des démons pour s'emparer de lui, mais Manfred leur dénie tout pouvoir sur sa personne. Pourtant, à peine sont-ils apparus qu'il meurt.

La situation de Manfred deviendra l'un des poncifs favoris composant le portrait de l'homme fatal du romantisme.

PersonnagesModifier

 
Manfred on the Jungfrau par John Martin (1837)
  • Manfred, personnage principal, archétype du héros romantique tourmenté
  • Un chasseur de chamois, qui sauvera Manfred du suicide
  • L'abbé de Saint-Maurice, brave homme cherchant dans l'acte III à sauver l'âme de Manfred
  • Manuel, serviteur de Manfred
  • Herman, serviteur de Manfred
  • La nymphe des Alpes
  • Arimane, seigneur des esprits
  • Némésis
  • Les destinées
  • Esprits
  • Astarté

InspirationsModifier

Ce drame inspira notamment un poème dramatique en trois parties pour récitant, soli, chœur et orchestre, opus 115, de Robert Schumann, composé de 1848 à 1851, et un poème symphonique, la Manfred-Symphonie, opus 58, de Piotr Ilitch Tchaïkovski.

Il inspira également le peintre Charles Durupt (1804-1833) pour sa peinture Manfred et l'esprit, 1831, musée de la vie romantique, hôtel Scheffer-Renan, Paris.

Manfred et le balletModifier

Rudolf Noureev remonte Manfred le 3 mars 1986 pour le palais Garnier, dans des décors de Radu Boruzescu et des costumes de Miruna Boruzescu sur la partition de Piotr Ilitch Tchaïkovski.

« Dans le poème de Byron, le héros, figure surhumaine, est voué par le destin à détruire ceux qu'il aime. En vain entreprend-il de rechercher Astarté, esprit idéal qui détient seul le pouvoir d'apaiser le sentiment de culpabilité dont il est obsédé. »

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :