Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) est un campus d'enseignement et de recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales, situé à Aix-en-Provence (quartier Jas-de-Bouffan)[1].

Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Image illustrative de l'article Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Création 1996
Siège 5, rue du Château de l'Horloge
Aix-en-Provence
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 43° 31′ 43″ nord, 5° 25′ 04″ est
Rattachement Université d'Aix-Marseille
Directeur Brigitte Marin
Disciplines Histoire
Anthropologie
Sociologie
Langues
Géographie
Site web mmsh.univ-aix.fr

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Spécialisée dans le monde méditerranéen, elle a été fondée par l’historien Robert Ilbert et créée sous la forme administrative d’une unité mixte de service. Devenue en janvier 2008 une unité de service et de recherche (USR) commune au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et à l’université Aix-Marseille-I, elle est aujourd'hui un « département » de l'université d'Aix-Marseille[2].

Elle regroupe dix laboratoires qui associent plus de 400 chercheurs, principalement en sciences humaines et sociales et en archéologie.

Sommaire

Services communs de la MMSHModifier

La phonothèqueModifier

GénéralitésModifier

La phonothèque est créée en 1979 par Philippe Joutard[3] (historien moderniste) et Jean-Claude Bouvier[4] (ethno-dialectologue) avec objectifs principaux : la mise à disposition du grand public des enquêtes orales et la constitution de nouveaux corpus à partir de la réutilisation des entretiens. L’idée de créer un lieu des mémoires orales est inspirée dans les années 1970 par l'engouement pour les archives orales du « mouvement folk »[5] et l’histoire orale.

Lieu de conservation du patrimoine oral, elle réunit des documents sonores relatifs aux domaines des sciences sociales telles que l'ethnologie, la sociologie, l'histoire, la linguistique, la dialectique, les arts et traditions populaires et la musicologie. Spécialisée sur des thèmes rattachés à l'aire méditerranéenne, elle rassemble des sources orales produites par les chercheurs, les institutions et les associations culturelles impliqués dans la sauvegarde des sources orales. Sa vocation est de permettre à un large public d'accéder à un type d'informations scientifique et technique peu conventionnel et de promouvoir un patrimoine immatériel peu reconnu.

Centre de ressources spécialisé dont le statut est à la fois universitaire et national, elle est rattachée au CNRS et à l’université de Provence. Ses domaines d’intervention sont liés à la connaissance, la conservation et la valorisation des sources sonores. Ses activités principales concernent la recherche, l‘expertise, le conseil et la mise à disposition d’archives sonores.

La base de données Ganoub (« sud » en arabe) comprend un fonds de plus de 4 000 heures d'enregistrements sonores. Elle offre la possibilité à ses utilisateurs de retrouver des notices d'enquêtes sonores grâce à un moteur de recherche multicritères élaboré et propose également l'écoute d'enregistrements sonores en ligne. Ganoub comptabilise actuellement plus de 3 000 heures d'enquêtes indexées.

Les thèmes des enquêtes traitées par la phonothèque peuvent être regroupés autour des quatre axes principaux : la littérature orale et l’ethnomusicologie, la mémoire du vécu et la mémoire historique, les techniques et savoir-faire et l’identité linguistique et culturelle.

CollaborationsModifier

La phonothèque est associée à la Bibliothèque nationale de France (BNF) grâce à une collaboration avec le FAMDT[6] dans le domaine de la littérature orale et l’ethnomusicologie. Elle a développé un partenariat avec le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MUCEM) qui lui permet depuis 2004 de mettre à disposition du public les archives sonores du musée sur le domaine provençal. Elle participe depuis 2000 au Plan national de numérisation[7] proposé par le ministère de la Culture et travaille avec l’AFAS.

D’autres organismes ou associations à vocation régionale font également appel à la phonothèque pour la numérisation, la conservation et la valorisation de leurs fonds sonores. Parmi eux, l’association Alpes Lumière[8] pour son fonds Pierre Martel, les Archives départementales des Bouches du Rhône[9], la Compagnie du Lamparo, le Parc national des Cévennes[10], l’association Paroles vives[11], l’association Arcade[12], le Parc régional du Luberon[13] et le Musée des arts et traditions populaires de Château-Gombert[14].

La médiathèqueModifier

La médiathèque regroupe des fonds issus des différents laboratoires de la MMSH. Elle est organisée en deux départements : « Monde occidental et études thématiques » et « Monde arabe et musulman ».

La Bibliothèque d'antiquité d'Aix (BiAA)Modifier

Les laboratoires de la MMSHModifier

Galerie photoModifier

Notes et référencesModifier