Maison de Campdavène

Famille noble

La maison de Campdavène ou Champ d'Avesne, est une famille éteinte de la noblesse française, qui fut la première des comtes de Saint-Pol.

Maison de Campdavène
Image illustrative de l’article Maison de Campdavène
Armes des Campdavène

Blasonnement D’azur à la gerbe d’avoine d’or.
Période XIe au XIIIe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau de l'Artois Artois
Fiefs tenus Comté de Saint-Pol
Didymotique
Demeures Saint-Pol-sur-Ternoise
Château de Lucheux
Fonctions militaires Chevalier
Connétable

Histoire

modifier

Cette première maison de Saint-Pol règna du XIe au XIIIe siècle sur le Ternois ; elle s'éteignit dans la maison de Châtillon, par le mariage d'Élisabeth de Campdavène et Gaucher de Châtillon.

Parmi ses membres furent les chevaliers croisés Hugues II, dont les armes figurent à la cinquième salle des croisades du château de Versailles, et Hugues IV, qui, outre la troisième croisade, participa au siège de Constantinople en 1204.

Généalogie

modifier

La filiation remonte à Roger, évoqué pour la première fois dans une charte de l'an 1023[1].

Héraldique

modifier
 
Sceau d'Hugues III Candavène comte de Saint-Pol, vers 1127/1129. Gravure publiée en 1788.

Premier témoignage des futures armoiries des Candavène, le sceau de Hugues III comte de Saint-Pol est une exception parmi les premiers sceaux armoriés. En effet, contrairement à la plupart des premiers sceaux de l'époque de la naissance des armoiries, l'emblème utilisé par Hugues III, et ensuite par ses descendants, n'est pas familial, mais exprime son surnom, « Candavène », « champ d'avoine » en picard[2],[3].


Les armes de la Maison de Campdavène, comtes de Saint-Pol :

D’azur à une gerbe d’avoine d’or, liée du même.[4],[5]

Bibliographie

modifier
  • Jean-François Nieus, Un pouvoir comtal entre Flandre et France : Saint-Pol, 1000-1300, Bruxelles, De Boeck, , 512 p. (ISBN 978-2804147723)
  • Jean-François Nieus, Les chartes des comtes de Saint-Pol : XIe-XIIIe siècles, Brepols, , 554 p. (ISBN 978-2503528458)

Notes et références

modifier
  1. Congrégation de Saint-Maur et N. Viton de Saint-Allais, L'art de vérifier les dates, t. XII, p. 380
  2. Jean-François Nieus, « L’avoine des Candavène. Retour sur l’emblème des comtes de Saint-Pol et la naissance des armoiries », Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel- und Wappenkunde, vol. 52,‎ , p. 191-212.
  3. Jean-François Nieus, « L’invention des armoiries en contexte. Haute aristocratie, identités familiales et culture chevaleresque entre France et Angleterre. 1100-1160 », Journal des savants, vol. 1, no 1,‎ , p. 93–155 (DOI 10.3406/jds.2017.6387, lire en ligne).
  4. J.-B. Rietstap, Armorial général, t. I (lire en ligne), p. 401
  5. J.-B. Rietstap, Armorial général, t. II (lire en ligne), p. 653

Voir aussi

modifier

Liens externes

modifier

Articles connexes

modifier