Maître Gerhard

architecte allemand

Maître Gerhard, né aux environs de 1210-1215 probablement à Reil et mort un 24 ou vers 1271 à Cologne[1], né Gerhard von Rile latinisé en Magister Gerardus, est un maître maçon allemand, connu pour être le premier architecte de la cathédrale de Cologne, édifice de style gothique dont on lui attribue le plan d'ensemble.

Maître Gerhard
Meister Gerard.jpg
Meister Gerhard, illustration de Franz Theodor Helmken dans Der Dom zu Coeln, seine Geschichte und Bauweise, Bildwerke und Kunstschätze, Cologne, 1899.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Mouvement
Œuvres principales

BiographieModifier

Il est peut-être lié à la famille noble von Ryle présente au Moyen Âge dans la ville de Reil, au bord de la Moselle. Une famille Schillinge de Ryle ou Rile est également notée habitant hors les murs de Cologne depuis 1173, ses membres sont des ministériels attachés à l'archevêque de Cologne, et possèdent une maison de ville et une ferme dans la Marzellenstrasse ; à côté se trouve un vignoble qui est un temps propriété d'un Gerhard de Ryle, situé dans le secteur de la basilique Saint-Cunibert de Cologne qui dépend justement de la compétence ministérielle des Schillinge de Ryle.

Dans son histoire de l'architecture allemande (Geschichte der deutschen Baukunst, Berlin 1887), l'historien de l'art Robert Dohme (de) émet l'hypothèse que Gerhard est le fils du brasseur Gottschalk de la ville de Riehl, alors située au nord de Cologne et aujourd'hui un de ses quartiers.

ŒuvreModifier

Jusqu'en 1247, la vie de Gerhard ne peut être reconstituée qu'en s'appuyant sur son œuvre. Auparavant, on peut supposer qu'il a effectué ses années d'apprentissage et de formation itinérante sur les chantiers de la cathédrale de Troyes et de la Sainte-Chapelle à Paris. Un des architectes de la basilique de Saint-Denis, Pierre de Montereau, pourrait avoir été son enseignant. Gerhard aurait également été en contact avec Jean de Chelles, un des architectes de Notre-Dame de Paris.

Il est probablement contremaître (parlier) sur des chantiers du nord de la France avant que le chapitre de chanoines de la cathédrale de Cologne (de) fasse appel à lui comme maître d'œuvre (« rector fabricae » c'est-à-dire opifex).

Le , les autorités ecclésiastiques de la ville prennent la décision de construire une nouvelle cathédrale, le chantier débute officiellement l'année suivante, le . Gerhard est mentionné pour la première fois en 1257 quand le chapitre de la cathédrale octroie au magistro gerardo lapicide rectori fabrice ipsius ecclesie, « en reconnaissance de ses mérites », une terre près de sa maison de la Marzellenstrasse avec bail emphytéotique[2],[3].

Hans Jürgen Rieckenberg[4] pense que l'architecte de la cathédrale Gerhard est le Domherr (de) Gerhard, magister operis, qui a reçu ce titre de Domherr, chanoine capitulant, en 1260.

Peu après 1248, il épouse Gude, fille du maître de chai du Diacre de la cathédrale. En , il meurt des suites d'une chute d'un échafaudage, dans des circonstances non éclaircies, lors d'une visite de chantier de la cathédrale. Il laisse trois fils : Wilhelm, Peter et Johann, et une fille, Elisabeth, qui tous entrent dans les ordres[5].

Bibliographie (de)Modifier

 
Une sculpture représente Gerhard (Riele à gauche) sur le beffroi de l'hôtel de ville de Cologne.
  • Sulpiz Boisserée : Meister Gerhard, muthmaßlicher Baumeister des Doms von Köln. (Geschichte und Beschreibung des Doms von Köln). in: Kunstblatt Nr. 13 (1824).
  • Johann Jakob Merlo (de) : Nachrichten von dem Leben und den Werken kölnischer Künstler, Köln 1850, p. 133.
  • (de) Leonard Ennen (de), « Gerhard von Rile », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 8, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 756-758
  • Johann Jakob Merlo : Die Dombaumeister von Köln. Meister Gerard. in: Jahrbücher des Vereins von Alterthumsfreunden im Rheinlande 73, 1882, pp. 100–138 (Digitalisat).
  • Heinrich Pröhle : Meister Gerhard von Rile, des Kölner Domes Baumeister, in: Rheinlands schönste Sagen und Geschichten. Berlin 1886, pp. 213–216 (E-Text).
  • Max Hasak (de) : Der Dom des heiligen Petrus zu Köln am Rhein, Berlin 1911, p. 55 et suiv. (Digitalisat).
  • Paul Clemen (éditeur) : Der Dom zu Köln ( Die Kunstdenkmäler der Rheinprovinz. vol. 6, 3). 2ème édition augmentée, Schwann, Düsseldorf 1938, p. ?.
  • Hans Jürgen Rieckenberg : Der erste Kölner Dombaumeister Gerhard. in : Archiv für Kulturgeschichte 44, 1962, S. 335–349.
  • (de) Herbert Rode, « Gerhard », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 6, Berlin 1964, Duncker & Humblot, p. 272 (original numérisé).

Notes et référencesModifier

  1. Selon la Neue Deutsche Biographie (édition 1964) « vraisemblablement vers 1271 » ; selon l'Allgemeine Deutsche Biographie (édition de 1878) « vers la fin du XIIIe siècle » ; selon J. J. Merlo (Nachrichten, 1850) en 1295 ; selon M. Hasak (Der Dom des heiligen Petrus zu Köln am Rhein, 1911) p. 55, en 1280.
  2. (de) Mention dans le cadastre de Saint Lupus (Niederich). Merlo, Nachrichten, p. 133. Imprimé par Hasak, Dom, p. 58 et suiv.
  3. (de) Georg Kaspar Nagler, Neues allgemeines künstler-lexicon: oder, Nachrichten von dem leben und den Werken..., 1837, p. 110
  4. (de)Hans Jürgen Rieckenberg: Der erste Kölner Dombaumeister Gerhard. In: Archiv für Kulturgeschichte 44, 1962, pp. 335–349.
  5. (de) Merlo, Nachrichten, p. 135 ; Hasak, Dom, pp. 62 et suiv.

Liens externesModifier