Métropole orthodoxe grecque de France

Métropole orthodoxe grecque de France
Pays
Rite liturgique byzantin
Type de juridiction métropole
Création 5 février 1963
Affiliation Patriarcat œcuménique
Siège Cathédrale grecque Saint-Étienne (Paris)
Titulaire actuel Mgr Emmanuel (Adamakis)
Langue(s) liturgique(s) grec, français, géorgien
Calendrier calendrier grégorien modifié (la date de Pâques est calculée avec le comput julien) et calendrier julien pour la paroisse géorgienne
Territoire France
Population totale 50 000[1]
Site web http://mgro.fr/

La métropole orthodoxe grecque de France ou métropole grecque-orthodoxe de France est une juridiction de l'Église orthodoxe, dont le siège est la cathédrale grecque Saint-Étienne de Paris, et rattachée canoniquement au Patriarcat œcuménique de Constantinople.

Siège de la Métropole à Paris.

La métropole est actuellement dirigée par le Métropolite Emmanuel, membre du Saint Synode du Patriarcat œcuménique et de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France, qu'il préside.

HistoireModifier

Le diocèse a été fondé le 5 février 1963, détaché de l'archevêché orthodoxe grec d'Europe occidentale, dit « de Thyatire et de Grande-Bretagne »[1]. Il réunit initialement toutes les paroisses grecques situées en France, Belgique, Luxembourg, Espagne et Portugal. Le 22 octobre 1963, le métropolite Mélétios (Karabinis) est nommé à sa direction.

Le 12 août 1969, les paroisses grecques en Belgique et au Luxembourg sont détachées, formant la nouvelle métropole orthodoxe grecque de Belgique. En 2003, la métropole orthodoxe grecque d'Espagne et du Portugal en est également détachée.

OrganisationModifier

La métropole est organisée en trois entités géographiques, totalisant une trentaine de paroisses et cinq monastères :

  • vicariat épiscopal du Nord (Paris)
  • vicariat épiscopal du Centre (Lyon)
  • vicariat épiscopal du Midi (Marseille)

Elle compte également une paroisse géorgienne (la Paroisse orthodoxe géorgienne Sainte-Nino de Paris) et une paroisse roumaine[1].

A partir de novembre 2019, Mgr Emmanuel annonce qu'une vingtaine de paroisse et communauté anciennement membre de l'archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale et qui avaient rejoint la métropole orthodoxe grecque de France allaient être regroupés au sein d'un "vicariat de tradition russe"[2],[3].

MétropolitesModifier

Liste des métropolites depuis la fondation[1] :

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Monseigneur Emmanuel, un métropolite européen », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2015)
  2. « France : le métropolite Emmanuel annonce la création d'un vicariat de tradition russe ⋆ Orthodoxie.com », sur Orthodoxie.com, (consulté le 29 novembre 2019)
  3. « La Lettre du vicariat - N° 1 » [PDF], sur Orthodoxie.com, La Lettre du vicariat, , p. 1-2

Liens externesModifier