Luigi Rossi (1867-1941)

Luigi Rossi (Vérone, - Rome, ) est un avocat, juriste et homme politique italien.

Luigi Rossi
Illustration.
Fonctions
Ministre des Colonies du royaume d'Italie

(8 mois et 19 jours)
Premier ministre Francesco Saverio Nitti
Prédécesseur Gaspare Colosimo
Successeur Francesco Saverio Nitti ad interim

(1 an et 19 jours)
Prédécesseur Meuccio Ruini
Successeur Giuseppe Girardini
Ministre de la Grâce et de la Justice du royaume d'Italie (par intérim)

(5 mois et 6 jours)
Premier ministre Luigi Facta
Prédécesseur Giulio Rodinò
Successeur Giulio Alessio
Député du royaume d'Italie
Législature XXIIe, XXIIIe, XXIVe, XXVe, XXVIe
Groupe politique Radicale
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Vérone (royaume d'Italie)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Rome (royaume d'Italie)
Nationalité italienne

Biographie modifier

Professeur de droit constitutionnel à l'université de Bologne, il est d'abord chargé de cours libre (à partir de 1890), puis chargé de cours sur rendez-vous à partir de l'année suivante, avant de devenir professeur titulaire en 1899.

Il est élu député de la circonscription de Vérone dans les XXIIe, XXIIIe, XXIVe, XXVe, XXVIe législatures du royaume d'Italie ; politiquement, il fait partie des libéraux modérés[1]. Après avoir également enseigné à l'université de Rome, il est sous-secrétaire au ministère de l'éducation.

Il est également ministre des Colonies dans le premier gouvernement Nitti et dans le cinquième gouvernement Giolitti en 1919-21, et ministre de la Grâce et de la Justice dans le premier gouvernement Facta en 1922.

En tant que ministre des Colonies du gouvernement Giolitti, il signe une convention par laquelle les forces insurgées arabes reconnaissent la souveraineté italienne sur la Tripolitaine et la Cyrénaïque en échange d'une large autonomie dans la zone directement contrôlée par leur chef Ahmed El Senussi. Cet accord entraîne une pacification temporaire de la colonie, jusqu'à ce que Mussolini le dénonce et rouvre le conflit avec les forces indigènes[2].

Ayant abandonné la politique active, il retourne à l'enseignement en 1925 et est l'un des fondateurs de la Faculté des sciences politiques de l'Université de Rome, où il occupe la chaire de droit public comparé[3].

Théorie du droit modifier

Il élabore le concept de l'élasticité du Statut albertin (Statuto albertino) : "par élasticité j'entends la conformation caractéristique d'une Charte constitutionnelle, qui s'adapte facilement aux besoins variables des temps et des circonstances, parce que ses formules synthétiques et génériques laissent une large place à leur développement et à leur intégration, à travers des lois constitutionnelles particulières, des coutumes et des interprétations diverses"[4]. À l'ère d'une Constitution flexible, "il va toutefois au-delà de la tradition. Nous sommes en 1939, une période cruciale pour le droit public italien. Deux ans plus tard, Costantino Mortati a imprimé La Costituzione in senso materiale. En fait, Rossi anticipe un thème qui sera largement développé après l'entrée en vigueur de la Constitution de 1948"[5].

Distinctions honorifiques modifier

  Chevalier grand-croix décoré du grand cordon de l'ordre colonial de l'Étoile d'Italie - arrêté royal du 25 novembre 1920[6].

Sources modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

  1. Voce "Rossi, Luigi" dans le Dizionario biografico dei giuristi italiani (XII-XX secolo) (par Birocchi, Cortese, Mattone, Miletti), Il Mulino, 2013, volume II, p. 1738, dans lequel ses "essais sur l'état de siège et sur le sujet de l'immunité parlementaire" sont également cités comme preuve.".
  2. Carlo Sforza, L'Italia dal 1914 al 1944 quale io la vidi, Mondadori, Roma, 1945, pag. 54.
  3. Trifone, Gian Paolo, Il dovere elettorale in uno scritto di Luigi Rossi del 1907, Giornale di storia costituzionale. I semestre, 2009 (Macerata : EUM-Edizioni Università di Macerata, 2009).
  4. L. Rossi (1939), “L’‘elasticità’ dello Statuto italiano”, dans Divers écrits sur le droit public, vol. VI, Milan, 1941, p. 2.
  5. Luciano Patruno, L'elasticità della Costituzione, Democrazia e diritto : XLIX, 1 2, 2012, p. 118 (Milan : Franco Angeli, 2012), La vérité est que l'élément politique reflète et conditionne l'élément juridique. Pas seulement ça. Le droit constitutionnel, dit Rossi, évolue plus rapidement que les autres branches du droit, précisément en raison de l'influence de l'élément politique sur l'élément juridique.
  6. Gazzetta Ufficiale del Regno d'Italia n.94 du 26 avril 1926, page 1702.