Luigi Agustoni

prêtre et musicologue suisse

Luigi Agustoni
Biographie
Naissance
à Schaffhouse (Suisse)
Ordination sacerdotale
Décès (à 87 ans)
à Orselina (Suisse)
Autres fonctions
Fonction religieuse
  • secrétaire du groupe pour la révision des livres de chant grégorien
Fonction laïque

Blason

Luigi Agustoni, né à Schaffhouse le et mort à Orselina le [eg32 1], est un prêtre et musicologue suisse, spécialiste du chant grégorien.

BiographieModifier

Originaire de Morbio Inferiore, dans le canton suisse du Tessin, il entre au Séminaire de Lugano en 1931[eg32 1], puis est ordonné prêtre pour le diocèse de Lugano en 1941, en y enseignant le chant liturgique pendant 15 ans[eg32 1]. De même, il fut organiste de la cathédrale de Lugano de 1941 à 1950, puis enseigna la liturgie auprès du séminaire de cette ville entre 1950 et 1956, avant de quitter cette ville[2].

Par ailleurs, son frère Gilberto, également ordonné prêtre en 1946, est créé cardinal par le pape Jean-Paul II en 1994.

Luigi Agustoni obtient une maîtrise à l'Institut pontifical de musique sacrée de Rome duquel Gregorio Maria Sunol, ancien enseignant du séminaire, était le directuer. Celui-ci y aide ses études, dans les temps difficiles après la Seconde Guerre mondiale[eg32 1]. Il se lie d'amitié avec Eugène Cardine à l'occasion d'une visite à l'abbaye de Solesmes en 1946, centre du renouveau grégorien[eg32 2]. Il consacre dorénavant sa vie à l'étude du chant grégorien, dont il devient l'un des spécialistes les plus reconnus.

À partir de 1955, il enseigne la musique sacrée, notamment le chant grégorien, à l'Institut pontifical ambrosien de musique sacrée de Milan[eg32 2], et publie de nombreux ouvrages et articles, contribuant à de nombreuses revues spécialisées : la Revue grégorienne, Musica Sacra, Studi Gregoriani, Beitrage zur Gregorianik, Note gregoriane. Après le concile Vatican II, il est sollicité par le Vatican pour participer à la commission chargée de réformer le missel romain[eg32 1]. Il est secrétaire du groupe pour la révision des livres de chant grégorien, qui publie en 1967 le Graduale simplex[eg32 1], puis le Graduale romanum en 1974, ainsi que la Liturgie des Heures[eg32 1]. Il est, à partir de 1965, l'un de la quarantaine d'experts qui élaborent l'instruction Musicam sacram[eg32 1].

Dans les années 1960, il fonde la Nova Schola Gregoriana, ensemble vocal consacré à l'interprétation du chant grégorien. En 1975, il fonde l'Association internationale pour l'étude du chant grégorien (AISCGre) à Crémone, et la dirige jusqu'en 1999[eg32 1]. Il enseigne à Lugano, Milan, Crémone, Rome, mais aussi en Allemagne, au Venezuela et au Japon. Le , il reçoit un doctorat honoris causa en musique sacrée de l'Institut pontifical de musique sacrée, en présence du cardinal secrétaire d'État Angelo Sodano[eg32 1]

ŒuvresModifier

  • Primo corso di Canto gregoriano secondo la scuola solesmense, Côme, 1946[eg32 2]
  • La modalità del canto liturgico occidentale, 1948[eg32 2]
  • Il Codice 95 di Sciaffusa : studi storico, paleografico, semiologico (thèse doctorale), 1949[eg32 2]
  • Fonti e paleografia del canto ambrosiano, Milan, 1956.
  • L'interpretazione dei neumi tramandata dalla loro stessa grafia, 1958[eg32 2]
  • Elementi di Canto Gregoriano, Padoue, 1959
traduction en français, Le Chant Grégorien. Mot et neume, 1969[eg32 2]
traduction en français, Introduction à l'interprétation du chant grégorien : Principes fondamentaux, Abbaye Saint-Pierre, Solesmes 2001 (ISBN 978-2-85274-203-1) 288 p.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Références bibliographiquesModifier

  1. a b c d e f g h i et j p.  5
  2. a b c d e f et g p.  6

Notes et référencesModifier