Ouvrir le menu principal

Luc-Jacques-Édouard Dauchy

personnalité politique française
(Redirigé depuis Luc Jacques Edouard Dauchy)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dauchy.
Luc Jacques Edouard Dauchy
Fonction
Membre du Conseil des Cinq-Cents
-
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

Luc-Jacques-Édouard Dauchy, né le à Saint-Just-en-Chaussée (Oise), et mort dans la même ville le , est un homme politique français, actif pendant la période de la Révolution française et du Premier Empire.

BiographieModifier

Luc-Jacques-Édouard Dauchy est le fils d'un aubergiste de Saint-Just-en-Chaussée, dont la situation sur l'axe Paris-Calais lui assure des confortables revenus[1].

Agriculteur, il cherche à développer les nouvelles techniques agricoles et, en 1780, introduit l'élevage du mouton mérinos pour développer l'industrie locale du drap[2].

Carrière politiqueModifier

En 1789, il est élu député aux États généraux, par le bailliage de Clermont-en-Beauvoisis, par 163 voix[3]. Il s'y montre révolutionnaire mais modéré[2] et s'implique dans les débats sur les impôts[3]. Le 6 juin 1791, il devient président de l'Assemblée constituante[3]. Il profite par ailleurs de la vente des biens nationaux pour acquérir quelques dizaines d'hectares autour de la ferme de Boutavent près de Saint-Just-en-Chaussée[4].

Lors de la dissolution de l'Assemblée constituante, il est élu administrateur du département de l'Oise[5]. Le 25 vendémiaire an IV (), il est élu par ce département au Conseil des Cinq-Cents. Toujours modéré, il siège au côté des clichyens[3]. Lors du coup d'État du 18 fructidor an V, il est arrêté et incarcéré à la prison du Temple[6]. Il échappe cependant à la proscription grâce à sa modération[6] et conserve son siège.

Carrière administrativeModifier

Rallié à Bonaparte après le 18 brumaire[5], il est nommé préfet de l'Aisne le 11 ventôse an VIII (2 mars 1800)[7]. Nommé conseiller d'État le 27 fructidor an X (14 septembre 1802), sur l'intervention du second consul[8], il est en cette qualité envoyé par Cambacérès constater les conséquences des fortes pluies du mois de juillet 1804 sur les récoltes[9].

Nommé, le 14 floréal an XIII (3 mai 1805), préfet du Marengo, il devient, le 8 février 1806, intendant général des Provinces illyriennes[5]. De retour en France en 1813, il réintègre le conseil d'État[5].

Retour en politiqueModifier

Lors des Cent-Jours, Dauchy est élu député de l'Oise par 69 voix sur 97 votants[3]. Il se retire ensuite de la vie publique[3],[5].

DistinctionsModifier

Chevalier de la Légion d'honneur le 9 vendémiaire an XII (1er octobre 1803), il est promu commandant dans cet ordre le 25 prairial suivant (14 juin 1804)[3].

Le , il est fait comte de l'Empire[10].

FamilleModifier

Sa sœur Marie Marguerite Élisabeth Dauchy (1750-1840) épouse Pierre-Charles Legrand, cousin du général Legrand. De cette union nait Léon-Victorin Legrand, dit Le Grand de l'Oise, commandeur de la Légion d'honneur (1844), député de l'Oise (1831-1848) et conseiller général[11],[12]. C'est grâce à l’amitié de son oncle avec Jacques Defermon que Léon-Victorin peut entrer dans l'inspection des Finances[13].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier