Lubb ibn Muhammad

wali dans l'Espagne musulmane

Lubb ibn Muhammad, de son nom complet en arabe لب بن محمد بن لب بن موسى القسوي بن موسى بن فرتون بن قاسي بن فرتون Lubb ibn Muhammad ibn Lubb ibn Mūsà al-Qasawī ibn Mūsà ibn Furtūn ibn Qāsī ibn Furtūn, (870-907), fut wali de Tudela (890-907).

Lubb ibn Muhammad
Titre de noblesse
Walîy
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
لب بن محمد بن لب بن موسى القسوي بن موسى بن فرتون بن قاسي بن فرتونVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Lubb ibn Muhammad ibn Lubb ibn Mūsà al-Qasawī ibn Mūsà ibn Furtūn ibn Qāsī ibn FurtūnVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Muhàmmad ibn Llop (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Furtun ibn Llop (d)
Muhàmmad ibn Llop ibn Muhàmmad (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Antécédents familiauxModifier

Lubb appartenait à l’importante famille islamisée (muladí) des Banu Qasi. Il était le fils de Muhammad ibn Lubb, petit-fils du wali Musa ibn Musa (Musa le Grand) de Saragosse.

Ses frères étaient Musa ibn Muhammad, Yusuf ibn Muhammad, Abd Allah ibn Muhammad, Yunus ibn Muhammad et Mutarrif ibn Muhammad. Ils se battirent entre eux et provoquèrent, en grande partie, la chute du pouvoir des Banu Qasi.

Mariages et descendantsModifier

Lubb ibn Muhammad eut trois fils :

  • Abd Allah ibn Lubb
  • Muhammad ibn Lubb
  • Fortún ibn Lubb, converti ultérieurement au christianisme.

Conflits internesModifier

El 889, du fait d'une paralysie, Ismail ibn Musa céda le pouvoir à Mutarrif ibn Muhammad et Musa ibn Muhammad, qui partirent en expédition à Barbitanya, où Musa mourut et où Mutarrif fut capturé par Muhammad al-Tawil, qui venait de conquérir Lérida. Mais l'émir Abd Allah ben Muhammad confia la région de Lérida à Muhammad ibn Lubb, qui nomma régent son fils Lubb ibn Muhammad[1].

Luttes et mort de Guifred le VeluModifier

En lutte constante avec les nobles chrétiens du Comté d'Aragon et des comtés catalans qui s'étendaient et repeuplaient lentement la région des montagnes des Pyrénées vers le sud, se multipliaient les incursions chrétiennes et les razzias musulmanes en territoire ennemi. Ce fut alors que Lubb ordonna de fortifier plusieurs villes, comme Lérida, Monzón ou Balaguer. Il ordonna aussi la construction d'une mosquée à Lérida, l'actuelle Seu Vella, et l'aljama.

En 897, Lubb attaqua le comté de Barcelone. C’est lors de cette action que mourut, le 11 août, le comte Guifred le Velu à la Valldora, près de Solsona.

Conquêtes de LubbModifier

Il occupa Tudela, Tarazona de Aragón (899), la province d'Alava, conquit Tolède et atteignit enfin les campagnes proches de Jaén. Lors d’une autre razzia de grande importance, il affronta le comte Ramón Ier de Ribagorza y Pallars en 904, atteignant l’extension maximale de ses domaines. Il causa de grandes destructions et saccages dans le comté pyrénéen ; il séquestra près de 700 personnes dont le fils du comte, Isarn. En 905, son allié Fortún Garcés de Pampelune[2] fut déposé par Sanche Ier de Navarre et, en 907, Lubb ibn Muhammad essaya d’attaquer Pampelune mais avec des résultats néfastes. Peu après, Lubb tomba dans une embuscade préparée par Sanche Ier de Navarre et fut assassiné.

Le seigneur d'Huesca et vieux rival de Lubb, le muladí Muhammad al-Tawil, prit l'héritage du fils de Lubb, Fortún ibn Lubb, et devint wali de Lérida.

RéférencesModifier

  1. Ramon d'Abadal i Vinyals, Els temps i el regiment del comte Guifred el Pilós, p.35
  2. Abadal i de Vinyals, Ramon Catalunya carolíngia. Institut d'Estudis Catalans, 1926-55

Liens externesModifier