Louis-Charles de La Tour d'Auvergne

aristocrate français

Louis-Charles de La Tour d'Auvergne (1665-1692) est Grand Chambellan de France.

BiographieModifier

Il est le fils ainé de Godefroy-Maurice de La Tour d'Auvergne et de Marie-Anne Mancini, nièce de Jules Mazarin.

En , âgé de quatorze ans, il soutient au collège des jésuites de Clermont-Ferrand une thèse de philosophie intitulée Ludovico Magno theses ex uniuersa philosophia dicat et consecrat Ludovicus, simple exercice de rhétorique qui sera imprimé à un petit nombre de copies privées.

Il épouse à Paris le Anne-Geneviève (1673-1724), fille de Louis-Charles de Lévis, duc de Ventadour. En guise de dot, elle reçoit la seigneurie de Roberval, qui passe à la Maison de La Tour d'Auvergne.

Le couple n'a pas d'enfant. Appelé à prendre part à la bataille de Steinkerque en 1692, Louis-Charles est mortellement blessé, laissant une veuve de dix-neuf ans.

Son frère cadet Emmanuel-Théodose devient duc de Bouillon à sa place.

En 1723, Frédéric-Maurice-Casimir, son neveu meurt lui aussi sans régner comme duc de Bouillon et, selon Mathieu Marais, alors que la famille de La Tour d'Auvergne paye toujours un douaire de 20000 livres à Anne-Geneviève de Levis devenue l'épouse d'Hercule-Mériadec de Rohan-Soubise.

Étant donné que les membres de la Maison de La Tour d'Auvergne possédaient le rang de prince étranger à la Cour de Versailles, cela leur conférait le titre d'« Altesse ».

BibliographieModifier

  • Mathieu Marais, Journal de Paris, 1715-1721, Pub. univers. Saint-Étienne, Jean Monnet, 2004. 2. t. 456. p. & 552. p. (ISBN 2-86272-299-5)