Ouvrir le menu principal

Louis-Nazaire Bégin

prélat catholique

BiographieModifier

JeunesseModifier

Natif de Saint-Joseph-de-la-Pointe-Lévis (aujourd'hui Lévis), il est le sixième d'une famille de dix enfants. Il fréquente l’école modèle de Lévis en 1855 et le collège industriel de Saint-Michel en 1856. Il obtient un baccalauréat ès arts du Petit séminaire de Québec en 1862. Il passe seulement un an au Grand Séminaire avant d'être envoyé étudier au Séminaire français de Rome par le recteur Elzéar-Alexandre Taschereau. Il fut ordonné prêtre le , à l'âge de vingt-cinq ans. Après avoir obtenu un doctorat en droit canonique en 1866, il étudie et séjourne en Autriche, en Palestine et en Égypte.

Professeur et homme de lettresModifier

Après son retour au Canada en 1868, il enseigne à l'Université Laval, au séminaire de Québec et à l'École normale Laval. Il exerce différentes fonctions administratives au sein de ces établissements de 1871 à 1884. Il entre à l'Académie d'Arcadie vers 1882.

ÉpiscopatModifier

Léon XIII le nomme successivement évêque de Chicoutimi en 1888, archevêque coadjuteur de Québec en 1891 puis archevêque de Québec en 1898.

Son consécrateur principal fut Mgr Taschereau. Mgr Bégin consacra lui-même huit évêques, dont l'archevêque Paul Bruchési.

En 1905, à l'occasion d'une visite de l'actrice Sarah Bernhardt, il demanda aux habitants de Québec de ne pas aller à la représentation théâtrale qu'elle devait présenter; les sièges vides ont choqué l’actrice habituée aux foules massives[2].

Il lutte contre l'exode rural et fonde des journaux catholiques dont L'Action catholique. Il est nommé cardinal par Pie X le avec le titre de cardinal-prêtre de Saints Vital, Valérie, Gervais et Protais.

En 1918, il encourage la conscription militaire envoyant des soldats québécois combattre en Europe contre l'Allemagne[3]. Il est au début fortement critiqué par une partie de son clergé qui est hostile à l'intervention de la Première Guerre mondiale.

Il a joué un rôle important dans le clergé canadien pendant plusieurs décennies. Il a fortement encouragé la Société des missions étrangères de la province de Québec.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier