Ouvrir le menu principal

Louis-Alexandre Péron

peintre français
Louis-Alexandre Péron
Naissance
Décès
(à 79 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Influencé par
Distinctions
Médaille d'or l'Académie royale de peinture et de sculpture de 1835
Chevalier de la Légion d'honneur

Louis-Alexandre Péron, né à Paris le et mort dans la même ville le , est un peintre et professeur de dessin français.

Sommaire

BiographieModifier

Louis-Alexandre Péron est le fils de Jacques-Claude Péron[1], seigneur de Selorge, conseiller-secrétaire du roi, avocat au Parlement, et notaire du Châtelet de Paris, qui fut également maire du 9e arrondissement de Paris de 1800 à 1806[2],[3].

Après une petite enfance un peu tumultueuse, il est confié à un professeur du nom de Lizarde. Celui-ci invite les parents de Louis-Alexandre Péron à lui donner un professeur de dessin afin de développer le don qu'il a découvert chez son élève, qui par ailleurs pratique le chant et la danse, et commence à jouer la comédie.

Au bout d'une année scolaire, il est présenté au peintre François-André Vincent (1746-1816), chez lequel il reste trois années. Il obtient la médaille de l'Académie. Péron poursuit par ailleurs ses cours d'art dramatique avec quelques professeurs illustres de l'époque : La Rochelle, du théâtre de la Nation, Préville (1721-1759), sociétaire de la Comédie-Française, et Saint-Prix ( 1758-1834), acteur du Théâtre-Français. Péron joua à plusieurs reprises à Versailles et Saint-Germain-en-Laye.

Il s'engage en 1793 dans un bataillon qui part pour Cherbourg, sur la côte normande, en faisant une halte de trois jours à Caen, et se produit au théâtre de la ville. Grâce aux relations de son père et de quelques amis, il obtient sa libération après la dissolution de son bataillon.

Péron est admis dans l'atelier de Jacques-Louis David où il reprend son apprentissage. Arrivant à l'âge de la conscription, il devance l'appel, s'engage dans la marine et se rend à Brest. Il postule pour une place de dessinateur de l'armée navale auprès de l'amiral Bruix (1759-1805) qui commande en chef la flotte, mais n'obtint pas de réponse immédiatement. Avec d'autres conscrits peintres, architectes et décorateurs, il collabore à la réalisation d'un théâtre aux armées et participe à quelques spectacles comme chanteur et comédien. L'amiral Bruix assista à l'un d'eux et lui octroya son brevet de dessinateur de l'armée navale.

L'amiral est remplacé par Louis-René-Madeleine de Latouche-Tréville (1745-1804), qui reçoit l'ordre du consul Bonaparte de lui envoyer en urgence la position des forces navales françaises et espagnoles et anglaises. Avec l'aide de quelques collaborateurs, Péron fournit les renseignements le lendemain matin. L'amiral félicite Péron pour sa rapidité et la clarté de ses cartes, et lui accorde un congé.

De retour à Paris, il rejoint l'atelier de David et participe au Salon, où il acquiert une réputation de bon dessinateur.

Mal nourrit par son art, Louis-Alexandre Péron reprend des études de notaire. L'étude familiale[4] restera à Laudigeois et, en compensation, on lui offrit la possibilité de s'installer en province et l'opportunité d'un bon mariage. Mais abandonnant les projets de mariage et de notariat, Péron retourne à ses pinceaux.

Après dix années d'interruption, il fait son retour en 1815 avec son Massacre des Innocents, qui lui vaut plusieurs commandes de la ville de Paris. Le , il est nommé professeur à l'École impériale de dessin, dite la Petite École pour la figure humaine, poste qu'il occupe jusqu'en 1855[5].

En 1830, il est l'un des co-fondateurs et le premier secrétaire général de la Société libre des beaux-arts de Paris. En 1833, accompagné d'une députation de membres de cette société, dont il est vice-président, il est reçu par le roi Louis-Philippe.

Il est à l'origine de la réalisation de la statue d'Eustache Lesueur par Honoré Jean Aristide Husson (1803-1864). Il tomba malade, par négligence de soins, sa maladie devint incurable et il mourut dans sa soixante-dix neuvième année.

À Paris, il demeura au no  3 rue de l'Abbaye au Palais abbatial[6]

Collections publiquesModifier

Œuvres référencéesModifier

  • La Mort de César, dessin au lavis, localisation inconnue[8]

ÉcritsModifier

SalonsModifier

  • 1802 : Un Berger d'Arcadie qui vient pleurer sur la tombe de sa mère, effet de lune, huile sur toile
  • 1806 : La Paix qui alimente les Sciences et les Arts, huile sur toile
  • 1822 : Saint Jean, huile sur toile[9]
  • 1835 : Victimes de Juillet, huile sur toile, médaille d'or de première classe
  • 1838 : La Prise de Toulon par Bonaparte sur les Anglais en 1793, huile sur toile
  • 1840 : La Moralité du Peuple, huile sur toile
  • 1842 :
    • Saint Pierre en prière, huile sur toile, achat de l'État pour une église de province non localisée[10]
    • Le Repos, huile sur toile
  • 1848 :
    • Périclès chez Anaxagore, huile sur toile
    • Erigone aimmée de Bacchus, huile sur toile
    • L'Etoile filante, dessin

Récompenses et décorationModifier

Réception critiqueModifier

Les critiques du Salon lui reprochent de vouloir imiter l'art de Raphaël dans son tableau La Paix alimente les Sciences et les Arts, alors que son maître David le complimente pour cette œuvre, lui assurant qu'il n'était pas son élève, mais celui de Raphaël[11]

ÉlèvesModifier

À l'École impériale de dessin, dite la Petite École :

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle, 1834
  • François-Joseph Grille, Autographes de savants et d'artistes, de connus et d'inconnus, de vivants et de morts, Paris, Pedoyen, 1853.
  •   L.M. Moultat, Notice biographique sur Louis-Alexandre Péron, Société libre des beaux-arts de Paris, 1855, p. 13-22.
  • Dictionnaire Bénézit

IconographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. d'une très vieille famille de notaire parisien dont un ancêtre Jehan Péron fut notaire rue aux Ours de 1539 à 1557, par Giselle Ollivier CARAN
  2. Son père était notaire à : Parvis Notre-Dame, derrière les Enfants Trouvés de 1768 à l'an VI (1797-1798) archives nationales notice FRAN_NP_010888
  3. note 26 de la lettre des Préfets, Maires de la ville de Paris à S.M. L'Empereur & Roi an 14, les bulletins de la grande armée trente sixième bulletin de la grande armée
  4. L'étude notariale de son père était occupée par son beau-frère, Louis-Alexandre-Joseph Laudigeois, qui divorce d'avec Aglaé Marie Péron. Il fut alors fait un inventaire le , puis il est procédé à la liquidation des biens le Archives notariales aux Archives nationales MC/ET/CII/575
  5. Il avait déjà enseigné au lycée impérial lors de son retour de Brest.
  6. 25.000 adresses des principaux habitants de Paris pour l'année 1835, Paris C.L.F. Panckouckle, Imprimeur éditeur, 14 rue des Poitevins, p.448.
  7. « La Paix alimente les Sciences et les Arts », notice sur photo.rmn.fr
  8. Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle, 1834.
  9. Guyot de Fère, La Statistique des beaux-arts de France de 1835, p. 177, indique par erreur typographique la date du salon de 1722 au lieu de 1822.
  10. L.M. Moultat, « Louis-Alexandre Péron », in Société libre des beaux-arts de Paris, Paris, 1855, p. 15.
  11. L.M. Moultat, « Louis-Alexandre Péron », in Société libre des beaux-arts de Paris, Paris, 1855, p. 13-22.
  12. L.M. Moultat, op.cit.