Ouvrir le menu principal

Rue de l'Abbaye (Paris)

rue de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de l'Abbaye.

6e arrt
Rue de l’Abbaye
Image illustrative de l’article Rue de l'Abbaye (Paris)
Vue en direction de la rue de Furstemberg.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Saint-Germain-des-Prés
Début 18, rue de l'Échaudé
Fin 37, rue Bonaparte et 1, place Saint-Germain-des-Prés
Morphologie
Longueur 180 m
Largeur 10 m
Historique
Création 1800
Dénomination 1815
Ancien nom Rue de la Paix
Rue Neuve-de-l'Abbaye
Géocodification
Ville de Paris 0002
DGI 0002

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de l’Abbaye
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de l’Abbaye est une voie située dans le quartier Saint-Germain-des-Prés du 6e arrondissement de Paris.

Sommaire

Situation et accèsModifier

Origine du nomModifier

Cette rue doit son nom à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, fondée par Childebert en 543.

HistoriqueModifier

Après que l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés est devenue bien national, les administrateurs tracent en 1793 deux nouvelles rues : l'une reliant la place Saint-Germain-des-Prés à la rue des Petits-Augustins (actuelle rue Bonaparte) et l'autre entre la rue de l'Échaudé et la rue Saint-Benoît. La première est réalisée en totalité, mais la seconde partie du plan n'est exécutée que partiellement. La partie à l'ouest de la rue Bonaparte, à l'emplacement des celliers de l'abbaye, n'est pas réalisée immédiatement[1].

Le percement de la rue de l’Abbaye à partir de l'an VIII (1799-1800), sur les terrains de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, entraîne la destruction d'une grande partie des bâtiments abbatiaux, dont le grand cloître, la salle du chapitre et la chapelle de la Vierge.

Elle prend en 1802 le nom de « rue de la Paix », puis en 1809 celui de « rue Neuve-de-l'Abbaye », avant d'être simplifié en « rue de l'Abbaye » en 1815[2].

Ce n'est qu'en 1866, au moment du prolongement de la rue de Rennes, que l'ouverture de la section jusqu'à la rue Saint-Benoît est déclarée d'utilité publique[3]. Les nos 15 et 17 de la rue sont également détruits afin d'agrandir la place Saint-Germain-des-Prés (actuel square Laurent-Prache). En 1951, la partie à l'ouest de la rue Bonaparte a été renommée « rue Guillaume-Apollinaire[4] ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Notes et référencesModifier

  1. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 4 [lire en ligne].
  2. Bathild Bouniol, Les Rues de Paris, t. 3, , p. 126. Lire la transcription sur Wikisource.
  3. Décret du 28 juillet 1866.
  4. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 59.
  5. M. Guyot de Fère, Statistique des beaux-arts en France, annuaire des artistes français, Paris, 1835, p. 177.
  6. Panneau Histoire de Paris devant le bâtiment.