Lonza Group
logo de Lonza

Création 1897 / 1999
Forme juridique Société anonyme
Action OTC Markets Group (LZAGF)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Bâle
Drapeau de Suisse Suisse
Direction Pierre-Alain Ruffieux
Activité chimie, pharmacie
Produits Médicament biologiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Lonza (United States) (d), Lonza (United Kingdom) (d), Lonza (Canada) (d) et Lonza (Germany) (d)
Effectif 15 375 (2018)
TVA européenne CH468752Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.lonza.com

Capitalisation CHF 25 704 millions (2019)
Chiffre d'affaires CHF 5 542 millions (2018)[2]
Résultat net CHF 559 millions (2018)

Lonza group (SIX : LONN, SGX: O6Z) est une entreprise suisse active dans l'industrie chimique et pharmaceutique, en tant que sous-traitant.

Le siège de l'entreprise à Bâle

HistoireModifier

Fondée en 1897 à Gampel en Valais, l'entreprise s'installe finalement à Viège en 1909[3]. En 1973, Lonza est absorbée par Alusuisse ce qui aura pour conséquence la naissance en 1990 de la holding Alusuisse-Lonza Group[4] qui deviendra Algroup en 1998. À la suite de la proposition de fusion à trois entre Alcan, Algroup et Pechiney (qui sera finalement refusée par la commission de la concurrence), le conseil d’administration d'Algroup propose le , la séparation des activités chimie, savon et énergie (Lonza) de celle des activités aluminium et emballage (Alusuisse)[5]. Le , l’assemblée générale extraordinaire d’Algroup approuve la séparation ce qui aboutit à la naissance de Lonza Group. La nouvelle société entrera en bourse la même année[6].

En 2011, l'entreprise suisse rachète Arch, société spécialisée dans les biocides, et qui dispose notamment d'une usine à Amboise en France[7].

En , Lonza annonce son intention d'acquérir Catalent, un concurrent américain, mais ce dernier refusa cette tentative[8]. En , Lonza annonce l'acquisition de InterHealth Nutraceuticals, entreprise américaine spécialisée dans les ingrédients nutritionnels, pour 300 millions de dollars[9]. En , Lonza annonce acquerir Capsugel, entreprise américaine spécialisée dans les gélules, pour 5,5 milliards de dollars[10],[11].

En , Lonza et Sanofi lancent le chantier de leur future usine commune de médicaments biologiques en Suisse, à Viège, devant être opérationnelle d'ici 2020[12]. En , Lonza annonce la vente des ses activités liés aux traitements de l'eau au fonds Platinum Equity pour 630 millions de dollars[13].

Focalisation sur la biopharmaModifier

En 2020, le président du conseil d'administration de Lonza, Albert Baehny, explique que « Lonza a longtemps été un petit BASF de la chimie et un petit Novartis de la santé, avec peu de synergies »[14]. Il explique que la division chimique (Lonza Specialty Ingredients) va être vendue, pour focaliser l'entreprise sur son activité pharmaceutique[14]. Lonza veut devenir un sous-traitant pour les industries pharmaceutiques externalisant leur production (contract development manufacturing organization)[14].

Covid-19

Le 1er mai 2020, Moderna et Lonza ont annoncé avoir conclu un accord stratégique sur 10 ans pour une large production, jusqu'à 1 milliard de doses, du vaccin de Moderna contre le Covid-19. Selon les termes de cet accord, les deux entreprises doivent créer des locaux chez Lonza aux États-Unis et en Suisse, pour la production de mRNA-1273 d'abord aux États-Unis, puis ailleurs dans le monde, pour utilisation dans le monde entier[réf. nécessaire]. Depuis son autorisation aux États-Unis d'Amérique, en décembre 2020, Lonza a produit à Portsmouth plus de 100 millions de doses du vaccin Moderna contre le Covid-19[réf. nécessaire]. Moderna, a annoncé le lancement en Suisse d'une procédure d'homologation continue par Swissmedic (données examinées au fur et à mesure de leur réception de la société pharmaceutique). L’Agence européenne des médicaments (EMA) ayant donné son feu vert, l’objectif de Lonza est de produire, à Viège en Suisse, 300 millions de doses par année. Début janvier 2021, après que Swissmedic a décrété que les aménagements nécessaires à la production sûre du principe actif avaient été effectués, a débuté la production « à petite échelle » sur le site de Viège, qui s'active depuis à aménager ses locaux pour produire « à grande échelle ». Le 12 janvier, Swissmedic a temporairement autorisé le vaccin Moderna, pour utilisation en Suisse[réf. nécessaire].

En février 2021, Lonza annonce la vente de ses activités de chimie via sa filiale Lonza Specialty Ingredients aux fonds d'investissement Bain Capital et Cinven pour 4,7 milliards de dollars[15].

ProduitsModifier

  • Synthèses exclusives et produits bio-pharmaceutiques, produits de fermentation microbiologique, cultures de cellules.
  • Produits de chimie fine organique et de performance destinés aux produits alimentaires, d'hygiène, de soins, de traitement des eaux, d'entretien de bois.
  • Dosage de produits biopharmaceutiques, de médicaments et de produits de nutrition.

ActionnairesModifier

Liste des principaux actionnaires au [16].

Fidelity Management & Research 4,6 %
BlackRock Investment Management 3,2 %
Artisan Partners 3,0 %
UBS Asset Management Switzerland 3,0 %
The Vanguard Group 2,8 %
Templeton Global Advisors 2,5 %
Invesco Advisers 2,5 %
Norges Bank Investment Management 2,3 %
Schroder Investment Management 2,1 %
Banque cantonale zurichoise (Investment Management) 1,8 %

ControversesModifier

Pollution au mercure dans le Grossgrundkanal à ViègeModifier

En est révélée une pollution au mercure de la part de Lonza sur des parcelles le long du Grossgrundkanal à Viège. L'entreprise a déversé plusieurs tonnes de mercure dans le Grossgrundkanal entre 1930 et le milieu des années 1970[17]. Le , une émission de Temps présent intitulée « Le Léman : une agonie surveillée » s'interrogeait sur l'augmentation de la concentration mercurielle dans le canal de Turtig et dans le Rhône, où l'entreprise Lonza, notamment, figurait parmi les responsables de la pollution au mercure dans les eaux[18].

Préfinancés par l’entreprise, les travaux d’assainissement des sites pollués débutent en (terrains habités, zones agricoles, canal), mais la question de la répartition des frais d’assainissement, ainsi que les conséquences sanitaires, sont toujours en discussion[19]. En , le tribunal cantonal valaisan estime que le rapport d’investigation historique de la pollution au mercure doit être rendu public, allant à l'encontre du gouvernement valaisan et de son service de l’environnement[20].

Notes et référencesModifier

  1. Knowledge Graph, (graphe de connaissances), consulté le  
  2. https://www.zonebourse.com/LONZA-GROUP-2956013/fondamentaux/
  3. Tobias Bauer, Alusuisse 1888-1988 : une histoire coloniale en Valais et dans le monde, Editions d'en bas, , 253 p. (ISBN 978-2-8290-0108-6, lire en ligne)
  4. Maurice Terrettaz, « Alusuisse », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 18 octobre 2017)
  5. « L'indépendance du Lonza Group en fait un excellent candidat au mariage », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 18 octobre 2017)
  6. « Algroup se sépare de Lonza pour se rapprocher de Pechiney et d'Alcan », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 18 octobre 2017)
  7. Arch Water absorbé par le suisse Lonza, Usine nouvelle, 13 septembre 2011, Stéphane Frachet
  8. Lonza in bid to acquire Catalent, Greg Roumeliotis et Arno Schuetze, Reuters, 13 avril 2016
  9. Lonza va racheter InterHealth Nutraceuticals, Le Figaro, 15 août 2016
  10. Exclusive: Lonza in talks to buy Capsugel for more than $5 billion - sources, Greg Roumeliotis, Reuters, 11 décembre 2016
  11. Lonza to buy U.S. capsule maker Capsugel for $5.5 billion, Reuters, 15 décembre 2016
  12. « Sanofi et Lonza : une usine commune en Suisse », sur FIGARO, (consulté le 18 octobre 2017)
  13. « Lonza sells water care business for $630 mln », sur Reuters,
  14. a b et c Richard Étienne, « Albert Baehny, président de Lonza : « La troisième vague est programmée, on n’est pas sorti de l’auberge » », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2020).
  15. (en) « Bain, Cinven buy Lonza Specialty Ingredients in $4.7 billion deal », sur Reuters,
  16. Zone Bourse, « LONZA GROUP : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 10 novembre 2019)
  17. La pollution au mercure en Valais serait plus grave qu'annoncé, 29 janvier 2014 Radio télévision suisse
  18. Le Léman : une agonie surveillée,11 octobre 1979 de l'émission Temps présent
  19. « Les incertitudes du mercure empoisonnent le Valais », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 18 octobre 2017)
  20. « Dans l’affaire du mercure, la justice oblige le Valais à publier le rapport de la discorde », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier