Littérature hongroise

La littérature hongroise est l'ensemble des œuvres littéraires écrites en hongrois ou par des auteurs hongrois (y compris des diasporas et des exils) dans d'autres langues.

Effigie de Matthias Corvin dans la Chronica Hungarorum de Johannes de Thurocz (XVe siècle.
Couverture de la Chronique de Gáspár Heltai.
Les grands auteurs hongrois du 18e.

Cette littérature remonte aux premiers chroniqueurs hongrois qui relatent les légendes du peuple magyar (La Légende du cerf merveilleux ou La Légende du touroul). Jusqu'au XVIe siècle, les chroniques, les légendes et les hymnes ont dominé la culture littéraire.

Moyen ÂgeModifier

Poésie lyrique et RenaissanceModifier

La poésie lyrique, qui devient ensuite une spécialité hongroise, est annoncée par Janus Pannonius (1434-1472), puis Bálint Balassi (1554-1594).

Le baroqueModifier

Au XVIIe siècle, le baroque est représenté par Miklós Zrínyi avec son épopée Péril de Sziget.

Les LumièresModifier

Le courant philosophique et littéraire de la fin du XVIIIe siècle est marqué par quelques grands noms : Ferenc Kazinczy ou Mihály Csokonai Vitéz.

Le 19e siècle et le RomantismeModifier

Quatre poètes dominent cette période de changement :

La littérature dramatique :

GalerieModifier

Le 20e siècleModifier

Au début du XXe siècle, la fondation, en 1908, de la revue Nyugat (Occident, disparue en 1941) permet de rassembler de nombreux écrivains autour de l'impressionnisme, du symbolisme, du réalisme ou du naturalisme, notamment Endre Ady (1877-1919), Attila József (1905-1937), Dezső Kosztolányi (1885-1936), Gyula Krudy (1878-1933), Mihály Babits (1883-1941), Árpád Tóth (1886-1928), Gyula Juhász (1883-1937), Frigyes Karinthy (1887-1938), Lőrinc Szabó (1900-1957) et Milán Füst (1888-1967). Parmi les autres collaborateurs : Hugó Veigelsberg Ignotus (en), Miksa Fenyő, Lajos Hatvany, Zsigmond Móricz, Margit Kaffka, Géza Csáth, Béla Balázs, Lajos Nagy, Viktor Cholnoky (hu), Oszkár Gellért (hu), Ernő Szép (hu), Zoltán Zelk, Áron Tamási, Gyula Illyés, Sándor Weöres, István Vas, Miklós Radnóti, Géza Ottlik, Gelléri Andor Endre (hu), Jékely Zoltán (hu), Kádár Erzsébet (hu)...

Sous l'ère communiste, se développe entre autres le roman ainsi qu'une nouvelle poésie lyrique ; voir à ce propos : Tibor Déry (1894-1977), János Pilinszky (1921-1981), Sándor Weöres (1913-1989), Ádám Bodor (1936-), Ferenc Karinthy (1921-1992), Sándor Márai (1900-1989), Örkény István (1912-1979), László Krasznahorkai (1954-), Agota Kristof (1935-2011), György Petri (en) (1943-2000), Péter Esterházy (1950-2016), Magda Szabó (1917-2007), Péter Lengyel (1939-), Péter Nádas (1942-), András Simonffy (hu) (1941-1995), Lajos Grendel (hu) (1948-) et Ivan Wernish (en) (1942-).

En 2002, Imre Kertész (1929-2016), survivant de la Shoah, reçoit le Prix Nobel de littérature.

Le 21e siècleModifier

ŒuvresModifier

AuteursModifier

InstitutionsModifier

Autres languesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Thomas Szende (dir.), Auteurs hongrois d'aujourd'hui, Paris, IN FINE, 1996 (ISBN 2-8404-6039-4)
  • Sophie Aude (éd.), Trente années de littérature hongroise en traductions françaises : bibliographie annotée 1979-2009, Hungarian book foundation, Budapest, 2010, 232 p. (ISBN 978-963-88819-1-5)
  • Joëlle Dufeuilly et Gábor Sashegyi (dir.), Kaléidoscope : proses et poèmes hongrois traduits en français 2004-2009, Hungarian book foundation, Budapest, 2010, 88 p.
  • János Szegö, La littérature hongroise à vol d'oiseau (trad. Georges Kassai), Fondation du Livre hongrois, Budapest, 2010, 26 p.
  • Claude Bouheret, Atlas littéraire des pays d'Europe centrale et orientale, 2009, éditions Noir sur Blanc, (ISBN 978-2-88250-225-4)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. https://www.bibliosurf.com/+-Totth-Benedek-+.html
  2. (eo) SAT AMIKARO, « La littérature en espéranto – SAT AMIKARO », sur SAT AMIKARO, (consulté le 11 août 2020).