Ouvrir le menu principal

Liste des compositions de Thelonious Monk

Cette page liste l'ensemble des compositions du pianiste et compositeur de jazz américain Thelonious Monk.

Sommaire

À propos des compositionsModifier

GénéralitésModifier

Thelonious Monk a beaucoup composé, et nombre de ses compositions sont devenues des standards de jazz : 'Round Midnight, Straight, No Chaser, Blue Monk, Well You Needn'tetc.

Quand il travaillait sur un nouveau morceau, Monk avait l'habitude de le jouer en boucle pendant des heures, cherchant à s'assurer que c'était parfait (Schumann et Stravinsky faisaient la même chose)[1],[2]. Une fois fixées, elles ne changent que très rarement, le tempo restant par exemple quasiment toujours le même le long des années[3].

Les compositions de Monk sont uniques et singulières, elles utilisent des formes d'accords et des progressions harmoniques éloignés des canons habituels[4]. Pourtant, elles possèdent une logique interne forte, souvent articulée autour d'idées simples déclinées de manières différentes et inventives[5]. Dans une liste de conseils que Monk a donnés à Steve Lacy, Monk explique que « l'intérieur (inside, le pont) d'un morceau est la partie qui fait sonner l'extérieur (outside)[1] ».

À cause de cette complexité, de nombreux morceaux sont mal transcrits dans les différentes éditions du Real Book, et sont par conséquent souvent joué avec les « mauvais accords ». Par exemple, la partie B de Well You Needn't commence sur un bémol 9e ; Miles Davis a popularisé l'usage du Sol 7e, et c'est avec ce Sol erroné que ce morceau figure dans la plupart des Real Book[4].

La légende raconte que bien que Monk ait écrit des partitions, il ne les montrait jamais aux musiciens, se contenant de les jouer en boucle au tempo devant eux. Il n'indiquait pas quoi jouer, mais quoi ne pas jouer[1].

Il faut également noter que Monk est un arrangeur subtil, jouant sur « des changements inattendus de timbres et de combinaisons » permettant à l'auditeur de toujours entendre quelque chose de nouveau, comme des contre-chants discrets mais toujours élégants. Il peut également distribuer une même mélodie successivement à plusieurs instruments[6]

TitresModifier

Les titres des morceaux de Thelonious Monk sont souvent choisis après les enregistrements, donnant lieu a des séances de casse-tête collectifs. Ainsi le titre de Let's call this provient de la perplexité de Monk, qui après avoir enregistré le titre répète machinalement : « Let's call this…, let's call this… » (« Appelons-le…, appelons-le… »). Think of One (« Cherches-en un ») est appelé ainsi par l'expression de la lassitude de Thelonious Monk, fatigué de réfléchir à un titre. Humphf évoque le grommellement poussé par Monk lorsqu'on lui demanda un titre[7].

D'autres titres font référence à des personnes (Pannonica, en hommage à Pannonica de Koenigswarter ; ou Boo Boo's Birthday, d'après le surnom de sa fille, Boo Boo ; Teo en hommage à Teo Macero) ou à des lieux (Ba-Lue Bolivar Ba-Lues-Are, en référence au Gran Hotel Bolivar (en), où a logé Pannonica de Koenigswarter)[8].

D'après Max Roach, Monk écrivait des paroles sur ses compositions, qui sont aujourd'hui perdues. Roach se souvient seulement de celles du début de Monk's Mood : « Why do you evade facts ? » (« Pourquoi refuses-tu la réalité ? »)[9].

Liste des compositionsModifier

Titre Premier enregistrement Albums(s) Notes
52nd Street Theme Ce morceau, écrit en avril 1944, a eu été déposé par Monk sous le titre Nameless (« sans nom »). Monk l'a également appelé Bip Bop, déclarant que le nom du bebop vient de ce morceau. Bien que Monk ne l'ait jamais enregistré, c'est un standard du bebop , joué notamment par Charlie Parker ou Bud Powell[1] dans les clubs de la 52e rue de Manhattan[10]. Il a été enregistré la première fois par Dizzy Gillespie le 22 février 1946[11].
A Merrier Christmas Ce morceau, composé avec des paroles lors des vacances de Noël 1959, était prévu pour faire partie des sessions d'Underground, mais n'a jamais été enregistré[12] à cause des problèmes de santé de Monk[13].
Ask Me Now 1951, 23 juillet Cette ballade tourne autour de bémol majeur. La partition n'affiche pourtant aucune clé, la grille explorant de nombreuses autres tonalités[14],[1].
Ba-Lue Bolivar Ba-Lues-Are (Bolivar Blues) 1956, 9 octobre Le titre fait référence au Gran Hotel Bolivar (en) à Manhattan, dans lequel vivait alors Pannonica de Koenigswarter[8].
Bemsha Swing 1952, 18 décembre Bemsha Swing, composé avec le batteur Denzil Best, permet d'entendre un exemple d'accord lydien typique de Monk et du bebop, le bémol final, dans une composition pourtant en do majeur[1].
Blue Hawk 1959, 22 octobre Ce blues, dont le titre fait référence à Coleman Hawkins et au club Black Hawk à San Francisco[15], n'a été enregistré qu'une fois[16].
Blue Monk 1954, 22 septembre La mélodie de ce morceau, en partie emprunté à Pastel Blue de Charlie Shavers[17], est construite sur une cellule de 4 notes qui montent par chromatisme, suivies par un « turn » descendant. On peut y déceler l'influence de Jelly Roll Morton[18]. C'est l'une des compositions que Monk a le plus enregistrée[19], et l'une de ses préférées[20].
Blue Sphere 1971, 15 novembre
  • 1972 : Something In Blue[21]
Le morceau, hommage à Jelly Roll Morton et aux pinistes de stride, n'a été enregistré qu'une seule fois, lors de la dernière session de Monk en tant que leader[22].
Blues Five Spot 1958, 9 juillet Le titre fait référence au Five Spot Café, où Monk jouait quand il a enregistré ce morceau[23].
Boo Boo's Birthday 1967, 21 décembre Le titre est un hommage à la fille de Monk, dont le surnom était Boo Boo[24]. Le morceau, avec un pont de cinq mesures conduisant à une fin abrupte du thème[25], est compliqué, Monk lui-même se perd dans la structure sur son unique enregistrement[1].
Brake's Sake 1955, 15 octobre Brake's Sake est un exemple de la façon dont Monk utilise une ligne mélodique secondaire, ici une basse ascendante chromatiquement, pour souligner la mélodie principale[25].
Bright Mississippi 1961, 10 mai[26] Le morceau, écrit pendant la tournée européenne de 1961[28], est basé sur les accords de Sweet Georgia Brown[1].
Brilliant Corners 1956, 15 octobre Ce morceau de 22 mesures est construit sur une forme ABA irrégulière (8 mesures, 7 mesures, 7 mesures). Le thème est joué alternativement dans un tempo lent puis dans un tempo doublé, et les solos suivent cette forme[1]. Le groupe rassemblé pour le premier enregistrement (Sonny Rollins, Ernie Henry, Oscar Pettiford, Max Roach) n'a jamais réussi à faire une prise complète de ce morceau. L'enregistrement est un montage issus des 25 prises incomplètes[29].
Bye-Ya 1952, 15 octobre Avec Monk's Dream, il s'agit d'un exemple rare de rythme latin dans la musique de Monk[30]. Bye-Ya oscille entre deux tonalités, La bémol et Mi bémol[4]. Monk avait appelé ce morceau Playhouse[4], le producteur Bob Weinstock voulait appeler ce morceau Go, une traduction en espagnol donne Vaya, qui a donné Bye-Ya[31].
Coming on the Hudson 1958, 25 février[32] Monk écrit ce morceau en 1958 dans la maison de Pannonica de Koenigswarter à Weehawken (New Jersey) donnant sur l'Hudson River[33]. Il s'agit peut-être du morceau le plus étrange de Monk[1], construit sur une forme AAB de 19 mesures.
Crepuscule With Nellie 1957, 26 juin Un morceau entièrement écrit, sans improvisation, composé par Monk pour sa femme[1].
Criss Cross 1951, 23 juillet Criss Cross, d'abord intitulé Sailor Cap[34], est une des premières compositions de Monk, écrite en 1944[35]. C'est un des rares morceaux de Monk à avoir évolué : le pont, qui fait 8 mesures dans le premier enregistrement, est réduit à 6 mesures dans les versions plus tardives[1].
Epistrophy 1948, 2 juillet Epistrophy, une des plus anciennes compositions de Monk, est coécrit avec Kenny Clarke[36]. Ce morceau a eu plusieurs noms : Fly Right ou Fly Rite pour Clarke, Iambic Pentameter (« Pentamètre iambique ») ou The Theme[36] quand il était utilisé pour ouvrir et clore les sets au club Minton’s House[37]. Cootie Williams l'a enregistré en premier le 1er avril 1942[38]. C'est un morceau particulièrement difficile, avec des accords de dominante parallèles se déplaçant par demi-tons conjoints[39], qui sont aux fondements du bebop[1].
Eronel 1951, 23 juillet La mélodie de la section A est en fait de Sadik Hakim (en) et Idrees Sulieman[1], même si Monk a fait quelques changements mélodiques et harmoniques et ajouté la section B. Il a fallu attendre la mort de Monk pour que les coauteurs soient reconnus[34].
Evidence 1948, 2 juillet[40] Le morceau a connu plusieurs titres, notamment Justice et We Named it Justice. Il s'agit d'un jeu de mots avec Just You, Just Me, dont Evidence reprend la grille harmonique[41] : Just You, Just Me (« Juste toi, juste moi ») devient Just Us (« Juste nous »), qui devient Justice (« Justice »), qui devient Evidence (« Preuve »)[40]. Pour Ethan Iverson (en), ce morceau est « la réduction à l'essentiel de l'abstraction minimaliste. Le style d'accompagnement de Monk transformé en morceau[1] ».
Four in One 1952, 23 juillet Ce morceau, dont le titre fait référence aux nombreuses doubles croches de la mélodie, utilise notamment la gamme par tons[1].
Friday the Thirteenth 1953, 13 novembre Le morceau, enregistré la première fois un vendredi 13, marque la malchance de cette session pour Thelonious Monk and Sonny Rollins : Monk et Rollins sont arrivés en studio avec plus d'une heure de retard suite l'accrochage de leur taxi avec l'arrière d'une moto[42], et Ray Copeland, fortement grippé, a du être remplacé à la dernière minute par Julius Watkins[43]. Le morceau est construit sur une seule phrase qui tourne en boucle, hésitant entre majeur et mineur[1].
Functional 1957, 16 avril Il existe deux blues différents qui portent le même nom, probablement donné sur le moment. Les deux morceaux ont été enregistrés le même jour, et jamais ensuite[44].
Gallop's Gallop 1955, 15 octobre Ce morceau est enregistré pour la première fois dans une session avec Gigi Gryce en leader[45].
Green Chimneys 1966, 14 novembre Ce morceau, composé entre décembre 1965 et janvier 1966[46], porte le nom de l'école que fréquentait la fille de Monk[24].
Hackensack 1954, 11 mai Ce morceau a été enregistré la première lors de la première session de Monk au studio de Rudy Van Gelder à Hackensack dans le New Jersey[47]. Le morceau ressemble à un morceau de Coleman Hawkins, Rifftide, que Monk a probablement joué quand il faisait partie du groupe d'Hawkins, ainsi qu'à un arrangement de Lady Be Good de Mary Lou Williams[47].
Hornin' in 1952, 30 mai Ce morceau n'a été enregistré qu'une fois par Monk.
Humph 1947, 15 octobre Ce morceau est basé sur les accords d'I Got Rhythm, il débute sur un Fa dièse 7e et arrive en suivant le cycle des quintes en Si bémol à la 5e mesure[1]. Monk utilisera régulièrement cette progression d'accords sur les « Rhythm changes ». Il n'a enregistré qu'une seule fois ce morceau[48].
I Mean You 1948, 2 juillet Coleman Hawkins, qui a coécrit I Mean You[49], est le premier à enregistrer ce morceau en 1946, avec Hank Jones au piano[50].
In Walked Bud 1947, 21 novembre Ce titre, basé sur les accords de Blue Skies, est un hommage à Bud Powell, ami de Monk[51],[52]. Jon Hendricks y a jouté des paroles, que l'on peut entendre sur Underground.
Introspection 1947, 24 octobre
Jackie-Ing 1959, 4 juin Le titre est un hommage à la nièce de Monk, Jackie Smith. Le morceau est construit sur le mode lydien, basé sur une phrase de 16 mesures[1]. Ce thème, au rythme de marche, a servi d'ouverture pour de nombreux concerts de Monk[53].
Let's Call This 1953, 13 novembre La grille harmonique ressemble à celle d'Honeysuckle Rose[1].
Let's Cool One 1952, 30 mai Pour Ethan Iverson (en), ce morceau, avec sa mélodie résolument non syncopée, se moque de la vague du Cool jazz West Coast[1].
Light Blue 1958, 7 août Ce morceau a été composé en 1957[54].

Sur l'album consacré à la musique enregistrée par Monk en 1959 pour Les Liaisons dangereuses 1960[55] figure une répétition de Light Blue. On peut y entendre Monk demander à son batteur Art Taylor de tenir un tempo à trois temps, alors que le morceau est à quatre temps. Cette superposition de métriques perturbe Taylor, qui n'arrive manifestement pas à s'y tenir, malgré l'insistance de Monk[56].

Little Rootie Tootie 1952, 15 octobre Ce morceau, qui peut évoquer Duke Ellington[1], a été écrit entre 1943 et 1944 sous le titre de The Pump[57]. Le titre définitif est un hommage au fils de Monk, T. S. Monk (en), alors âgé de deux ans. Il était surnommé « Toot »[31] d'après Little Toot the Tugboat, un dessin animé Disney dont l'enfant sifflait la musique avant de savoir parler[58]. Le solo de Monk sur Thelonious Monk Trio (en) a été orchestré par Hall Overton sur The Thelonious Monk Orchestra at Town Hall[59].
Locomotive 1954, 11 mai Ce morceau, basé sur une forme de 20 mesures, s'inscrit dans la tradition des morceaux évoquant le train, tels qu'en ont écrit Count Basie ou Duke Ellington[60].
Misterioso 1948, 2 juillet C'est un blues aux croches égales[1], jouant sur des intervalles de sixte parallèles. La version la plus connue est celle de Sonny Rollins sur Sonny Rollins, Vol. 2, avec Monk et Horace Silver au piano[61].
Monk's Dream 1952, 15 octobre Avec Bye-ya, il s'agit d'un exemple rare de rythme latin dans la musique de Monk[62].
Monk's Mood 1947, 24 octobre Écrit entre 1943 et 1944, ce morceau a eu de nombreux titres, dont Feeling That Way Now ou Be Merrier Sarah[63].
Monk's Point 1964, 2 novembre[32]
North Of The Sunset 1964, 31 octobre[32] Ce morceau n'a été enregistré qu'une seule fois par Monk[32].
Nutty 1954, 22 septembre Le titre Nutty, dans les années 1940-1950, veut dire « excellent » ou « cool »[64]. Le thème est joué sur une grille répandue à l'époque, le pont est une transposition du thème une quarte au-dessus[1].
Off Minor 1947, 24 octobre Le titre du morceau, qui s'est appelé précédemment What Now[65], fait probablement référence au fait qu'il est écrit en Sol mineur, mais ne se résout pas sur la tonique[66]. Une partie de la section A est empruntée à Elmo Hope. Off Minor a d'abord été enregistré par Bud Powell le 10 janvier 1947. Le morceau a un peu évolué au cours du temps. La version de Powell est différente de celles de Monk, on peut supposer que Powell joue une version non définitive[1].
Oska T. 1947, 24 octobre Le titre est une déformation de la prononciation anglaise d'« ask for tea » (« demande du thé »)[67]. Ce morceau n'a été enregistré qu'une fois, dans l'orchestration d'Hall Overton. Tournant de manière obsessionnelle autour d'un accord de La bémol majeur, il s'agit peut-être de la réponse de Monk au jazz modal[1].
Pannonica 1956, 9 octobre Ce morceau est dédié à Pannonica de Koenigswarter, grande amie de Monk. Sur la première version de ce morceau, Monk joue à la fois du piano et du célesta[68].
Played Twice 1959, 1er juin Le pont, sur un Fa 7e, est construit sur des phrases de cinq temps[1].
Raise Four 1968, 14 février Ce blues monkien est construit sur l'intervalle de quinte diminuée, typique du bebop[1].
Reflections 1952, 18 décembre Le titre a été donné par Ira Gitler, le producteur de la session pour Thelonious Monk Trio[31]. Bien que simple en apparence, cette ballade comporte des progressions étranges typiques de Monk et de nombreuses « fausses résolutions »[1].
Rhythm-a-ning 1957, 15 mai Rhythm-a-ning s'inspire d'un riff de Mary Lou Williams, amie et mentore de Monk[69], qui se trouve dans son arrangement de Walking and Swinging (avec Andy Kirk, 1936)[70]. On peut également trouver une mélodie similaire dans Meet Dr. Christian de Charlie Christian[71]. Le titre fait référence au morceau de Gershwin I Got Rhythm, dont Rhythm-a-ning emprunte les accords (connus sous le nom de « rhythm changes »)[70].
Round Midnight 1947, 21 novembre Aussi connu sous le nom de 'Round About Midnight et Grand Finale[72] est sans doute la composition la plus connue de Monk et est devenue le standard de jazz le plus enregistré[73]. Le premier à l'enregistrer, le 22 août 1944, est Cootie Williams et son orchestre, poussé par son pianiste Bud Powell, grand ami de Monk[74]. Williams est souvent crédité comme coauteur du morceau, de même que Bernie Hanighen qui a ajouté des paroles, mais en réalité Monk est le seul auteur de 'Round Midnight[72]. En 1946, Gillespie ajoute une introduction au morceau, devenue si populaire que Monk l'a intégrée[72].
Round Lights 1959, 21-22 octobre
Ruby My Dear 1947, 24 octobre Précédemment intitulé Manhattan Moods[75], le morceau a été renommé Ruby My Dear en hommage à Rubie Richardson, première petite amie de Monk, surtout parce que le titre colle bien avec la première phrase du morceau[76]. Comme Bemsha Swing, Monk’s Mood et Pannonica, Ruby My Dear termine par un accord de bémol lydien, même s'il est encore plus inattendu sur ce morceau[1].
San Francisco Holiday (Worry Later) 1960, 29 avril Ce morceau a été composé pour le nouvel an 1959. Il était d'abord intitulé Classified Information[12], il a été enregistré la première fois sous le titre Worry Later sur Thelonious Monk at the Blackhawk[77]. Le titre final San Francisco Holiday apparaît sur Thelonious Monk in Italy, en référence au long séjour de Monk et sa famille à San Francisco.
Shuffle Boil 1955, 15 octobre Le titre est une déformation de « shuffle ball », un mouvement de claquettes. Ce morceau est une des rares composition des années 1950 avec une ligne de basse[1].
Sixteen 1952, 30 mai Le morceau, de forme AABA, fait 16 mesures – d'où le titre. Enregistré lors des sessions de Genius of Modern Music: Volume 2 (en), le morceau n'est publié qu'en 1989[78].
Skippy 1952, 30 mai La légende dit que Skippy est tellement difficile à jouer que Monk ne l'a enregistré qu'une fois – on entend d'ailleurs Lucky Thompson grogner de frustration pendant son solo[1]. Le morceau est construit sur le cycle des quintes, parfois avec les substitutions tritoniques, ce n'est qu'à la fin du morceau que la tonalité de La bémol majeur devient claire. Cette grille d'accords est la même que celle utilisée par Monk sur sa version de Tea for Two, que l'on peut entendre sur The Unique Thelonious Monk[1].
Straight, No Chaser 1951, 23 juillet C'est le deuxième blues enregistré par Monk, après Misterioso. Devenu un standard de jazz, il s'agit du seul blues de Monk en Fa, tous les autres étant en Si bémol[79]. Il est construit sur un motif principal qui évolue de façon toujours inattendue : d'abord cinq notes commençant juste avant le premier temps, puis sept notes commençant juste avant le quatrième temps, puis quatre notes et ainsi de suite[80].
Stuffy Turkey 1964, 10 février La section A de ce morceau, basée sur les « rhythm changes », est empruntée au Stuffy de Coleman Hawkins[81].
Teo 1964, 9 mars Ce morceau, basé sur les accords de Topsy, est écrit en hommage au producteur de Columbia Teo Macero.
Thelonious 1947, 15 octobre La mélodie est construite sur un ostinato, la répétition obsessionnelle d'un Si bémol, joué sur une progression harmonique descendante[82]. Pour Ethan Iverson (en), « la mélodie est africaine, l'accompagnement est un stride d'Harlem, la structure vient de l'abstraction européenne[1]. »
Think of One 1953, 13 novembre Ce morceau est enregistré lors de la session du vendredi 13 novembre 1953, qui a donné le morceau Friday the Thirteenth. Comme dans Thelonious, on y trouve un ostinato se concentrant sur quelques notes[83].
Trinkle, Tinkle 1952, 18 décembre Il existe deux versions de l'origine du nom de ce morceau : une première raconte que le producteur Ira Gitler a mal compris Monk quand il a dit le titre, comprenant « Trinkle, Tinkle, like a star » au lieu de « Twinkle, Twinkle, like a star ». Ce titre pourrait aussi être une déformation de « tickler » (« chatouilleur »), le surnom que se donnaient les pianistes de stride[31]. Ce morceau est le seul de Monk où les sections A et B (sur une forme AABA) commencent sur le même accord[1].
Ugly Beauty 1967, 14 décembre Le premier enregistrement de ce morceau a eu lieu à la télévision le 14 novembre 1967[84]. L'enregistrement pour le disque a eu lieu un mois plus tard. Ce morceau est le seul du catalogue de Thelonious Monk à être en mesure à 3 temps[85]. Il semblerait que ce soit Ben Riley, le batteur du groupe, qui ait eu l'idée de cette métrique[1].
We See 1954, 11 mai Le morceau a été appelé par erreur Manganese quand Monk l'a joué en France en 1954, comme une sorte de jeu de mots sur « Monk at Ease » (« Monk au repos »)[86].
Well You Needn't 1947, 24 octobre Monk avait l'intention de donner un titre à un morceau en hommage au chanteur Charles Beamon ; celui-ci lui a répondu « Well, you need not »[87]. Il existe plusieurs versions de ce morceau :
  • Monk joue une pédale en Fa agrémenté d'une ligne chromatique sur la section A, et une partie B qui commence sur un bémol[1],[88]. Parfois, il lui arrive de jouer un Sol bémol dans le registre aigu lorsqu'il accompagne[1].
  • Sur la section A, Miles Davis a popularisé une grille qui alterne Fa et Sol bémol (parfois joué Fa - Sol bémol - Fa - Mi bémol, notamment par Wilbur Ware avec Monk)[1]. Miles utilise également un Sol sur la section B[1], et commence la mélodie du pont un demi-ton trop bas[1].
Who Knows? 1947, 21 novembre
Work 1954, 22 septembre Monk n'a enregistré ce morceau qu'une seule fois[89]

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an et ao (en) Ethan Iverson (en), « Thelonious Sphere Monk Centennial: Primary and Secondary Documents », sur ethaniverson.com (consulté le 8 mars 2019).
  2. de Wilde, 1996, p. 109.
  3. de Wilde, 1996, p. 111-112.
  4. a b c et d (en) Ethan Iverson (en), « Variants on a Theme of Thelonious Monk (including guest post by Eric Lewis) », sur ethaniverson.com, avril 2011, septembre et octobre 2012, 2014, 2015 (consulté le 8 mars 2019).
  5. (en) Mark C. Gridley, Jazz Styles : History and Analysis, Prentice Hall, , 8e éd. (ISBN 0130992828).
  6. (en) Vijay Iyer, « Thelonious Monk: Ode To A Sphere », sur jazztimes.com, (consulté le 9 avril 2019).
  7. de Wilde, 1996, p. 106.
  8. a et b (en) « Ba-Lue Bolivar Ba-Lues-Are », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  9. de Wilde, 1996, p. 121.
  10. Kelley 2009, p. 94-95.
  11. (en) Dizzy Gillespie And His Orchestra – 52nd Street Theme / Anthropology sur Discogs
  12. a et b Kelley 2009, p. 282.
  13. Kelley 2009, p. 393-394.
  14. (en) « Ask Me Now », sur learnjazzstandards.com (consulté le 8 mars 2019).
  15. Kelley 2009, p. 244-245.
  16. (en) « Blue Hawk », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  17. Kelley 2009, p. 179.
  18. (en) K. J. McElrath, « Blue Monk, Music and Lyrics Analysis », sur jazzstandards.com (consulté le 15 mars 2019).
  19. (en) « Blue Monk », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  20. (en) Sandra Burlingame, « Blue Monk », sur jazzstandards.com (consulté le 15 mars 2019).
  21. (en) Something In Blue sur Discogs
  22. (en) « Blue Sphere », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  23. (en) « Blues Five Spot », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  24. a et b (en) Lindsay Planer, « Underground, Thelonious Monk », sur allmusic.com (consulté le 6 mars 2019).
  25. a et b (en) Gregory Toro, « Brake's Sake », sur noteheads.wordpress.com (consulté le 15 mars 2019).
  26. (en) « Bright Mississippi », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  27. (en) Monk In Bern, May 10, 1961 sur Discogs
  28. Kelley 2009, p. 308.
  29. (en) « Brilliant Corners », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  30. (en) « Bye-Ya », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  31. a b c et d Kelley 2009, p. 159-161.
  32. a b c et d (en) « Thelonious Monk discography », sur jazzdisco.org.
  33. Kelley 2009, p. 240-241.
  34. a et b Kelley 2009, p. 154-155.
  35. Kelley 2009, p. 93.
  36. a et b (en) « Epistrophy », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  37. Kelley 2009, p. 69-70.
  38. Kelley 2009, p. 76-77.
  39. de Wilde, 1996, p. 42.
  40. a et b (en) « Evidence », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  41. de Wilde, 1996, p. 133-134.
  42. Ira Gitler, notes de pochette de Thelonious Monk and Sonny Rollins, 1954.
  43. (en) « Friday the Thirteenth », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  44. (en) « Functional », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  45. Kelley 2009, p. 193-194.
  46. Kelley 2009, p. 378.
  47. a et b (en) « Hackensack », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  48. Kelley 2009, p. 127-128.
  49. Kelley 2009, p. 120.
  50. (en) « I Mean You », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  51. (en) Gabriel Solis, Monk's Music : Thelonious Monk and Jazz History in the Making, University of California Press, (ISBN 0-520-25201-2), p. 149.
  52. (en) Henry Martin et Keith Waters, Jazz : The First 100 Years, Cengage Learning, (ISBN 0-534-62804-4), p. 215.
  53. Kelley 2009, p. 168-169.
  54. Kelley 2009, p. 217.
  55. (en) Les Liaisons Dangereuses 1960 sur Discogs
  56. (en) Art Lange, « A Fickle Sonance », sur pointofdeparture.org, (consulté le 10 avril 2019).
  57. Kelley 2009, p. 94.
  58. (en) « Little Rootie Tootie », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  59. Kelley 2009, p. 259-265.
  60. (en) « Locomotive », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  61. (en) « Misterioso », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  62. (en) « Monk's Dream », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  63. Kelley 2009, p. 112-112.
  64. (en) « Nutty », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  65. Kelley 2009, p. 116.
  66. (en) « Off Minor », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  67. Kelley 2009, p. 347-349.
  68. (en) « Pannonica », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 8 mars 2019).
  69. (en) Dave Ratcliffe, « Mary Lou Williams - Pianist, Composer Arranger And Innovator Extraordinaire », sur ratical.org (consulté le 3 février 2018).
  70. a et b (en) « Rhythm-a-ning », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 7 mars 2019).
  71. Kelley 2009, p. 271.
  72. a b et c (en) « 'Round Midnight », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 11 mars 2019).
  73. (en) Jeremy Wilson, « 'Round Midnight », sur jazzstandards.com (consulté le 11 mars 2019).
  74. Kelley 2009, p. 101-102.
  75. (en) « Ruby My Dear », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 11 mars 2019).
  76. Kelley 2009, p. 51, 116.
  77. Kelley 2009, p. 287-288.
  78. Kelley 2009, p. 158.
  79. (en) « Straight, No Chaser », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 9 mars 2019).
  80. (en) Thomas Owens, Bebop : The Music and Its Players, Oxford University Press, (ISBN 0195106512).
  81. Kelley 2009, p. 350-351.
  82. (en) « Thelonious », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 9 mars 2019).
  83. (en) « Think of One », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 9 mars 2019).
  84. (en) « Ugly Beauty », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 11 mars 2019).
  85. (en) « Thelonious Monk: Underground (1968) Columbia », sur londonjazzcollector.wordpress.com, (consulté le 6 mars 2019).
  86. (en) « We See », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le 11 mars 2019).
  87. (en) Ted Gioia, The Jazz Standards : A Guide to the Repertoire, New York City, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-993739-4), p. 452.
  88. Voir la transcription de l'enregistrement parisien en solo : (en) « Thelonious Monk », sur jazz-transcriptions.blogspot.com (consulté le 11 mars 2019).
  89. Kelley 2009, p. 569-571.