Ouvrir le menu principal

Ligne de Tours au Mans

ligne de chemin de fer française
(Redirigé depuis Ligne Tours - Le Mans)

Ligne de
Tours au Mans
Image illustrative de l’article Ligne de Tours au Mans
La ligne en gare de Mayet.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Tours, Château-du-Loir, Le Mans
Historique
Mise en service 1858
Concessionnaires PO (1853 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 561 000
Longueur 96 km
Vitesse maximale
commerciale
120 / 140 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL de Tours à Mettray
et d'Arnage au Mans
BAPR à comptage d'essieux de Mettray à Arnage
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER, Intercités, fret

La ligne de Tours au Mans est une ligne de chemin de fer française, d'une longueur de 96 kilomètres, qui dispose de deux voies à écartement standard. Elle relie les gares de Tours et du Mans et est située dans les régions Centre et Pays de la Loire.

Elle est mise en service en 1858 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

Elle constitue la ligne 561 000 du réseau ferré national. C'est un maillon de la relation ferroviaire transversale de Caen à Tours, pour les trains voyageurs et marchandises.

HistoireModifier

ChronologieModifier

Origine de la ligneModifier

ConcessionModifier

L'établissement d'un chemin de fer entre les villes de Tours et du Mans est étudié des 1846 comme le chemin de fer de l'Ouest. Après s'être également interrogé sur une liaison du Mans à Angers, trois projets de tracé ont été présentés. Mais il faut finalement attendre le 17 août 1853 pour que la ligne de Tours au Mans soit concédée à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par un décret impérial à la même date[3]. La compagnie a accepté de prendre à sa charge la construction, qu'elle doit avoir réalisée avant l'échéance de six années, et elle a néanmoins obtenue qu'il ne puisse y avoir d'exploitation d'une ligne concurrente, notamment entre Angers et Le Mans, avant onze ans. Elle acceptera d'abandonner cette exigence, à la fin des années 1850, lorsque la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest aura obtenu la concession d'une ligne du Mans à Angers[1].

Travaux et mise en serviceModifier

Cette nouvelle ligne reprend le troisième tracé de 1846, il débute à Tours, s'éloigne par la vallée de Choisille, se prolonge dans la vallée de l'Escotais et atteint Le Mans par Château-du-Loir. Les ouvrages d'art, outre de nombreux ponceaux et ponts sur des ruisseaux et des routes, comprennent deux ponts sur le Loir et l'Huisne, et un important viaduc sur la Loire. Il faut également réaliser d'importants terrassements et douze stations intermédiaires. Le chantier débute en juin 1855 près de Tours par la mise en chantier du viaduc sur la Loire et s'étend sur plusieurs sites au début de l'année 1856. Le viaduc est livré en octobre 1856 et la première circulation d'un train sur l'ensemble du parcours a lieu le 29 juin 1858. La ligne est expertisée par une commission ministérielle le 6 juillet et considérée bonne pour le service. La compagnie l'ouvre à l'exploitation de la gare de Tours à celle du Mans le 19 juillet 1858[1].

Automatisation de la signalisation sur l'ensemble de la ligneModifier

Le block manuel de double voie type Lartigue Uniformisé qui équipait la ligne entre Arnage et La Membrolle-sur-Choisille est remplacé par le block automatique à permissivité restreinte à comptage d'essieux le 13 juin 2010[2]. À cette date, la ligne est entièrement équipée d'une signalisation automatique.

Les agents qui assuraient le fonctionnement du block manuel dans les gares d'Arnage, Écommoy, Aubigné - Racan, Neuillé-Pont-Pierre et La Membrolle-sur-Choisille n'ont plus d'utilité et ces gares perdent leur personnel, seule la gare de Château-du-Loir conserve son personnel. Toutes ces gares peuvent cependant être rouvertes à la sécurité pour permettre la desserte des voies de garages et embranchements particuliers.

CaractéristiquesModifier

TracéModifier

La ligne quitte la gare en impasse de Tours en direction du sud. En parallèle avec la ligne de Tours à Saint-Nazaire elle se dirige vers l'ouest sur la rive droite du Cher avant de se détacher en se portant sur un axe nord-ouest. Elle franchit la Loire sur le viaduc de Saint-Côme, constitué de 15 arches hautes de 24 mètres, face au château de Plessis-lèz-Tours et suit le vallon de la Choisille qu'elle franchit une première fois avant de traverser la gare fermée de Fondettes - Saint-Cyr. Après avoir de nouveau franchi plusieurs fois la Choisille elle arrive en gare de La Membrolle-sur-Choisille, où s'embranche la ligne de Brétigny à La Membrolle-sur-Choisille qu'elle laisse s'éloigner sur sa droite. Toujours dans le même vallon, elle franchit une dernière fois la rivière avant de traverser l'ancienne gare de Mettray et quitter ce vallon pour rejoindre la gare de Saint-Antoine-du-Rocher. La ligne est ensuite montante jusqu'à la gare de Neuillé-Pont-Pierre, qui marque la séparation entre les vallées de la Loire et du Loir, vers laquelle elle se dirige en suivant l'un de ses affluents, l'Escotais. Elle traverse la gare de Saint-Paterne et l'ancienne gare de Dissay-sous-Courcillon avant de franchir le Loir sur le viaduc de Bannes peu avant de rejoindre la gare de Château-du-Loir où elle croise la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean[4],[1].

Ensuite la ligne s'infléchit vers le sud-ouest en suivant la vallée du Loir jusqu'à la gare de Vaas, suit un tracé rectiligne en direction du nord-ouest jusqu'à la gare d'Aubigné-Racan. Peu après cette gare elle entame une large courbe sur la droite pour s'orienter en direction du nord, traverser la gare de Mayet et rejoindre celle d'Écommoy après avoir infléchi son orientation vers le nord-ouest pour franchir le point haut marquant l'entrée dans le bassin de la Sarthe. Elle redescend vers la vallée de cette rivière en passant par les gares de Laigné - Saint-Gervais et d'Arnage après laquelle elle pénètre dans le complexe ferroviaire du Mans. Elle franchit l'Huisne avant la bifurcation du Préau avec le raccordement avec la ligne de Paris-Montparnasse à Brest et rejoint la gare du Mans[5],[1].

ÉquipementModifier

La ligne, dotée d'une double voie non électrifiée, est équipée en deux systèmes de Block automatique : le Block automatique lumineux (BAL)[6] de Tours à La Membrolle-sur-Choisille et d'Arnage au Mans, et du block automatique à permissivité restreinte (BAPR) par compteur d'essieux, de La Membrolle-sur-Choisille à Arnage[2] et du système GSM-GFU de liaison avec les trains[7].

Vitesse limiteModifier

La vitesse limite de la ligne en 2014 pour tous types de trains de Tours à Château-du-Loir et de Château-du-Loir au Mans est de 140 km/h, seul un court tronçon de part et d'autre de Château-du-Loir est limité à 120 km/h, mais certaines catégories de trains, comme les trains de marchandises, sont soumis à des limites plus faibles[8].

ExploitationModifier

Lors de l'ouverture de l'exploitation en 1858, la Compagnie du PO met en service des trains omnibus qui parcourent la ligne de Tours au Mans, avec un arrêt dans toutes les gares intermédiaires, en h 15 min[1].

À la fin des années 2000 le trafic ferroviaire quotidien représente en moyenne, dans les deux sens de circulation, 19 trains de voyageurs (15 TER et 4 Grandes lignes) et deux trains de fret, auxquels s'ajoutent deux circulations à vide[2].

En 2014, elle est toujours un maillon de la ligne commerciale voyageurs, des trains Intercités de Caen à Tours via Le Mans[9] et parcourue par des TER, principalement sur les relations Le Mans - Tours ou Le Mans - Château-du-Loir et Château-du-Loir - Tours, mais aussi par une relation Caen - Le Mans - Tours[10].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g Palau, mai 2001, p. 42
  2. a b c et d Site rff.fr Communiqué de presse : Lignes Caen - Alençon - Le Mans / Le Mans - Tours, mise en service d'une nouvelle signalisation automatique de type BAPR (consulté le 18 mars 2014).
  3. « N° 771 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 17 août 1853, pour l'exécution des chemins de fer de Tours au Mans et de Nantes à Saint-Nazaire : 17 août 1853 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 2, no 87,‎ , p. 412 - 415 (lire en ligne).
  4. Site google.fr/maps carte de Tours à Château-du-Loir (consulté le 18 mars 2014).
  5. Site google.fr/maps carte de Tours à Château-du-Loir (consulté le 18 mars 2014).
  6. site rff.fr, Horaire de service 2014, Chapitre 3 : Annexe 6.6 - Modes d’espacement des trains ([PDF]) (consulté le 18 mars 2014).
  7. site rff.fr, Horaire de service 2014, Chapitre 3 : Annexe 6.8 - Lignes équipées de liaisons avec les trains ([PDF]) (consulté le 18 mars 2014).
  8. Site rff.fr, Horaire de service 2014, Chapitre 3 : Annexe 6.4 - Vitesse maximale sur ligne ([PDF]) (consulté le 18 mars 2014).
  9. Site intercites.sncf : Les lignes Intercités : Caen - Le Mans - Tours (consulté le 18 mars 2014).
  10. Site telechargement.ter-sncf.com : L 24/25 Alençon - Le Mans - Château-du-Loir, info horaires du 15 décembre 2013 au 5 juillet 2014 (consulté le 18 mars 2014).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • François et Maguy Palau, « 3.21 Tours-Le Mans : 19 juillet 1858 », dans Le rail en France : le second Empire, tome 2 (1858-1863), édition Palau, Paris, mai 2001 (ISBN 2-950-94212-1), p. 42

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :